CULPABILITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'interdit et l'ordre symbolique

La portée de l'interprétation œdipienne que Freud donne de la culpabilité apparaît de manière patente quand Lacan met celle-ci en rapport avec la loi et, plus précisément, avec le « point d'insémination d'un ordre symbolique qui préexiste au sujet infantile et selon lequel il va lui falloir se structurer ». Mais, avant d'en venir à cette explication lacanienne, il peut être instructif d'évoquer une des plus récentes tentatives pour expliquer l'angoisse de culpabilité par des facteurs exogènes, celle du freudo-marxisme. Pour Marcuse, par exemple, cette angoisse tient à la répression multiforme que les sociétés contemporaines font peser sur des instincts individuels et, plus précisément, à l'adjonction aux interdits initiaux, tels que la prohibition de l'inceste, des contraintes et frustrations qui s'imposent à l'homme du travail et de la consommation au nom du principe de rendement, forme nouvelle du principe de réalité. À cette sur-répression, qui frappe principalement la sexualité, l'homme du désir réagit par une agressivité qu'il retourne contre lui, en dehors même de toute transgression. Se référant au fait que Freud lui-même, dans son interprétation phylogénétique de la culpabilité, avait sapé la notion moderne de l'autonomie de l'individu (en ancrant ce dernier dans un héritage archaïque, celui de la domination puis de la mort violente du père primitif), Marcuse en vient à désindividualiser le sentiment de culpabilité. Le progrès même de la civilisation affecte le contenu et les manifestations de celui-ci, « le surmoi se sépare de son origine et l'expérience traumatique du père est remplacée par des représentations plus exogènes ». En effet, tandis que les images parentales personnalisées disparaissent progressivement derrière les institutions, tandis que la répression des instincts devient une affaire de plus en plus collective et que l'individu se trouve prématurément socialisé sous l'influence d'un système d'agents extra-familiaux, la formation du surmoi cesse d'être « une expérience très personnelle » et « semble sauter l'étape de l'individualisation ». La culpabilité demeure, mais elle ne peut plus s'expliquer par les avatars d'une quelconque psychogenèse : « Elle semble être une qualité du tout plutôt que des individus, une culpabilité collective. »

Marcuse

Photographie : Marcuse

Le philosophe d'origine allemande Herbert Marcuse (1898-1979), ici en 1968. D'abord membre de l'école de Francfort, il connut la notoriété avec L'Homme unidimensionnel

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

La manière dont Marcuse décrit le succès de la répression sociale ne manque pas de vérité. Pour les tâches qu'elle se donne, la société contemporaine a besoin de réfréner la sexualité ; elle n'en vient à bout qu'en trouvant un complice dans le mécanisme par lequel l'individu retourne son agressivité contre lui-même dans l'angoisse de culpabilité. Néanmoins, pour comprendre la part qui revient au social dans un tel résultat et pour ramener à leur juste mesure les chances de la transformation culturelle prônée par le freudo-marxisme, il faut se garder à la fois de confondre la répression avec le refoulement et de négliger la dimension essentielle de l'inconscient. Le refoulement est un processus originaire qui ne peut s'expliquer ni par le simple inassouvissement de la pulsion, ni par la répression qu'exerceraient sur celle-ci des contraintes extérieures. Il dépend d'un facteur structural qui est, en dernier ressort, la contradiction du désir lui-même en tant que ce dernier, dès son apparition, est soumis à l'interdit. Cette aliénation fondamentale et fondatrice fait que, si l'on pouvait, par hypothèse, libérer l'individu de toute espèce de répression externe, le refoulement n'en serait pas, pour autant, moins coercitif. Pour que la transgression rende l'homme coupable à ses propres yeux ou dans sa conduite profonde, il faut que l'appareil psychique soit déjà structuré par le refoulement inconscient. Ainsi donc, ce qui fait que l'individu est condamné à la culpabilité, ce n'est pas d'abord la contrainte qu'exercent sur ses pulsions les interdictions sociales, mais la nature même de l'inconscient, qui le constitue dans une aliénation fondamentale et voue son désir à une radicale contradiction interne.

