CURIUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Production et utilisation

L'énergie cinétique des particules émises lors de la désintégration d'un nucléide se dissipe presque intégralement sous forme de chaleur qu'on peut, dans certains cas, transformer avantageusement en énergie électrique. Aussi certains émetteurs alpha, tels 244Cm, 242Cm, 238Pu, présentent-ils un grand intérêt comme sources thermo-électriques, en particulier pour équiper les engins divers destinés à séjourner dans l'espace. C'est ainsi que, parmi les générateurs thermo-électriques américains dénommés S.N.A.P. (Systems for Nuclear Auxiliary Power), le générateur au curium 242 pouvait fournir environ 900 watts par centimètre cube.

D'autres applications nombreuses et variées sont envisagées, telle l'animation d'un cœur artificiel, implanté chirurgicalement chez un patient. De ce fait, les productions de ces isotopes dans plusieurs pays sont impressionnantes : plusieurs kilogrammes de curium 244 ont été élaborés aux États-Unis, ainsi que des quantités de l'ordre de plusieurs milligrammes de curium 248 provenant de la décroissance alpha du californium 252, pour lequel il existe un programme de production particulier. Certains isotopes du curium, tel l'isotope 244, servent de cibles pour la préparation d'éléments transuraniens plus lourds : fermium, élément 102, etc. Dans les années soixante, l'analyse du sol lunaire a été effectuée par des sondes Surveyor grâce à l'étude de la rétrodiffusion des particules α émises par une source de curium 242.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CURIUM  » est également traité dans :

BERKÉLIUM

  • Écrit par 
  • Marc LEFORT, 
  • Monique PAGÈS
  •  • 979 mots

Dans le chapitre « Production »  : […] Les isotopes légers (de nombre de masse 243 et 246) sont préparés par bombardement de cibles appropriées (américium ou curium) par des ions accélérés (particules alpha en particulier). L' isotope 247 est obtenu par l'intermédiaire de 247 Cf, qui se désintègre par capture électronique avec une demi-vie de 2,5 heures. Cet élément est lui-même produit en irradiant du curium 244 avec des particules […] Lire la suite

CALIFORNIUM

  • Écrit par 
  • Marc LEFORT, 
  • Monique PAGÈS
  •  • 938 mots

Le californium, élément chimique artificiel de symbole Cf, a été synthétisé pour la première fois en 1950. Son numéro atomique 98 le situe dans la classification périodique parmi les éléments transuraniens, après le curium et le berkélium. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc LEFORT, Monique PAGÈS, « CURIUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/curium/