CYTOMÉTRIE EN FLUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Applications

L'analyse du contenu en ADN demeure l'une des principales applications de la cytométrie en flux. La mesure monoparamétrique est couramment employée pour déterminer la répartition des cellules dans les phases du cycle cellulaire : les principales limites concernent la distinction – sur la base du contenu en ADN – des cellules en phase G2, en mitose, et des cellules binucléées, d'une part, ainsi que la distinction entre les cellules en G1, les cellules quiescentes ou différenciées, d'autre part. Plusieurs fluorochromes sont capables de révéler l'ADN, parmi lesquels : les intercalants (iodure de propidium, bromure d'éthidium), les dérivés du benzimidazole (Hoechst 33258 et 33342) et des antibiotiques fluorescents (mithramycine).

Les résultats de l'analyse de l'ADN par cytométrie en flux doivent être clairement différenciés de ceux qui sont obtenus par les techniques de cytogénétique, dont l'objectif est d'identifier les chromosomes en vue d'établir le caryotype d'un sujet. La cytométrie permet, au contraire, de mesurer le contenu cellulaire en ADN (au sens pondéral) à partir de la relation linéaire entre la quantité de fluorescence émise par le fluorochrome fixé par le noyau cellulaire et la quantité d'ADN présent.

Pour déterminer l'indice d'ADN, on compare le contenu en ADN de la population cellulaire étudiée avec celui d'une référence disponible et stable, c'est−à−dire une suspension de cellules nucléées dont le contenu en ADN est connu et proche de celui de l'échantillon testé, sans lui être identique. Préparée de manière identique à l'échantillon afin que les mesures soient comparables et reproductibles, la référence doit être mélangée à l'échantillon avant tout traitement. On utilisera par exemple, comme référence, des érythrocytes de truite (variété arc−en−ciel) qui renferment 4,9 picogrammes d'ADN par noyau cellulaire.

L'expression de l'indice d'ADN doit toujours faire référence au mode de préparation des cellules, à la nature de la référence et à la nature du colora [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur ès sciences.
  • : docteur ès sciences, maître de conférences à l'université Joseph Fourier, Grenoble.

Classification

Autres références

«  CYTOMÉTRIE EN FLUX  » est également traité dans :

HERZENBERG LEONARD (1931-2013)

  • Écrit par 
  • Patricia BAUER
  •  • 261 mots

L’immunologiste américain Leonard Herzenberg est surtout connu pour avoir mis au point dans les années 1960 un trieur de cellules ( fluorescence- activated cell sorter , FACS) capable d’identifier des cellules vivantes particulières parmi des milliards d’autres à partir des signatures de leurs protéines. Cet appareil, le plus largement utilisé qui soit fondé sur la cytométrie en flux, a donné n […] Lire la suite

IMMUNITÉ, biologie

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF, 
  • Michel FOUGEREAU, 
  • Dominique KAISERLIAN-NICOLAS, 
  • Jean-Pierre REVILLARD
  •  • 21 516 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Caractéristiques et identification »  : […] En microscopie optique, après étalement, fixation et coloration de suspensions cellulaires obtenues à partir du sang de la lymphe ou d'organes lymphoïdes, on distingue aisément lymphocytes et plasmocytes. Les petits lymphocytes se présentent comme des cellules rondes (fig. 4), d'une taille à peine supérieure à celle des globules rouges, d'un diamètre de 7 à 8 μm. Le noyau arrondi ou encoché occup […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

José PIERREZ, Xavier RONOT, « CYTOMÉTRIE EN FLUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cytometrie-en-flux/