CULTURECulture et civilisation

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Origine de la brillance

Ainsi retrouvons-nous, généralisée, l'hypothèse avancée par Freud, touchant le narcissisme du langage naissant : « Chez nos enfants et chez les adultes névrosés, comme chez les primitifs, écrivait-il dans Moïse et le monothéisme, nous retrouvons le phénomène mental que nous avons appelé « croyance en la toute-puissance des pensées ». Il s'agit là, à notre avis, d'une surestimation de l'influence que nos facultés mentales – les facultés intellectuelles dans le cas présent – sont capables d'exercer sur le monde extérieur en le modifiant [...]. Toute la magie des mots découle de cette foi [...] comme aussi la conviction du pouvoir lié à la connaissance et à l'énonciation de quelque nom. Nous estimons que la toute-puissance de la pensée exprimait le prix que l'homme attachait au développement du langage qui amena de si extraordinaires progrès des activités intellectuelles. »

Mais nous pouvons faire un pas de plus. « La psychanalyse des individus nous apprend, poursuit Freud, que les impressions les plus précoces recueillies à une époque où l'enfant ne fait encore que balbutier provoquent un jour, sans même resurgir dans le conscient, des effets obsédants. Nous sentons qu'il doit en aller de même quand il s'agit des événements les plus précoces vécus par l'humanité. L'un des effets dus à ces événements serait justement l'apparition du concept d'un seul Dieu tout-puissant ; il s'agit là, il est vrai, d'un souvenir déformé mais malgré tout réel. »

On sait que, dans le langage du mythe adopté par Totem et tabou, l'événement majeur dont a pris origine ce concept de Dieu tout-puissant est celui de la « dévoration » du chef de horde par les frères coalisés. Le recours au mythe, c'est-à-dire la personnification en un récit dramatique des éléments d'un discours, pouvait apparaître indispensable en l'occurrence, pour autant que le langage discursif ne saurait pourvoir à la représentation de ses propres origines. Les dimensions principales de l'analyse n'en sont pas moins claires : si le langage est une puissance – tel est, on vient de le voir, la perception qu'en ont l'enfant et le primitif –, son acquisition doit être ressentie comme une usurpation et, si celle-ci est collective, comme un partage entre les membres du groupe de la substance même de son possesseur initial, s'effectuant en outre par « dévoration », dans le style du cannibalisme primitif naturel à l'assimilation d'une puissance. Mort, l'omnipotent reste cependant aimé ; cet amour entre en conflit avec l'évidence de l'acte accompli ; d'où une culpabilité collective, qui trouve son expression dans l'inscription totémique, matrice des codes futurs.

Mais si le groupe s'est ainsi formé, selon la version freudienne du pacte social, de l'identification des membres de la horde à l'omnipotent dessaisi, nous ne pouvons ni dans la marque de cette communauté, ni dans la figure de l'ancêtre qui la hante et dont cette marque dérive, méconnaître l'insistance du rayonnement qui émanait de lui. Aussi bien, lorsqu'il se « réincarne » par déplacement sur l'image substitutive du « grand homme », s'impose-t-il par ce même éclat solaire dont l'ordalie propre aux temps primitifs et l'invective de Schreber à son Dieu raniment le vestige.

Mais le mythe freudien apporte aussi à la précédente esquisse des œuvres de civilisation une dimension nouvelle.

