CROISSANCE, biologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aspects généraux du phénomène

Croissance et multiplication sont deux phénomènes plus ou moins liés. Dans la reproduction asexuée des Protistes (la plus fréquente chez ces êtres unicellulaires), la multiplication des individus, c'est-à-dire la croissance de la population qu'ils constituent, est le résultat d'une alternance de croissances et de divisions cellulaires. Arrivée à un certain volume par croissance, et alors seulement, la cellule mère se divise en deux cellules filles de volume moitié moins grand (bipartition) ; la taille des cellules reste comprise entre ces deux limites, que le milieu peut faire varier, mais faiblement. Chez les êtres multicellulaires, les faits sont plus complexes et la taille des cellules est très variable. La croissance de l'organisme résulte de la combinaison des phénomènes de croissance et de multiplication cellulaires. Mais il peut y avoir croissance sans division, comme dans le cas des cellules « permanentes », nerveuses par exemple. Inversement, il peut y avoir multiplication sans croissance en volume et en poids, comme au début de l'embryogenèse. Il convient aussi de préciser à quel niveau d'organisation est étudiée la croissance : organites, cellules, tissus, organes, organisme. On peut en effet observer, dans la peau de l'homme adulte par exemple, une croissance et une multiplication cellulaires sans croissance au niveau du tissu.

La description du développement d'un organisme, de l'œuf à l'adulte, ne peut se limiter aux phénomènes quantitatifs de la croissance ; il comprend aussi des phénomènes qualitatifs, réunis sous le terme assez vague de différenciation. La distinction entre les deux n'est pas toujours aisée. Au cours de l'organogenèse, une certaine forme de croissance est souvent le support obligé de la différenciation. Au cours du développement postnatal, d'autre part, bien des changements de forme, qualitatifs en apparence, ont pu être décrits entièrement par quelques formules mathématiques simples (allométrie) ; le terme croissance différen [...]


Médias de l’article

Caractéristiques de la croissance au cours du cycle cellulaire

Caractéristiques de la croissance au cours du cycle cellulaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Rat

Rat
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Papillon

Papillon
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Chaume de seigle

Chaume de seigle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 23 pages




Écrit par :

  • : sous-directeur du laboratoire de zoologie de l'École normale supérieure, Paris
  • : professeur de biologie du développement et de la reproduction, chef de l'unité d'endocrinologie pédiatrique et du diabète à l'hôpital des Enfants malades, directeur de l'unité de recherche I.N.S.E.R.M. sur la biologie de la croissance
  • : professeur à la faculté des sciences de Rouen

Classification


Autres références

«  CROISSANCE, biologie  » est également traité dans :

AGROMÉTÉOROLOGIE

  • Écrit par 
  • Emmanuel CHOISNEL, 
  • Emmanuel CLOPPET
  •  • 6 609 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Effets des déficits hydriques et de la sécheresse »  : […] Pour certaines cultures, dites de printemps-été et semées, en France, en général entre la fin du mois de mars et le début du mois de mai, une part importante des fluctuations interannuelles des rendements est due à ce qu'on appelle le « déficit hydrique ». Celui-là peut être quantifié par différentes variables. Il correspond à une situation où la culture n'a pas pu trouver dans le sol et en extra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agrometeorologie/#i_3726

AMINOACIDES INDISPENSABLES

  • Écrit par 
  • Geneviève DI COSTANZO
  •  • 599 mots

Au début du xx e siècle, les recherches de Wilcock et de Hopkins montrèrent que certaines protéines (gélatine, zéine) sont incapables, malgré un apport azoté quantitativement suffisant, de maintenir l'équilibre nutritif de l'animal et d'assurer sa croissance. L'adjonction à ce régime de certains acides aminés, tel le tryptophane, améliore l'efficacité nutritive. De même, Osborne et Mendel montren […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amino-acides-indispensables/#i_3726

ANIMAUX MODES DE REPRODUCTION DES

  • Écrit par 
  • Catherine ZILLER
  •  • 4 437 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Reproduction asexuée : types de multiplication »  : […] La reproduction asexuée ne se déclenche que lorsque l'animal atteint une certaine taille. Elle est la conséquence de la croissance. Il en est ainsi pour l'hydre, qui commence à produire des bourgeons quand la colonne gastrique, qui est en perpétuelle croissance, a une longueur suffisante. Le bourgeonnement d'un tunicier, la claveline, est localisé aux stolons. L'allongement des stolons par suite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modes-de-reproduction-des-animaux/#i_3726

