CROYANCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Approche sémiotique

Avec A. J. Greimas, dans la Sémantique structurale (1965), Du sens I (1970), Maupassant (1976), et Du sens II (1983), une nouvelle tentative de mise en ordre des structures élémentaires de la croyance se fait jour, qui, à l'opposé de la phénoménologie, ne repose sur aucune intuition du vécu, mais sur la structure de l'énonciation, telle qu'elle est investie dans le discours oral ou écrit et échangée entre un énonciateur et un énonciataire. L'opposition à Kant n'est pas moins forte que l'opposition à Husserl. Alors que Kant ne considérait pas le langage mais les jugements en quelque sorte non parlés, la sémiotique s'installe dans le milieu du discours énoncé et communiqué. Il en résulte que l'épreuve de communication, qui, dans le Canon de la raison pure, n'était que la pierre de touche de la relation à l'objet, devient le lieu même de l'investigation, tout recours à un référent externe au langage étant interdit par postulat de méthode. Le remplacement du terme « vérité » par celui de « véridiction » sanctionne cette réduction de l'immanence des discours. Seul est pris en compte le croire-vrai de l'énonciateur. C'est, en un sens, le problème kantien du tenir-pour-vrai, mais débrayé de toute référence à une objectivité universellement validée. Du même coup, la transmission du croire-vrai devient le seul problème pertinent au point de vue sémiotique. Ainsi passent au premier plan les deux pôles du croire-vrai correspondant aux deux pôles de l'énonciateur et de l'énonciataire, le faire-croire et le recevoir-comme-vrai. Toute la problématique de la véridiction tient entre ces deux pôles qu'on peut désigner, équivalemment, comme « faire persuasif » du côté de l'énonciateur et « faire interprétatif » du côté de l'énonciataire. Le croire-vrai, quand il fait coïncider le second avec le premier, remplit ce qu'on peut appeler le contrat de véridiction.

De même que la phénoménologie avait tenté de réinterpréter la vieille terminologie [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-X, professeur à l'université de Chicago

Classification

Autres références

«  CROYANCE  » est également traité dans :

CROYANCES (sociologie)

  • Écrit par 
  • Romain PUDAL
  •  • 1 225 mots
  •  • 1 média

Dans son acception la plus simple, la notion de croyance sert à désigner l’adhésion à des idées, des opinions, des valeurs sans qu’une démonstration rationnelle, empirique ou théorique n’ait conduit à l’élaboration et l’adoption des croyances en question. Classiquement donc, la croyance reposerait sur une parole d’autorité, un ouï-dire, des raisons non véri […] Lire la suite

AGRESSION (psychologie sociale)

  • Écrit par 
  • Laurent BÈGUE
  •  • 899 mots

L’agression est définie comme un comportement qui vise à blesser intentionnellement un individu motivé à se soustraire à ce traitement. Les recherches conduites sur les formes et fonctions du comportement agressif ont mobilisé des méthodologies extrêmement variées (statistiques publiques judiciaires et policières, enquêtes de victimation ou de délinquance autoreportée, observations, tests cogniti […] Lire la suite

APOLOGÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 540 mots

Dans le chapitre « Du Moyen Âge à l'époque contemporaine »  : […] La démarche apologétique classique du christianisme avait été formulée par saint Anselme dans son Proslogion (1078) : fides quaerens intellectum . La foi recherche les motifs qui, sans prétendre démontrer ce qui demeure mystérieux pour la raison, permettent de croire, et fondent un « jugement de crédibilité ». Mais les motifs de crédibilité ne sont pas la foi. Leur rapport à la foi restait à éluc […] Lire la suite

ARCHAÏQUE MENTALITÉ

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 7 026 mots

Dans le chapitre « L'animisme et le rationalisme sociologique »  : […] La première tentative d'analyse sociologique vraiment importante des croyances archaïques a été l'œuvre d'une école appelée animiste et dont les principaux représentants furent Spencer, Tylor et Frazer. Ramenée à ses lignes les plus générales, au-delà des aspects particuliers que lui ont donnés chacun de ces auteurs, l'animisme est une interprétation à la fois rationaliste et évolutionniste de l […] Lire la suite

ART (Aspects culturels) - Public et art

  • Écrit par 
  • Nathalie HEINICH
  •  • 6 253 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La perception esthétique »  : […] Mais les variations dans l'appréciation des œuvres selon les différents publics ne touchent pas seulement les sujets et les formes, les contenus et les styles de représentation : elles concernent tout d'abord – et trop de recherches tendent à l'oublier – le statut même des œuvres, le fait qu'elles soient ou ne soient pas appréhendées comme des objets d'art. Car, avant même de faire l'histoire et l […] Lire la suite

ASTROLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques HALBRONN
  •  • 13 309 mots

