CURIUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Découverte

Glenn T. Seaborg, Ralph A. James et Albert Ghiorso, travaillant au Metallurgical Laboratory de l'université de Chicago, isolèrent pendant l'été 1944 le premier isotope de l'élément 96 à partir de cibles de plutonium 239 bombardées par des noyaux d'hélium (particules alpha) accélérés au cyclotron de Berkeley (université de Californie). Le nouveau nucléide se désintégrait avec une demi-vie de 162,5 j en émettant des particules alpha d'une énergie de 6,11 MeV. On a montré que la réaction nucléaire produisant ce noyau était une réaction (α,n), ce qui signifie que le projectile α pénètre dans le noyau de plutonium et qu'un neutron est expulsé. On écrit symboliquement :

ce qui montre que le noyau formé a 96 protons et 146 neutrons.

Peu de temps après, le curium 242 fut à nouveau identifié dans des cibles de 239 Pu irradiées, non plus par des particules alpha, mais par un flux très intense de neutrons dans un réacteur. Il accompagnait alors l'américium (24195Am), premier produit de la réaction de capture des neutrons. Lorsque cet élément est accumulé en quantité suffisante, il capte aussi les neutrons et l'américium 242 produit se désintègre en se transformant en un élément de numéro atomique plus élevé, le curium 242. La séquence de réactions nucléaires (captures de neutrons et décroissance β-) peut être schématisée ainsi :

(n, γ) est une notation indiquant que le noyau capte un neutron et est ensuite désexcité par émission d'un photon gamma. Le nombre de masse a donc augmenté d'une unité sans changement du numéro atomique Z.

Plusieurs microgrammes de 242Cm furent alors préparés par irradiation d'américium 241 dans des réacteurs à flux de neutrons élevé. Cela permit à L. B. Werner et I. Perlman d'isoler les premières quantités pondérables de curium sous la forme de 40 microgrammes d'oxyde Cm2O3.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CURIUM  » est également traité dans :

BERKÉLIUM

  • Écrit par 
  • Marc LEFORT, 
  • Monique PAGÈS
  •  • 979 mots

Dans le chapitre « Production »  : […] Les isotopes légers (de nombre de masse 243 et 246) sont préparés par bombardement de cibles appropriées (américium ou curium) par des ions accélérés (particules alpha en particulier). L' isotope 247 est obtenu par l'intermédiaire de 247 Cf, qui se désintègre par capture électronique avec une demi-vie de 2,5 heures. Cet élément est lui-même produit en irradiant du curium 244 avec des particules […] Lire la suite

CALIFORNIUM

  • Écrit par 
  • Marc LEFORT, 
  • Monique PAGÈS
  •  • 938 mots

Le californium, élément chimique artificiel de symbole Cf, a été synthétisé pour la première fois en 1950. Son numéro atomique 98 le situe dans la classification périodique parmi les éléments transuraniens, après le curium et le berkélium. […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marc LEFORT, Monique PAGÈS, « CURIUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/curium/