ARTHROPODES

  • Écrit par 
  • Roland LEGENDRE, 
  • Max VACHON
  •  • 2 906 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Développement et croissance »  : […] Au cours du développement embryonnaire, chez les Arthropodes, le blastopore ne persiste jamais pour donner l'anus : ce sont donc des prostomiens. L'origine du feuillet mésodermique subit de telles variations, comme l'organogenèse d'ailleurs, qu'il est impossible d'en dresser un schéma convenant à l'ensemble des Arthropodes. Le développement postnatal comporte différents stades : larvaires, puis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthropodes/#i_3726

AUXINES

  • Écrit par 
  • Catherine PERROT-RECHENMANN
  •  • 4 999 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Élongation cellulaire, croissance des organes »  : […] De nombreuses études ont montré que l'auxine était capable de stimuler l'élongation des cellules des parties aériennes de la plante. L'élongation est une croissance orientée des cellules, suivant un axe privilégié correspondant le plus souvent à l'axe de l'organe lui-même comme l'hypocotyle et l'épicotyle (pour les dicotylédones), le coléoptile (pour les monocotylédones), la tige, le pétiole. Au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auxines/#i_3726

BACTÉRIES

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Patrick FORTERRE
  •  • 11 039 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Croissance en milieu liquide »  : […] L'estimation de la croissance bactérienne est basée sur deux critères, la masse cellulaire et le nombre de bactéries, qui augmentent dans des proportions variables au cours de la croissance. La masse cellulaire est mesurée selon la densité optique du milieu, tandis que le nombre de bactéries viables est estimé d'après le nombre d'unités formant colonie sur milieu de culture solide, ensemencé à par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteries/#i_3726

BACTÉRIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Michel DESMAZEAUD, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Daniel MAZIGH
  •  • 18 332 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Panorama du métabolisme bactérien »  : […] À l'échelle chimique, même les plus petites cellules sont incroyablement compliquées. La plupart des chercheurs qui s'intéressent aux caractéristiques essentielles de la croissance et de la division cellulaires portent leur attention sur les bactéries. La bactérie la plus communément utilisée en bactériologie expérimentale, Escherichia coli , pèse environ 2 × 10 —12 gramme (10 12 daltons), poids […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteriologie/#i_3726

BRASSINOSTÉROÏDES

  • Écrit par 
  • René LAFONT
  •  • 290 mots

En 1970, était identifiée, à partir de 226 kg de pollen de colza, une substance capable de provoquer l'élongation et la division des cellules de la tige chez le haricot (un effet qui avait fourni le bioessai nécessaire pour suivre la purification de cette substance). Il s'agissait d'un nouveau stéroïde, le brassinolide ; ensuite, plus de trente composés apparentés furent isolés, qui constituent l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brassinosteroides/

CELLULE - La division

  • Écrit par 
  • Marguerite PICARD
  •  • 4 983 mots
  •  • 4 médias

La capacité à croître et à se multiplier est une propriété fondamentale du monde vivant dont la cellule est l'unité de base. Le processus de multiplication procède par divisions cellulaires successives. Il présente deux caractéristiques majeures : il s'agit, dans les conditions normales, d'un phénomène de reproduction conforme , et il est strictement contrôlé . Pour qu'un organisme unicellulaire c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cellule-la-division/#i_3726

CHALONES

  • Écrit par 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE
  •  • 251 mots

Les chalones (de la racine grecque évoquant l'idée de frein) sont des substances naturelles mises en évidence dans de nombreux tissus animaux et ayant pour fonction le contrôle de la multiplication cellulaire. En fait, leur rôle serait de ralentir, au moment opportun, la cadence des divisions cellulaires (mitoses) de telle sorte que le tissu en cours de développement atteigne sa taille optimale. C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chalones/#i_3726

CHAMPIGNONS

  • Écrit par 
  • Jacques GUINBERTEAU, 
  • Patrick JOLY, 
  • Jacqueline NICOT, 
  • Jean Marc OLIVIER
  •  • 10 942 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre «  Les structures végétatives »  : […] Chez les champignons filamenteux, la paroi qui enveloppe le filament est stratifiée, chaque strate étant constituée d'un réseau microfibrillaire noyé dans une matrice homogène ; les fibrilles peuvent être disposées assez régulièrement ou réparties apparemment sans orientation privilégiée. La nature chimique des constituants de la paroi varie selon les groupes, mais les données ne sont pas suffisam […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/champignons/#i_3726

CHÉMOSTAT

  • Écrit par 
  • Geneviève DI COSTANZO
  •  • 381 mots

Une espèce bactérienne placée dans un milieu de culture équilibré contenant tous les nutriments indispensables dans des conditions de pH, de rH et de température optimales se développe et croît suivant des lois précises. La courbe de croissance, obtenue par néphélométrie, exprime les différentes phases du phénomène : phase de latence ; phase de croissance exponentielle (ou logarithmique) ; phase d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chemostat/#i_3726

