DAṆḌIN (VIIe s. env.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La littérature sanskrite comprend un très grand nombre d'œuvres poétiques, rédigées en vers, mais connaît peu d'ouvrages en prose, la prose étant, dans l'Inde ancienne, tenue pour facile, donc inférieure. Elle comporte cependant des contes en prose mêlée de vers (le Panchatantra, le Hitopadesha), quelques traités techniques et même un petit nombre de « romans », dont les deux plus célèbres sont la Kādambarī de Bāna et le Dashakumāra-charita (Daśakumāra-carita), ou Histoire des dix princes, de Daṇḍin.

Ce brahmane, probablement originaire du sud de l'Inde, composa un art poétique réputé, le Miroir des poèmes (Kāvyādarśa), où il reprend et affine les thèmes de Bhārata et de ses successeurs, élaborant toute une théorie du style que les lettrés indiens ne cesseront de commenter pendant plus de dix siècles. Quant au prétendu « roman » des Dix Princes, c'est plutôt une série de « nouvelles » : un jeune prince ayant disparu, neuf de ses compagnons partent à sa recherche et reviennent raconter leurs aventures, une fois que le premier a été retrouvé et qu'il a raconté d'abord sa propre histoire. L'ouvrage est inachevé (ou mutilé) ; on n'en possède que les huit premiers récits. Mais, en l'état, l'œuvre est remarquable, notamment par sa verve, la dextérité avec laquelle l'auteur manie une langue savante (parfois précieuse), le non-conformisme des situations. Ce texte, d'allure picaresque, abonde en anecdotes libertines et en discours frondeurs contre les puissants du moment : brahmanes, souverains, ministres, marchands. Les « marginaux » (prostituées, voleurs, escrocs de tout acabit) sont traités avec faveur, ce qui rattache l'Histoire des dix princes à la tradition du théâtre comique, dont les thèmes sont souvent subversifs. Mais le talent de Daṇḍin a fait de cette œuvre l'un des textes les mieux venus de toute la littérature sanskrite.

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification

Autres références

«  DANDIN ( VII e s. env.)  » est également traité dans :

PETIT CHARIOT DE TERRE CUITE LE

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 566 mots

Les deux pièces de théâtre indiennes les plus connues en Occident sont Śakuntalā , que Goethe mettait au-dessus des œuvres de Shakespeare, et Le Petit Chariot de terre cuite ( Mṛcchakatika ), que Gérard de Nerval adapta pour la scène française en 1850. Cette dernière œuvre est tout à fait insolite dans la tradition dramatique sanskrite, d'une part du fait de la personnalité de son auteur supposé, […] Lire la suite

ROMAN - Genèse du roman

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 5 840 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Genèse des romans de l'Asie »  : […] Pour peu qu'on étudie les romans de l'Asie, la situation se complique à merveille. Outre le kathâ , narration suivie, faite par le héros, et obligatoirement rétrospective, la littérature sanskrite connaissait le grand récit, bṛhatkathâ , qui mêle aux thèmes épiques des aventures amoureuses ; matériau qui se traite aussi selon les normes lyrique du kâvya . Vers les vi e - vii e  siècles, Daṇḍin, p […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « DAṆḌIN (VIIe s. env.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dandin/