Dans de nombreuses vulgarisations psychanalytiques, le conflit est réduit à une opposition entre la pulsion et la réalité. Même quand on le situe au n [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CULPABILITÉ  » est également traité dans :

AMOUR

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 10 166 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  L'amour comme mythe endopsychique »  : […] Qu'une privation essentielle caractérise l'amour, telle sera, en effet, l'intuition centrale de Freud, aux yeux duquel le sujet paie, en aimant, l'amende d'une partie de son narcissisme. Se dessaisissant de sa personnalité au profit de l'aimé, il élève celui-ci au rang d'idéal sexuel, quand il ne le substitue pas simplement à ce qui constituait auparavant son idéal du moi ; cette démission, Pasca […] Lire la suite

DETTE, anthropologie

  • Écrit par 
  • Charles MALAMOUD
  •  • 10 475 mots

Dans le chapitre « La dette fondamentale et les dettes partielles »  : […] L'homme, en effet, dès qu'il naît, naît à l'état de dette : r̥ṇaṃ ha vai jāyate yo'sti . Le simple fait de naître charge l'homme d'un fardeau, tout comme le simple fait de naître entache le feu d'une souillure, dénote une souillure. Pour l'homme, la vie est un bien qu'il n'a pas sollicité et dont il se trouve encombré malgré lui comme d'un dépôt. Le même mouvement qui lui donne la vie l'en déposs […] Lire la suite

ESCHYLE (env. 525-456 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 4 655 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La justice »  : […] Eschyle croit à la justice divine. Et en particulier lorsqu'il s'agit de fautes mettant en cause soit le respect des dieux soit la vie des humains. Ses vers résonnent un peu partout du nom des Érinyes, les déesses vengeresses attachées à poursuivre le crime. Et à chaque instant il répète que toute faute est un jour châtiée. « Nul rempart ne sauvera celui qui, enivré de sa richesse, a renversé l'au […] Lire la suite

FOLIE (histoire du concept)

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 4 744 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Pathologie mentale et culpabilité »  : […] Et voici qu'apparaît une nouvelle dissociation. L'âge classique n'a jamais cessé d'entretenir une certaine ambiguïté, qu'on appellerait mieux collusion, sur les rapports de la folie et de la faute. La psychiatrie du xix e  siècle, sans bannir toute idée de culpabilité à propos de la folie, tend à dissiper cette ambiguïté dans la mesure où elle cherche, d'une part, à installer partout le plus rigo […] Lire la suite

INFÉRIORITÉ SENTIMENT D'

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 884 mots
  •  • 1 média

Expression qui fut surtout employée par Alfred Adler ( Minderwertigkeitsgefühl ) et qu'on pourrait rapprocher de celle de « sentiments d'incomplétude » de Pierre Janet. Pour Adler, le sentiment d'infériorité est fondé sur la réalité : la personne qui l'éprouve est effectivement dans une situation d'infériorité organique ou fonctionnelle. Dans le sentiment ou complexe d'infériorité, l'individu ess […] Lire la suite

LIBERTÉ (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 519 mots

Dans le chapitre « « Je dois » : un postulat fondateur »  : […] Cependant, aussi extravagante qu’elle paraisse sur un plan métaphysique, l’hypothèse du libre arbitre peut-elle être aisément éliminée ? On doit à Kant , au xviii e  siècle, d’avoir enrichi en la rendant plus subtile l’idée de libre arbitre. C’est en partant à la recherche des fondements de la morale qu’Emmanuel Kant (1724-1804) va revisiter la thèse cartésienne. Sa réflexion prend appui sur un […] Lire la suite

LE MALAISE DANS LA CULTURE, Sigmund Freud - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel PLON
  •  • 849 mots

Dans le chapitre « La place du surmoi »  : […] Comment la culture, la civilisation peuvent-elles contrôler cette agressivité ? Elles y sont aidées par cette instance clé du développement psychologique de l'homme, le surmoi , partie du moi , qui s'est mise en opposition avec ce qui, dans le moi, reste le siège de cette agressivité ; le surmoi est donc cette « conscience morale » qui renvoie au moi l'agressivité que celui-ci entend projeter sur […] Lire la suite