COHEN STANLEY (1922- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 300 mots

Biologiste américain, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1986 (conjointement à Rita Levi-Montalcini), pour ses travaux sur des substances produites par l'organisme qui influencent le développement de la peau et du tissu nerveux. Stanley Cohen est né le 17 novembre 1922 à New York, dans le district de Brooklyn. Il étudie au collège de Brooklyn, au collège Oberlin et à l'université du Michigan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stanley-cohen/#i_3726

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement animal

  • Écrit par 
  • Marc-Yves FISZMAN, 
  • Thomas HEAMS, 
  • Lieba LAZARD, 
  • Andras PALDI, 
  • Alain PRIVAT, 
  • Patricia SIMPSON
  •  • 16 172 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La phase adulte »  : […] Quel que soit le mode de vie embryonnaire et le type de développement, direct ou indirect, l'organogenèse a abouti à la mise en place des principaux appareils vitaux. L'organisme apparaît alors comme une mosaïque d'organes, dont l'activité spécifique permet la survie et la croissance. C'est ainsi qu'au terme de l'évolution embryonnaire, larvaire ou fœtale, s'instaure la période d'activité fonction […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-biologie-le-developpement-animal/#i_3726

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement végétal

  • Écrit par 
  • Georges DUCREUX, 
  • Hervé LE GUYADER, 
  • Jean-Claude ROLAND
  •  • 19 202 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Croissance et morphogenèse cellulaires »  : […] La différenciation cellulaire s'accompagne d'une augmentation de surface souvent très importante et orientée (fig. 18a) . Le phénomène résulte d'une croissance différentielle de la paroi. Celle-ci, qualifiée à ce stade de paroi primaire, est mince ; elle est à la fois plastique, pour permettre l'extension, et résistante, pour assurer son rôle squelettique. La paroi établit au niveau de la lamelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-biologie-le-developpement-vegetal/#i_3726

DORMANCES VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Paul ROLLIN
  •  • 2 243 mots
  •  • 2 médias

Chez de nombreuses plantes, les graines, les bourgeons passent par des phases de repos. Ainsi les semences mûres tombées sur le sol ne germent généralement pas, même si les conditions externes sont favorables à la croissance (température tiède, milieu humide et aéré) ; les bourgeons de beaucoup d'espèces vivantes cessent de croître en automne, alors que la température est encore suffisamment élev […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dormances-vegetales/#i_3726

ÉCOLOGIE

  • Écrit par 
  • Patrick BLANDIN, 
  • Denis COUVET, 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Cesare F. SACCHI
  •  • 20 598 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Énergétique individuelle »  : […] Tout individu, bactérien, végétal ou animal, doit incorporer une certaine quantité d'énergie pour assurer ses fonctions vitales. Les végétaux chlorophylliens utilisent l'énergie du rayonnement solaire. Toute la lumière (LT) parvenant au contact de la plante n'est pas employée pour la photosynthèse (fig. 1a) : une partie importante n'est pas utilisée (LNU), car perdue par réflexion. La lumière eff […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecologie/#i_3726

EMBRYOLOGIE

  • Écrit par 
  • Maurice PANIGEL, 
  • Josselyne SALAÜN, 
  • Denise SCHEIB, 
  • Jean SCHOWING
  •  • 13 223 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Embryologie descriptive : l'embryogenèse »  : […] Chez les animaux, l'œuf est une cellule unique, souvent de grande dimension, à noyau digamétique, c'est-à-dire formé par l'assemblage des noyaux des cellules reproductrices ou gamètes. Le cytoplasme cellulaire renferme des réserves plus ou moins abondantes. Si les circonstances du milieu lui sont favorables, l'œuf va donner un nouvel organisme, semblable à l'organisme des progéniteurs et assuran […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/embryologie/#i_3726

ÉPIGÉE GERMINATION

  • Écrit par 
  • Jacques DAUTA
  •  • 79 mots

Type de germination de la graine, dans lequel celle-ci est soulevée au-dessus du sol par la croissance de la plantule qu'elle renferme. C'est au niveau de l'axe situé au-dessous des cotylédons, ou hypocotyle, que la plantule s'allonge le plus vite : ainsi, les cotylédons, l'albumen (si la graine en comporte) et le premier bourgeon se trouvent exhaussés et émergent de la terre. À proprement parler, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/germination-epigee/#i_3726