Notre attention s'était portée d'abord sur l'expression que trouve un type singulier de socialisation dans le style de cohésion de l'œuvre. Nous avions reconnu en outre pour caractéristique d'une telle manifestation le rayonnement dont l'œuvre, en tant qu'œuvre de civilisation, est hic et nunc le véhicule. Cette irradiation pouvait nous apparaître en première analyse comme l'éclosion au jour de la conscience collective du « pacte » dont la collectivité même est issue, la production de ses titres d'origine. Ainsi, en effet, l'entendait Alberti, dans le prologue de son De re aedificatoria. Texte exemplaire, non seulement parce que l'évocation qu'il apporte des origines de la civilisation intervient en un temps où précisément l'humanisme en élabore le concept, mais aussi parce qu'il illustre de la façon la plus saisissante la mise en forme originaire de la société naissante dans l'œuvre de civilisation, architecturale en l'occurrence : « Au dire de certains, c'est l'eau et le feu qui ont été les causes originelles de la réunion des hommes en communauté. Pour nous, au contraire, considérant combien un toit et des murs leur sont non seulement utiles, mais indispensables, nous nous convaincrons qu'ils ont contribué au premier chef à réunir et à maintenir rassemblés les êtres humains. » La cohésion de l'édifice manifeste, hic et nunc, la cohésion de la société à l'état naissant. N'avons-nous pas là un principe général ? Distinguons, en effet, dans la représentation d'Alberti entre la forme et la matière. La matière, en l'occurrence, est celle de l'architecture. Mais si la cohésion par laquelle est illustrée l'énergie d'association semble ici trouver une expression privilégiée dans la solidité du bâti – en sorte que le monument ne s'impose pas seulement par ses chances de conservation, mais en tant que symbole –, celle-ci n'en a pas le privilège. Simplement aurions-nous à en distribuer les figures selon le degré de cohésion des formes concernées. Le problème étant alors de discerner à quel titre chacune d'elles peut prétendre à une fonction de liaison substitutive du pacte social et à un mode original de rayonnement, qu'il s'agisse de la langue, de la fête, des arts, des rites ou des goûts, des moyens ou des styles de la production...

Mais une nouvelle suggestion vient de nous être faite. Dans les termes du mythe, si leurs œuvres de civilisation témoignent, par leur brillance, d'une société se saisissant et jouissant d'elle-même à l'état naissant, c'est que la société ne s'est elle-même intégrée en une totalité que pour s'être assimilé la puissance de rayonnement d'un pouvoir plus primitif. Qu'est-ce à dire, dans la perspective de l'expérience collective la plus concrète, sinon que chaque société ainsi constituée dans une exigence d'autonomie – ainsi que l'indique Aristote au seuil de sa Politique – est sous la hantise du fondement de sa propre genèse ? Et comment, en effet, ne se poserait-elle pas collectivement la question que tout enfant s'est posée et dont l'énigme nous désigne le lieu de son « for intérieur » ? Tel est l'enseignement de To [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 22 pages


Médias de l’article

Enluminure turque

Enluminure turque
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Jean Bodin

Jean Bodin
Crédits : AKG

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur honoraire de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  CULTURE  » est également traité dans :

CULTURE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Gisèle SAPIRO
  •  • 1 086 mots

Si elles supposent toutes un système symbolique de représentations et de pratiques, les définitions de la notion de culture s'inscrivent dans une double tension : entre une acception universelle qui l'oppose globalement à la nature et un sens relativiste désignant les mœurs et coutumes des peuples ; entre un usage restreint aux œuvres d'art reconnues comme telles et une approche anthropologique pl […] Lire la suite

CULTURE - Nature et culture

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 881 mots
  •  • 2 médias

« Étant donné que la culture s'acquiert par apprentissage, les gens ne naissent pas Américains, Chinois ou Hottentots, paysans, soldats ou aristocrates, savants, musiciens ou artistes, saints, chenapans ou moyennement vertueux : ils apprennent à l'être. » Ce propos de T. Dobzhansky (1966) caractérise assez complètement la conception moderne de la culture : elle est acquise, mais d'abord par imprég […] Lire la suite

CULTURE - Sociologie de la culture

  • Écrit par 
  • Vincent DUBOIS
  •  • 4 264 mots

Le découpage des spécialités sociologiques oscille habituellement entre deux principes. Selon une répartition thématique, elles sont constituées en fonction de domaines empiriquement distingués (comme la sociologie du sport ou de la santé). Un partage d'ordre plus conceptuel repose quant à lui sur des orientations ou au moins des questions de recherche (comme la sociologie des organisations ou de […] Lire la suite

