CULTURECulture et civilisation

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le for intérieur du social, foyer latent du rayonnement des civilisations

L'usage contemporain a totalement oblitéré la valeur primitive du mot « for » dans l'expression du « for intérieur », et la diversité d'emplois mentionnés par Littré en dehors de sa référence subjective. Freud lui-même, par une sorte de divination dans la création métaphorique, se trouve avoir restitué cette souche étymologique en tant qu'équivalent social des strates oubliées du psychisme. « Les enregistrements successifs, écrit-il à Fliess dans l'une de ses lettres les plus fameuses, représentent la production psychique d'époques successives de la vie [...]. Si aucun enregistrement nouveau ne s'effectue, l'excitation s'écoule selon les lois psychiques gouvernant l'époque précédente et par les voies alors accessibles. Nous nous trouvons ainsi en présence d'un anachronisme : dans une certaine province, des fueros existent encore, des traces du passé ont survécu. »

Essayons de prendre la métaphore à la lettre. Le « for intérieur » d'autrui nous désigne, en première instance, l'inaccessibilité de son vécu, en un second temps, celle de son lieu originaire d'écoute et de parole. Que cette « intimité », cependant, puisse être évoquée de manière à manifester dans sa qualité de présence que cela même qui « devait » rester latent transparaît, nous en avons le témoignage dans le sublime – pour autant que l'on prenne le « devoir » dans sa pleine acception – ou dans la beauté, si l'occultation dérobe l'objet d'une prédilection. Qu'en est-il donc si nous sommes confrontés à une collectivité de sujets ? À la place du « for intérieur » d'autrui, nous serions fondés à parler d'un « for intérieur » social : celui-là nœud d'élocution, celui-ci de sociabilité, constitutif en d'autres termes du pacte social. Et nous dirions aussi de la manifestation de ce pacte ce que nous avons dit de la manifestation du « for intérieur » : qu'elle doit porter l'empreinte jubilatoire de l'accession du groupe à la conscience de sa propre émergence.

Ce que la conjugaison parentale est à l'individu, la jouissance inhérente à la socialisation originaire le serait donc à la société constituée – foyer latent dont l'énergie soutient la production des formes de chaque civilisation. Ainsi avons-nous assisté au développement de la πολιτεία athénienne sous les espèces d'activités artistiques collectives où s'exprime le type de liaison qui donne corps à la cité. On voit cependant quelle dimension nouvelle introduit dans cette genèse l'extension à l'ordre social de la notion du « for intérieur ». Chacun de nos contacts intersubjectifs relève de cette conjonction mystérieuse que recouvre chez Malebranche la notion de la cause occasionnelle. Aussi bien en cherchons-nous la garantie dans la forme solennelle du serment et sous la caution d'une puissance abyssale. Mais ce que nous formulons ainsi de l'intersubjectivité, nous pouvons de même l'entendre de la société élargie. Si le pacte social, substitut du nœud élémentaire de socialisation, exige d'être construit à titre d'hypothèse, c'est en effet qu'il n'est présent à la société qu'à la manière d'une tache aveugle, en tant que foyer latent d'une communication virtuelle.

Poursuivons l'analogie. La figuration artistique nous donne une idée de la manière dont s'opère la conversion d'un manque en un sentiment de présence. Par la combinaison artificielle des signes de l'effectivité, l'objet absent apparaît comme effectivement présent hic et nunc ; mais il apparaît aussi frappé de cette marque d'étrangeté qui est le coin de sa provenance abyssale. Amener au jour de la manifestation sensible le for intérieur du social pour le lier, telle est, de même, la fonction des œuvres de la civilisation. Le « rayonnement » sous lequel celle-ci nous captive découvre donc ici sa source : cette action à distance dans laquelle consiste, en sa forme duelle élémentaire, l'échange des pensées – la pensée n'étant au reste que la connotation de cette capacité magique de l'action à distance –, cette action se présente comme le modèle de l'énergie par laquelle se noue la cohésion du groupe. Le « rayonnement » de la civilisation ne fait ainsi que recueillir et transmettre, démesurément dilatée, cette jouissance de franchissement, qui passe outre à la non-effectivité du pacte social, comme elle passait outre à l' [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 22 pages

Médias de l’article

Enluminure turque

Enluminure turque
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Jean Bodin

Jean Bodin
Crédits : AKG

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur honoraire de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  CULTURE  » est également traité dans :

CULTURE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Gisèle SAPIRO
  •  • 1 086 mots

Si elles supposent toutes un système symbolique de représentations et de pratiques, les définitions de la notion de culture s'inscrivent dans une double tension : entre une acception universelle qui l'oppose globalement à la nature et un sens relativiste désignant les mœurs et coutumes des peuples ; entre un usage restreint aux œuvres d'art reconnues comme telles et une approche anthropologique pl […] Lire la suite