FORÊTS - Les forêts tempérées

  • Écrit par 
  • Yves BASTIEN
  •  • 5 130 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La forêt réagit au changement climatique à différentes échelles »  : […] L' augmentation de l'effet de serre dope la croissance des arbres. Des études menées par l'I.N.R.A. ont mis en évidence une augmentation de productivité des essences forestières. Le hêtre a ainsi vu sa croissance en hauteur augmenter de 25 à 50 p. 100 selon un gradient ouest-est sur la période 1900-2000. D'autres essences montrent la même tendance avec des variations plus ou moins marquées selon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forets-les-forets-temperees/#i_3726

FORÊTS - Dépérissement des forêts

  • Écrit par 
  • Maurice BONNEAU, 
  • Guy LANDMANN
  •  • 5 648 mots

Dans le chapitre « Les facteurs climatiques et les facteurs sylvicoles »  : […] L' étude de la largeur des cernes annuels de croissance des arbres en relation avec l'environnement (ou dendroécologie), qui s'effectue généralement sur de fines « carottes » de sondage prélevées dans le tronc, a mis en évidence qu'un ralentissement de la croissance a généralement précédé de plusieurs années voire de plusieurs décennies les pertes d'aiguilles. Dans les Vosges et le Jura, divers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forets-deperissement-des-forets/#i_3726

FRUITS

  • Écrit par 
  • Jean-Luc REGNARD, 
  • Roger ULRICH
  • , Universalis
  •  • 7 953 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Croissance »  : […] Tandis que la taille du fruit augmente, sa forme et sa structure changent. Par suite d'inégalités de la croissance, une très jeune poire n'a pas la même forme qu'une poire mûre . On observe dans le fruit très jeune des divisions cellulaires (pendant les quatre à neuf premières semaines de la croissance de l'orange) ; plus tard, on n'enregistre plus qu'un agrandissement des cellules. Celles-ci, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fruits/#i_3726

GARGANTUAVIS

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 984 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une évolution insulaire »  : […] Tous les sites ayant livré des fossiles de Gargantuavis philoinos sont situés dans les limites de l'île Ibéro-Armoricaine, zone qui, au Crétacé supérieur, correspondait à une grande partie de la péninsule Ibérique et de la France actuelle, à une époque où l'Europe était un archipel. Les gisements de vertébrés fossiles d'âge similaire situés dans des régions correspondant à d'autres îles de cet a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gargantuavis/#i_3726

GERMINATION

  • Écrit par 
  • Paul ROLLIN
  •  • 1 788 mots
  •  • 1 média

En biologie végétale, la germination se définit, à quelques nuances près, comme le « phénomène par lequel l'embryon croît en utilisant les réserves de la graine  ; la germination peut être considérée comme terminée lorsque la plantule est autotrophe, c'est-à-dire lorsqu'elle est capable de se suffire à elle-même en puisant l'eau et les sels minéraux du sol et le gaz carbonique de l'air ». Cette dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/germination/#i_3726

GIBBÉRELLINES

  • Écrit par 
  • Paul ROLLIN
  •  • 1 530 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Rôle des gibbérellines endogènes »  : […] Le rôle des gibbérellines endogènes dans les processus de développement peut être mis en évidence par trois types d'expériences : l'analyse parallèle de l'intensité d'un phénomène physiologique et de la teneur en gibbérellines endogènes ; l'utilisation de mutants incapables de synthétiser les substances ; l'emploi d'inhibiteurs de leur synthèse. Leur action sur la croissance des tiges est particu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gibberellines/#i_3726

HORMONES

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Yves-Alain FONTAINE, 
  • René LAFONT, 
  • Jacques YOUNG
  • , Universalis
  •  • 14 342 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Hormones antéhypophysaires »  : […] L' antéhypophyse sécrète sept hormones distinctes, produites chacune par des éléments cellulaires particuliers ; elles sont de nature protidique, composées de longues chaînes d'aminoacides et de poids moléculaire très élevé. Quelques-unes sont des glycoprotéines. Quatre de ces hormones n'ont pas d'effets directs sur les effecteurs terminaux ; elles stimulent d'autres glandes endocrines, ce qui les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hormones/#i_3726

HYPOGÉE GERMINATION

  • Écrit par 
  • Jacques DAUTA
  •  • 170 mots

Type de germination de la graine, dans lequel celle-ci reste à l'intérieur du sol, comme chez le pois, le chêne, le blé, le maïs : la portion de tigelle située au-dessus des cotylédons s'allonge plus vite que la partie hypocotylée (située sous les cotylédons) ; la gemmule, ou premier bourgeon, et les premières feuilles, seules, se trouvent élevées au-dessus de la terre, portées sur cet axe épicoty […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/germination-hypogee/#i_3726

