DAOJI [TAO-TSI] ou SHITAO [CHE T'AO] (1641-env. 1720)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un aristocrate

Le nom véritable de Shitao était Zhu Ruoji ; il était de sang impérial, descendant en ligne directe du frère aîné de Zhu Yuanzhang, le fondateur de la dynastie Ming. Son père, prétendant au trône, fut assassiné (1645) dans les querelles qui, en Chine méridionale, opposèrent entre elles les factions rivales des légitimistes Ming au lendemain de l'usurpation mandchoue. Shitao fut alors pris en charge par quelques serviteurs fidèles ; pour assurer la sécurité du jeune enfant et le protéger contre les persécutions dont la nouvelle dynastie poursuivait tous les individus suspects d'irrédentisme Ming, on le fit moine. L'enfance et l'adolescence de Shitao s'écoulèrent ainsi entièrement dans l'ombre des monastères ; la formation qu'il y reçut le marqua intellectuellement – son célèbre traité sur la peinture est tout empreint de philosophie Chan – mais, à l'inverse d'un Shiqi (Kuncan) par exemple, on peut difficilement parler dans son cas de vocation monastique ou de refus actif opposé à l'ordre nouveau des Qing. Il n'avait pas choisi lui-même de s'éloigner du siècle ; aussi, arrivé à l'âge mûr, une fois que la renommée et les relations sociales que lui avait valu son génie l'eurent définitivement mis à l'abri de tout danger, il reprit l'état laïc. Certains auteurs ont voulu voir en lui une sorte de héros patriotique protestant contre l'usurpation des Qing. La vérité n'est pas si simple : nous savons que par deux fois (Nankin, 1684 ; Yangzhou, 1689) il alla présenter ses hommages à l'empereur Kangxi qui faisait une tournée des provinces méridionales, et, durant son séjour à Pékin (1690-1692), il ne dédaigna pas de fréquenter l'aristocratie mandchoue et les hauts fonctionnaires impériaux avides d'accueillir un artiste illustre.

Shitao fut un grand voyageur : les principaux ports d'attache successifs de sa vie errante furent Xuancheng dans la province d'Anhui, où il fréquenta le peintre Mei Qing, son aîné de plusieurs années et intime ami, puis Nankin où il séjourna plus de neuf ans et où il semble avoir joui d'amitiés et de relations nombreuses, enfin Yangzhou [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : reader, Department of Chinese, Australian National University

Classification

Autres références

«  DAOJI [ TAO-TSI ] ou SHITAO [ CHE T'AO ] (1641-env. 1720)  » est également traité dans :

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 356 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « La dynastie Qing (1644-1911) »  : […] Sous le nom dynastique de Qing, les Mandchous réussirent à se maintenir en Chine près de trois siècles. Trois souverains de valeur se succédèrent de la seconde moitié du xvii e  siècle à la fin du xviii e  : Kangxi (1662-1722), Yongzheng (1723-1735) et Qianlong (1736-1796). L'ensemble du palais impérial de Pékin avait été incendié à la chute des Ming en 1644, les empereurs mandchous le restaurèren […] Lire la suite

GONG XIAN [KONG HIEN] (av. 1599-1689) ET KUNCAN [K'OUEN-TS'AN] (1612-av. 1680)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 2 305 mots

Dans le chapitre « Le théoricien et l'artiste »  : […] Les théories picturales de Gong Xian se trouvent consignées dans un traité Les Secrets de la peinture – Hua jue – ainsi que dans les nombreuses inscriptions tracées par l'artiste sur ses œuvres. Le traité est constitué en fait par une compilation des notes que Gong Xian avait écrites en marge des esquisses et démonstrations graphiques destinées à ses élèves, aussi présente-t-il un caractère d'ini […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre RYCKMANS, « DAOJI [TAO-TSI] ou SHITAO [CHE T'AO] (1641-env. 1720) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/daoji-shitao/