Dans le chapitre « Vers une astrologie restaurée »  : […] La démarche de l'historien peut-elle servir le praticien ? Signaler un syncrétisme accentué par des développements différents d'un pays à l'autre, un découplage, est-ce que cela est susceptible d'interpeller l'astrologue et de l'engager à renoncer à ses déviations ? Dans la mesure où celles-ci ont fait l'objet d'une exégèse justificatrice, que les Gémeaux, par exemple, sont attribués, depuis au m […] Lire la suite

ATHÉISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 3 050 mots

Littéralement, le mot « athée » veut dire « sans dieu ». Pour comprendre ses divers emplois dans le cours de l'histoire, il convient de noter que ce terme négatif n'inclut spécialement aucun verbe. Suivant le contexte, plusieurs pourront être sous-entendus : on est tenté de privilégier le verbe « croire » (l'athée est celui qui ne croit pas à l'existence de Dieu – ou des dieux), mais on parle aus […] Lire la suite

AU-DELÀ

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 435 mots

Usité comme adverbe, au-delà signifie plus loin , et, comme locution prépositive, plus loin que telle limite — de l'ordre du physique, de l'imaginable, du concevable — qu'on dépasse intentionnellement. Portée à l'absolu, cette dernière intention est créatrice d'objet : pris substantivement, le terme désigne alors un autre monde ou un état du monde opposé à l'actuel, ainsi que les sujets censés l […] Lire la suite

BONHEUR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 588 mots

Dans le chapitre « Bonheur et fuite du temps »  : […] Conscience d’être situé à mi-chemin de l’animalité et de la divinité, conscience de la mort dont l’homme ressent qu’elle est à la fois un privilège qui le situe au-dessus des bêtes et la source de son malheur, tout nous ramène, quand il s’agit du bonheur, à la question de la fuite du temps. Situer le bonheur dans la chaîne du temps semble le principal défi qu’ont dû relever les philosophes. En dép […] Lire la suite

CONFORMISME (psychologie)

  • Écrit par 
  • Michel CHAMBON, 
  • Michaël DAMBRUN
  •  • 1 022 mots

Le conformisme désigne le processus d'influence sociale par lequel une personne est amenée à aligner ses propres perceptions, croyances ou conduites sur celles d'un ensemble d'autres personnes. Commander la même boisson que ses amis lors d'une sortie, adopter les codes vestimentaires en usage dans son entourage professionnel, ou encore adhérer aux préjugés en vigueur dans son nouveau club sportif […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

États-Unis. Investiture à la présidence de Donald Trump. 6-31 janvier 2017

Obama, qui avait demandé à ses services de ne pas appliquer le décret anti-immigration en raison des recours en justice dont celui-ci est l’objet. Barack Obama fait part de son « désaccord fondamental avec la notion de discriminer des individus en raison de leur croyance ou de leur religion ». Le 31 […] Lire la suite

Tunisie. Adoption de la Constitution. 9-29 janvier 2014

du président Zine el-Abidine Ben Ali. Le 26, au terme de deux années de débats, l'Assemblée constituante adopte la nouvelle Loi fondamentale par 200 voix contre 12 et 4 abstentions. La Constitution fait de la Tunisie un « État civil » dont « l'islam est [la] religion » et qui reconnaît la liberté de croyance […] Lire la suite

Vatican – Liban. Visite du pape Benoît XVI à Beyrouth. 14-16 septembre 2012

indispensable collaboration » entre la politique et la croyance, et demande que les chrétiens ne soient pas « traités en citoyens ou en croyants mineurs ». Benoît XVI appelle enfin à « l'unité œcuménique » des chrétiens d'Orient toujours divisés. Concernant la crise syrienne, le pape demande à la communauté internationale et aux pays arabes de proposer des solutions qui respectent « la dignité de chaque personne, ses droits et sa religion ». […] Lire la suite

France. Discours du président Nicolas Sarkozy sur le rôle de la religion et sur la mémoire de la Shoah. 13 février 2008

, en janvier, il déclare que « personne ne veut remettre en cause ce trésor trop précieux qu'est la neutralité de l'État, le respect de toutes les croyances, comme celui de la non-croyance ». Il n'en évoque pas moins « l'immense besoin de spiritualité » né de la fin des idéologies totalitaires […] Lire la suite

France. Allégement en appel de la condamnation de l'Église de scientologie de Lyon. 28 juillet 1997

de prison prononcée contre Jean-Jacques Mazier, ancien président de la secte à Lyon. Elle confirme les accusations portées contre les prévenus, mais rejette tout jugement sur la doctrine de l'Église de scientologie. Rappelant que « la liberté de croyance est un des éléments fondamentaux des libertés publiques », la cour estime, en application de la jurisprudence, que « l'Église de scientologie peut revendiquer le titre de religion ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul RICŒUR, « CROYANCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/croyance/