INSECTES

  • Écrit par 
  • René LAFONT, 
  • Jean-Yves TOULLEC
  •  • 12 838 mots
  •  • 35 médias

Dans le chapitre « Croissance discontinue par mues »  : […] L'exosquelette cuticulaire qui protège l'insecte est une enveloppe rigide qui limite sa croissance corporelle. Celle-ci est rendue possible par un remplacement périodique de la cuticule, lors des mues. Une mue comporte une série d'étapes (fig. 26)  : dans la première, l'apolyse, la cuticule se décolle de l'épiderme sous-jacent, puis une nouvelle cuticule est sécrétée par les cellules épidermiques  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/insectes/#i_3726

LEVI-MONTALCINI RITA (1909-2012)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  • , Universalis
  •  • 662 mots
  •  • 1 média

Médecin neurologue ayant la double nationalité italienne et américaine, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1986 (conjointement au biochimiste Stanley Cohen avec qui elle a longuement travaillé), pour la découverte d'une molécule qui stimule et module la croissance des neurones. Rita Levi-Montalcini est née le 22 avril 1909 à Turin. Après des études de médecine à l'université de Turin, elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rita-levi-montalcini/#i_3726

MALACOSTRACÉS

  • Écrit par 
  • Jacques FOREST
  •  • 10 012 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Mue, autotomie et régénération chez les décapodes »  : […] Chez tous les arthropodes, la possession d'un squelette externe rigide, pratiquement inextensible, entraîne une importante conséquence biologique : l'accroissement du corps est lié à un phénomène cyclique, connu sous le nom de mue, et au cours duquel l'animal « change de peau ». Les crustacés présentent tout au long de leur vie des mues nombreuses, car leur croissance n'est pas limitée, comme cel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/malacostraces/#i_3726

MÉRISTÈMES

  • Écrit par 
  • Arlette NOUGARÈDE
  • , Universalis
  •  • 3 232 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Fonctionnement »  : […] L'activité cambiale ne se déclenche pas au même moment dans tous les organes d'une plante. Elle s'installe au premier printemps, dans les parties hautes des rameaux, vers leur extrémité apicale, et se propage lentement vers la racine jusqu'en juillet. De même, si l'activité cambiale cesse à la fin de l'été dans les parties jeunes des tiges, elle se maintient plus longtemps dans l'appareil radicula […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meristemes/#i_3726

MÉTABOLISME

  • Écrit par 
  • Paul DI COSTANZO, 
  • Charles KAYSER, 
  • Jo NORDMANN
  •  • 8 425 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le métabolisme de croissance »  : […] La croissance d'un organisme entraîne une dépense supplémentaire d'énergie ; on ne peut augmenter, sans frais, sa masse corporelle. Le rendement de la croissance pour le développement de l'œuf (F. Tangl, 1903) et la croissance du nourrisson (Rubner) est très bon, de l'ordre de 60 à 70 p. 100. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metabolisme/#i_3726

MÉTASTASES, médecine

  • Écrit par 
  • Brigitte BOYER
  •  • 7 537 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Croissance tumorale dans le site métastatique »  : […] Une fois la cellule implantée dans le site secondaire où elle a échappé aux signaux apoptotiques, elle doit se diviser et proliférer pour pouvoir se transformer en tumeur secondaire visible macroscopiquement. Curieusement, il semble qu'un grand nombre de cellules tumorales ayant réussi à pénétrer dans un site secondaire y restent longtemps sous forme de cellules quiescentes isolées. La nécessité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metastases-medecine/#i_3726

MYRIAPODES

  • Écrit par 
  • Jean-Marie DEMANGE
  •  • 6 650 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Développement et croissance »  : […] On reconnaît deux sortes de développement postembryonnaire : l'un par épimorphose, selon lequel la larve naît avec un nombre de segments pédifères fixés dès l'éclosion ; l'autre par anamorphose – le plus fréquent –, au cours duquel les segments sont acquis au fur et à mesure du déroulement des stades de croissance jusqu'à l'état adulte. Dans les deux cas, le nombre définitif des segments est ra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/myriapodes/#i_3726

NUTRITION

  • Écrit par 
  • René HELLER, 
  • Raymond JACQUOT, 
  • Alexis MOYSE, 
  • Marc PASCAUD
  •  • 13 665 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les doses nécessaires »  : […] Lorsque l'on compare la croissance d'une plante sur des concentrations différentes d'un élément donné (plus exactement d'un sel donné, car on ne peut pas isoler un seul élément), on obtient des courbes d'action (fig. 1) dans lesquelles il est permis de distinguer : – les concentrations insuffisantes, où il y a déficience (ou même carence lorsque la déficience, très accusée, s'accompagne de symptô […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nutrition/#i_3726