CULTURE - Nature et culture

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 881 mots
  •  • 2 médias

« Étant donné que la culture s'acquiert par apprentissage, les gens ne naissent pas Américains, Chinois ou Hottentots, paysans, soldats ou aristocrates, savants, musiciens ou artistes, saints, chenapans ou moyennement vertueux : ils apprennent à l'être. » Ce propos de T. Dobzhansky (1966) caractérise assez complètement la conception moderne de la culture : elle est acquise, mais d'abord par imprég […] Lire la suite

CULTURE - Sociologie de la culture

  • Écrit par 
  • Vincent DUBOIS
  •  • 4 264 mots

Le découpage des spécialités sociologiques oscille habituellement entre deux principes. Selon une répartition thématique, elles sont constituées en fonction de domaines empiriquement distingués (comme la sociologie du sport ou de la santé). Un partage d'ordre plus conceptuel repose quant à lui sur des orientations ou au moins des questions de recherche (comme la sociologie des organisations ou de […] Lire la suite

CULTURE - Culture de masse

  • Écrit par 
  • Edgar MORIN
  •  • 7 499 mots
  •  • 3 médias

C'est aux États-Unis qu'ont été créés les néologismes de mass media – terme qui englobe la grande presse, le cinéma, la radio, la télévision – et de mass culture – qui embrasse la culture produite, jouée et diffusée par les mass media.Au cours du premier demi-siècle, et singulièrement à partir des années trente, les mass media sont entrés […] Lire la suite

CULTURE - Le choc des cultures

  • Écrit par 
  • Jean-François MATTÉI
  •  • 6 367 mots
  •  • 10 médias

La crise de la culture, qui touche à sa définition, à sa transmission ou aux obstacles qu'elle rencontre, a pris aujourd'hui l'allure d'un lieu commun. Celui-ci est la manifestation abstraite de la crise de confiance que traverse l'Europe depuis les deux guerres mondiales. Les difficultés politiques rencontrées par sa construction, dont témoigne sa dif […] Lire la suite

ÉDUCATION / INSTRUCTION, notion d'

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 1 300 mots

Dans le chapitre « Instruire »  : […] Instruire un individu éducable ne signifie pas l'entourer de soins, lui faire contracter des habitudes et le former. C'est à la fois beaucoup moins et beaucoup plus. C'est lui transmettre les savoirs savants ou techniques qu'il n'aurait pas trouvés de lui-même, en renforçant sa liberté de jugement à leur égard comme à l'égard de toute connaissance. C'est aussi le faire accéder à la culture dont c […] Lire la suite

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « Difficultés du concept »  : […] C'est dans un contexte relativement indécis, aux frontières entre la philosophie et la psychologie, que le terme « affectivité » apparaît dans la seconde moitié du xix e  siècle, avec l'équivoque de désigner tout à la fois le pouvoir d'être affecté et le « système » des « affects », lesquels se distinguent des sensations en tant que celles-ci sont exogènes alors qu'ils sont censés être endogènes. […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Préhistoire

  • Écrit par 
  • Augustin HOLL
  •  • 6 307 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La fabrication d'outils »  : […] Les recherches sur les origines de l'humanité sont pluridisciplinaires par nécessité et se composent d'une vaste panoplie de disciplines faisant partie de ce que l'on peut appeler la « nébuleuse paléoanthropologie ». La branche archéologique se concentre sur l'étude des produits des activités hominidés/humaines et vise à comprendre les modes de vie et leurs transformations dans le temps. L'idée […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  L'anthropologie sociale et culturelle »  : […] Libérée d'une certaine histoire de type spéculatif, et obligée de forger de nouveaux concepts, l'ethnologie porta sa réflexion sur la culture et sur la société, cette dualité devant conduire à deux courants de pensée complémentaires et parfois opposés. Lorsque la notion de culture rejoignit celle de civilisation (sans qu'une hiérarchie fût présupposée entre l'une et l'autre), l'ethnologie repens […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Arnaud HALLOY
  •  • 5 804 mots

Dans le chapitre « Le connexionnisme »  : […] L’émergence des modèles connexionnistes dans le courant des années 1980 est venu renforcer la réalité psychologique des schémas et modèles culturels en leur conférant une réalité neurophysiologique. Très succinctement, les modèles connexionnistes décrivent les phénomènes mentaux et comportementaux comme le produit émergeant d’activation et de création de réseaux de neurones. Ils se distinguent ai […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-28 mai 1997 France. Victoire de l'opposition de gauche au premier tour des élections législatives

Intitulé Changeons d'avenir, changeons de majorité, ce programme propose « un choix de civilisation » qui consiste à « remettre l'Homme au centre de l'économie ; [à] remettre la France en marche : en créant des emplois, en diminuant la durée du travail, en rendant du pouvoir d'achat aux Français ; [à] reconquérir l'avenir : par la priorité à l'éducation, à la recherche, à la culture, à la santé, à, l'environnement ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre KAUFMANN, « CULTURE - Culture et civilisation », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-culture-et-civilisation/