PAPIN LES SŒURS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 696 mots

« Crime paranoïaque », monstrueux passage à l'acte, l'assassinat par leurs deux servantes, les sœurs Papin, de la femme d'un avoué du Mans et de sa fille, au soir du 2 février 1933, provoqua une grande émotion dans la presse, chez les magistrats et les psychiatres, ainsi que dans le monde littéraire. Jérôme et Jean Tharaud suivirent le procès des deux meurtrières comme « envoyé spécial » de Paris […] Lire la suite

PÉCHÉ, religion

  • Écrit par 
  • Jacques POHIER
  •  • 6 302 mots

Dans le chapitre « Péché et sentiments de culpabilité »  : […] Un des éléments affectant le plus profondément la représentation du péché est certainement la connaissance, acquise grâce aux différentes disciplines de la psychologie, et particulièrement grâce à la psychanalyse, des sentiments de culpabilité. Freud a constaté leur très grande importance et les a considérés comme « la perception qui, dans le moi, correspond à la critique exercée par le sur-moi » […] Lire la suite

PÉNITENCE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 395 mots

La pénitence peut n'être qu'expiatoire et renvoyer aux religions qui apaisent la culpabilité à l'aide de rites piaculaires. Si l'on en croit René Girard ( La Violence et le sacré , Paris, 1972), le premier sacrifice de la première victime surgit d'un état de violence qui n'est surmonté que lorsque les membres du groupe s'entendent pour désigner un coupable ; en mourant, celui-ci efface leurs torts […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

19 octobre 2021 Suisse. Rapports de la Finma dans les affaires des « tuna bonds » et des filatures impliquant Crédit Suisse.

Le 19, la banque Crédit Suisse conclut un accord avec la justice américaine dans l’affaire des « tuna bonds », acceptant de reconnaître sa culpabilité et de verser environ 275 millions de dollars (240 millions d’euros) en échange de l’abandon des poursuites. Dans le cadre du même dossier, la banque a accepté de verser 200 millions de dollars (177 millions d’euros) aux autorités de surveillance britanniques et d’annuler une dette du même montant contractée par le Mozambique. […] Lire la suite

26 février 2021 France. Refus de la procédure de plaider-coupable défendue par Vincent Bolloré dans une affaire de corruption au Togo.

Le tribunal judiciaire de Paris refuse d’homologuer la procédure de comparution avec reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC) introduite par Vincent Bolloré et deux autres dirigeants du groupe Bolloré, Gilles Alix et Jean-Philippe Dorent. Ceux-ci sont mis en examen pour « corruption active d’un agent public étranger » et « abus de confiance » dans l’affaire des services rendus en 2009 et 2010 au président togolais Faure Gnassingbé par Euro RSCG – aujourd’hui Havas –, filiale de Bolloré, en échange de concessions portuaires à Lomé. […] Lire la suite

13 février 2021 États-Unis. Échec de la procédure d'impeachment visant Donald Trump.

Seuls cinquante-sept sénateurs se prononcent en faveur de sa culpabilité. Une majorité des deux tiers – soit soixante-sept voix – était nécessaire pour le condamner. Le chef de la minorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, estime inconstitutionnelle la procédure engagée après que Donald Trump a quitté ses fonctions, mais prononce un réquisitoire contre l’ancien président, qualifiant son attitude lors de l’attaque du Capitole de « manquement honteux à son devoir » et l’estimant « responsable d’avoir provoqué les événements de la journée ». […] Lire la suite

15-18 décembre 2020 Canada. Acquittement de Gilbert Rozon et Éric Salvail.

Le 15, la Cour du Québec acquitte l’ancien producteur Gilbert Rozon des accusations de viol et d’attentat à la pudeur portées contre lui pour des faits remontant à 1980, en raison de l’existence d’un « doute raisonnable » sur sa culpabilité. Gilbert Rozon avait été accusé par plusieurs femmes, en octobre 2019, dans le cadre du mouvement #MeToo (« moi aussi »). […] Lire la suite

18 décembre 2019 États-Unis. Mise en accusation du président Donald Trump.

La culpabilité doit y être votée à la majorité des deux tiers. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Charles BALADIER, « CULPABILITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/culpabilite/