OS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CAMUS, 
  • Armand de RICQLÈS
  • , Universalis
  •  • 15 852 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Croissance des os »  : […] La croissance en épaisseur de la diaphyse d'un os long se fait par apposition centrifuge d'os périostique, tandis que sa croissance en longueur est réalisée grâce au cartilage épiphysaire (ou de conjugaison), qui est remplacé au fur et à mesure de son allongement par l'ossification enchondrale. On a vu, d'autre part, que le développement osseux ne peut s'effectuer que par apposition d'os nouveau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/os/#i_3726

PALÉOHISTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Delphine ANGST
  •  • 3 439 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Identification des individus juvéniles »  : […] La paléohistologie, en particulier l’étude histologique stricto sensu des lames minces d’ossements fossiles, permet dans certains cas de savoir si l’animal étudié est encore à un stade juvénile de son développement ou non. En effet, au cours de la croissance des vertébrés (actuels et fossiles), le type d’os formé va changer. Au début de la croissance, pour les individus juvéniles, l’os va se for […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleohistologie/#i_3726

PHYTOCHROME

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BOULY, 
  • René HELLER, 
  • Émile MIGINIAC
  •  • 3 155 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Phénomènes contrôlés par le phytochrome »  : […] La germination des semences à photosensibilité positive représente une réaction photomorphogénétique type. Tant qu'elle n'a pas été éclairée, la semence est incapable de germer, même dans des conditions par ailleurs favorables (humidité, aération, température), alors que, après une exposition suffisante à la lumière (5 min pour la laitue, 1 min pour le tabac, 24 h pour l'épilobe), la germination […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phytochrome/#i_3726

PHYTOHORMONES ou HORMONES VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Robert BOURIQUET
  •  • 2 779 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Auxine et gibbérellines »  : […] Découverte à la suite de recherches effectuées sur la courbure des coléoptiles de Graminées, l'auxine, ou acide indolylacétique (AIA), a été mise en évidence dans la plupart des végétaux. Fabriquée au niveau du bourgeon terminal, elle semble responsable, en partie au moins, de l'inhibition corrélative des bourgeons axillaires ; elle favorise fortement la rhizogenèse, provoque la parthénocarpie et, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phytohormones-hormones-vegetales/#i_3726

PLANTES VIVACES

  • Écrit par 
  • Monique GUERN
  •  • 594 mots
  •  • 1 média

Selon qu'elles fleurissent et fructifient une seule ou plusieurs fois au cours de leur vie, les Angiospermes se répartissent en deux grandes catégories : d'une part celles qui disparaissent entièrement (leurs semences exceptées) dès la fin de leur première fructification, soit au bout d'un an (ou plutôt à la fin de la saison de croissance) pour les plantes annuelles (blé), au bout de deux ans pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plantes-vivaces/#i_3726

POLAROTROPISME

  • Écrit par 
  • René HELLER
  •  • 306 mots

Le polarotropisme est un tropisme (réaction d'orientation d'un organe à une anisotropie du milieu) qui se rencontre chez certains Végétaux, comme les protonémas filamenteux de Fougères, très étudiés par Mohr depuis 1963. De tels protonémas sont obtenus en faisant germer des spores à l'obscurité. Si l'on éclaire le filament du protonéma par une lumière naturelle oblique par rapport à son axe, il po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polarotropisme/#i_3726

POPULATIONS ANIMALES (DYNAMIQUE DES)

  • Écrit par 
  • Robert BARBAULT, 
  • Jean-Dominique LEBRETON
  •  • 12 014 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Le coût de la reproduction »  : […] La nécessité d'un coût, du point de vue théorique, est la conséquence logique et nécessaire du fait que l'organisme est un système contraint. Si deux (ou plusieurs) attributs biodémographiques sont en compétition pour se partager une même quantité limitée de ressources, il sera impossible en effet de les maximiser simultanément, les gains accordés à l'un se traduisant par une perte pour l'autre. O […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/animal-dynamique-des-populations/#i_3726

PREMIÈRE HORMONE VÉGÉTALE : L'AUXINE

  • Écrit par 
  • Claude LANCE
  •  • 211 mots

En isolant, en 1928, à partir du coléoptile d'avoine (gaine entourant les jeunes feuilles au début de la germination), une substance (ultérieurement nommée auxine et identifiée à l'acide β-indolylacétique ou AIA) qui est capable de promouvoir l'élongation de cet organe, Fritz W. Went (1903-1990) a ouvert la voie à l'étude des facteurs chimiques (hormones végétales) qui conditionnent la croissance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/premiere-hormone-vegetale-l-auxine/#i_3726