CULTURE - Culture de masse

  • Écrit par 
  • Edgar MORIN
  •  • 7 499 mots
  •  • 3 médias

C'est aux États-Unis qu'ont été créés les néologismes de mass media – terme qui englobe la grande presse, le cinéma, la radio, la télévision – et de mass culture – qui embrasse la culture produite, jouée et diffusée par les mass media.Au cours du premier demi-siècle, et singulièrement à partir des années trente, les mass media sont entrés […] Lire la suite

CULTURE - Le choc des cultures

  • Écrit par 
  • Jean-François MATTÉI
  •  • 6 367 mots
  •  • 10 médias

La crise de la culture, qui touche à sa définition, à sa transmission ou aux obstacles qu'elle rencontre, a pris aujourd'hui l'allure d'un lieu commun. Celui-ci est la manifestation abstraite de la crise de confiance que traverse l'Europe depuis les deux guerres mondiales. Les difficultés politiques rencontrées par sa construction, dont témoigne sa dif […] Lire la suite

ÉDUCATION / INSTRUCTION, notion d'

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 1 300 mots

Dans le chapitre « Instruire »  : […] Instruire un individu éducable ne signifie pas l'entourer de soins, lui faire contracter des habitudes et le former. C'est à la fois beaucoup moins et beaucoup plus. C'est lui transmettre les savoirs savants ou techniques qu'il n'aurait pas trouvés de lui-même, en renforçant sa liberté de jugement à leur égard comme à l'égard de toute connaissance. C'est aussi le faire accéder à la culture dont c […] Lire la suite

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « Difficultés du concept »  : […] C'est dans un contexte relativement indécis, aux frontières entre la philosophie et la psychologie, que le terme « affectivité » apparaît dans la seconde moitié du xix e  siècle, avec l'équivoque de désigner tout à la fois le pouvoir d'être affecté et le « système » des « affects », lesquels se distinguent des sensations en tant que celles-ci sont exogènes alors qu'ils sont censés être endogènes. […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Préhistoire

  • Écrit par 
  • Augustin HOLL
  •  • 6 307 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La fabrication d'outils »  : […] Les recherches sur les origines de l'humanité sont pluridisciplinaires par nécessité et se composent d'une vaste panoplie de disciplines faisant partie de ce que l'on peut appeler la « nébuleuse paléoanthropologie ». La branche archéologique se concentre sur l'étude des produits des activités hominidés/humaines et vise à comprendre les modes de vie et leurs transformations dans le temps. L'idée […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  L'anthropologie sociale et culturelle »  : […] Libérée d'une certaine histoire de type spéculatif, et obligée de forger de nouveaux concepts, l'ethnologie porta sa réflexion sur la culture et sur la société, cette dualité devant conduire à deux courants de pensée complémentaires et parfois opposés. Lorsque la notion de culture rejoignit celle de civilisation (sans qu'une hiérarchie fût présupposée entre l'une et l'autre), l'ethnologie repens […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Arnaud HALLOY
  •  • 5 804 mots

Dans le chapitre « Le connexionnisme »  : […] L’émergence des modèles connexionnistes dans le courant des années 1980 est venu renforcer la réalité psychologique des schémas et modèles culturels en leur conférant une réalité neurophysiologique. Très succinctement, les modèles connexionnistes décrivent les phénomènes mentaux et comportementaux comme le produit émergeant d’activation et de création de réseaux de neurones. Ils se distinguent ai […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-28 mai 1997 France. Victoire de l'opposition de gauche au premier tour des élections législatives

Intitulé Changeons d'avenir, changeons de majorité, ce programme propose « un choix de civilisation » qui consiste à « remettre l'Homme au centre de l'économie ; [à] remettre la France en marche : en créant des emplois, en diminuant la durée du travail, en rendant du pouvoir d'achat aux Français ; [à] reconquérir l'avenir : par la priorité à l'éducation, à la recherche, à la culture, à la santé, à, l'environnement ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre KAUFMANN, « CULTURE - Culture et civilisation », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-culture-et-civilisation/