PRIMATES

  • Écrit par 
  • Bertrand L. DEPUTTE
  •  • 23 052 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Vitesse du développement postnatal »  : […] La période d'immaturité, sur le plan des développements somatique, psychologique et physiologique présente une durée croissante, en valeur absolue et relative, des Prosimiens jusqu'aux Anthropoïdes. Deux critères permettent d'évaluer la vitesse du développement postnatal : ce sont la croissance pondérale et l'âge de la maturité sexuelle qui en est plus ou moins dépendante. En ce qui concerne la c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/primates/#i_3726

RACINE, botanique

  • Écrit par 
  • Delphine CARTIER
  •  • 2 130 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Croissance et ramification »  : […] La racine principale présente habituellement un géotropisme positif avec circumnutation de son extrémité. À propos de la croissance en longueur des racines on peut, comme chez les tiges, distinguer deux phases successives : multiplication des cellules du point végétatif, puis élongation cellulaire dans la zone subterminale. Au fur et à mesure que les cellules méristématiques se multiplient suivant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/racine-botanique/#i_3726

RAMIFICATION VÉGÉTALE

  • Écrit par 
  • Christian BOCK
  •  • 796 mots

La ramification des tiges et des thalles a des conséquences à la fois morphologiques et biologiques. Certaines plantes gardent une tige simple toute leur vie, comme le palmier-dattier et les céréales. D'autres, les plus nombreuses, ont une tige plus ou moins abondamment ramifiée. La ramification est toujours en rapport avec l'existence de cellules à caractères embryonnaires capables de croître et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ramification-vegetale/#i_3726

RÉCIFS CORALLIENS

  • Écrit par 
  • Pascale JOANNOT
  •  • 6 421 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Croissance et répartition des coraux »  : […] Le corail construit son squelette d'aragonite lentement, plus ou moins densément selon les facteurs de l'environnement. Un corail massif grandit de 1 centimètre de diamètre par an alors qu'un corail branchu croît environ de 10 centimètres par an. Les mécanismes de croissance du corail sont complexes. Le polype prélève les ions calcium (Ca ++ ) dans l'eau de mer et les transporte activement vers le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recifs-coralliens/#i_3726

RIBOSOMES

  • Écrit par 
  • Carlo COCITO
  •  • 4 715 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Fonctions du ribosome »  : […] La synthèse protéique se fait en trois étapes : l'initiation, l'élongation et la terminaison . Elle est liée à la dissociation périodique du ribosome 70 S dans ses sous-unités lors de la terminaison et à leur réassociation lors de l'initiation, étapes caractérisant le cycle ribosomal . L' initiation démarre avec la fixation de l'ARNm à la sous-unité 30 S, suivie de l'attachement de l'aminoacyl-A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ribosomes/#i_3726

RYTHMES BIOLOGIQUES ou BIORYTHMES

  • Écrit par 
  • Catherine BLAIS, 
  • René LAFONT, 
  • Bernard MILLET, 
  • Alain REINBERG
  •  • 15 550 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Caractéristiques et propriétés »  : […] Le caractère ubiquiste des processus rythmiques rencontrés dans le monde vivant fait que la nomenclature, les définitions, la classification des rythmes et les propriétés des différents paramètres (période, amplitude, phase) s'appliquent aux végétaux comme aux animaux et à l'homme (cf. supra ). On se limitera ici à mentionner quelques points de détail. L'étude de certains modèles végétaux a en eff […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rythmes-biologiques-biorythmes/#i_3726

SQUELETTE

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Armand de RICQLÈS
  • , Universalis
  •  • 5 760 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Croissance et remaniement du squelette des animaux »  : […] Les modalités de la croissance du squelette sont très variées, bien qu'elles répondent toutes à un impératif commun et spécifique : assurer l'expansion d'une matériau dur et rigide, incapable d'expansion interne. La forme du squelette, sa structure, la nature de ses tissus ne sont pas indépendantes du processus de croissance ; au contraire, ce dernier conditionne la nature même du squelette et les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/squelette/#i_3726

STRUCTURE, biologie

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE, 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 10 000 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Forme et fonction »  : […] Dans la mesure où les rapports entre forme et fonction ne sont qu'un aspect particulier des relations entre structures et fonctions, il existe aussi une relation étroite entre la forme et la fonction. La nature de cette relation permet de définir le degré d'adaptation de celle-ci à celle-là. L'adaptation de la forme à la fonction semble être vraiment dans la nature des choses, puisqu'on la rencon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structure-biologie/#i_3726

TEISSIER GEORGES (1900-1972)

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 791 mots

Zoologiste et biologiste né à Paris. Admis à l'École normale supérieure et à l'École polytechnique (1919), Georges Teissier choisit la première. Agrégé de sciences naturelles (1923), docteur ès sciences (1931), il fut successivement agrégé préparateur à l'École normale supérieure (1924-1928), chef de travaux, maître de conférences, professeur à la faculté des sciences de Paris. Il était aussi dire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-teissier/#i_3726

TÉLÉOSTÉENS ET HOLOSTÉENS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 7 304 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Téguments et écailles »  : […] L' épiderme des Téléostéens est riche en glandes épidermiques unicellulaires. Les glandes cutanées pluricellulaires sont rares, et ce sont généralement des glandes à venin associées à divers dispositifs d'inoculation (épines operculaires des Rascasses, rayons épineux de la nageoire dorsale de la Vive...). Ce sont des glandes spécialisées qui constituent les photophores, organes producteurs de lumi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/teleosteens-et-holosteens/#i_3726

THALLE

  • Écrit par 
  • Jean FELDMANN, 
  • Marie-Thérèse L'HARDY-HALOS
  •  • 3 946 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le fonctionnement des méristèmes et modes de croissance »  : […] La croissance des thalles filamenteux est assurée par les divisions actives de cellules méristématiques. Dans les thalles les moins évolués où la croissance est diffuse, les cellules actives sont nombreuses et éparses ; leurs cloisonnements sont seulement transversaux (filaments unisériés) ou à la fois transversaux et longitudinaux (filaments plurisériés). Dans les thalles plus évolués où la croi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thalle/#i_3726

THOMPSON sir D'ARCY WENTWORTH (1860-1948)

  • Écrit par 
  • François CABANE
  •  • 325 mots

Biologiste et helléniste écossais. Diplômé du Trinity College à Cambridge, Thompson fut professeur d'histoire naturelle à l'University College de Dundee, puis à l'université de St. Andrew pendant soixante-quatre ans. Son ouvrage principal On Growth and Form (1917, 1942, 1952) passe en revue de nombreux phénomènes physiques et naturels ; la croissance de bon nombre d'animaux y est examinée avec so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thompson-sir-d-arcy-wentworth/#i_3726

TIGE, botanique

  • Écrit par 
  • Delphine CARTIER, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 2 637 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Croissance »  : […] D'une manière générale la longueur des tiges augmente plus rapidement que leur diamètre. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tige-botanique/#i_3726

TROPISMES VÉGÉTAUX

  • Écrit par 
  • K. V. THIMANN
  •  • 3 978 mots
  •  • 5 médias

Chez les végétaux, on appelle tropisme (du grec tropein  : tourner) une modification de la direction de la croissance, c'est-à-dire une courbure causée par un stimulus extérieur et en rapport avec la direction du stimulus. Par exemple, des pousses qui normalement se développent verticalement s'orientent différemment lorsqu'elles reçoivent la lumière d'un seul côté, et, de ce fait, croissent vers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tropismes-vegetaux/#i_3726

TUMEURS ANIMALES

  • Écrit par 
  • Jean-Charles FRIEDMANN, 
  • Rémi GÉRARD-MARCHANT, 
  • Charles GOSSE
  • , Universalis
  •  • 5 582 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Tumeurs chez l'homme »  : […] L' anatomie pathologique, qui se consacre à l'étude de la morphologie des processus morbides, est primordiale en carcinologie, car c'est sur elle que reposent la nomenclature et le diagnostic des tumeurs d'où découlent, dans une très large mesure, pronostic et indications thérapeutiques. On distingue généralement deux variétés de tumeurs. Les tumeurs bénignes ont une croissance lente, elles refou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tumeurs-animales/#i_3726

MITOSE

  • Écrit par 
  • Nina FAVARD
  •  • 6 509 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Mécanismes de la cytodiérèse »  : […] Mitose et cytodiérèse sont des événements distincts mais coordonnés dans le temps et dans l'espace . Mitose et cytodiérèse aboutissent ensemble à la formation de deux cellules filles de nouvelle génération issues de la division d'une cellule parentale. Les mécanismes de ces deux événements sont cependant bien distincts et nécessitent, comme on l'a vu plus haut, l'élaboration d'édifices moléculair […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mitose/#i_3726

Voir aussi

Pour citer l’article

André MAYRAT, Raphaël RAPPAPORT, Paul ROLLIN, « CROISSANCE, biologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/croissance-biologie/