CRITIQUE DE CINÉMA

Être critique de cinéma, Michel Ciment

Être critique de cinéma, Michel Ciment

Être critique de cinéma, Michel Ciment

Michel Ciment, critique de cinéma et rédacteur en chef de la revue Positif, nous parle de son métier…

De Louis Delluc à Serge Daney en passant par André Bazin, la plupart de ceux qui ont marqué la critique cinématographique en France ont navigué entre deux pôles pour approfondir et diffuser leur pensée : le journalisme, du quotidien à l'hebdomadaire, et la réflexion plus fondamentale, confinant à la théorie du cinéma, dans les revues spécialisées ou les livres. Ce n'est que dans le courant des années 1970 qu'apparaît réellement une critique de type universitaire, elle aussi fortement orientée vers la réflexion théorique. Les champs de la critique cinématographique se distinguent donc plutôt en termes d'objectifs. Journaux et magazines de grand public se donnent pour fonction de juger, d'être le « guide du spectateur », souvent moins au nom de critères esthétiques que selon le goût supposé du lecteur. À l'autre extrémité du spectre, la critique de tendance universitaire ou savante privilégie une analyse « désintéressée » de l'œuvre.

Préhistoire de la critique

Dès 1895, des chroniqueurs anonymes rendent compte des premières projections du Cinématographe Lumière. Ils insistent sur son côté documentaire (la possibilité de conserver l'image des siens, « pris dans les actes de leur vie ») et sur son pouvoir d'illusion, si parfait que Le Radical voit ces bandes en couleurs ! À partir de 1897, une presse « corporative » s'adresse aux métiers du cinéma dans des textes promotionnels ou qui s'efforcent de défendre les intérêts de la profession. En 1903, la cible se déplace de la profession vers le public : sous l'égide des éditions de la Bonne Presse (de tendance catholique), Guillaume-Michel Coissac, dans Le Fascinateur, met vigoureusement en garde contre l'immoralité du cinématographe.

En 1908, pour lancer le « film d'art » et conquérir un public bourgeois plus fiable que le « peuple » des foires auxquelles le cinéma était primitivement voué, les frères Lafitte inventent dans un même mouvement la promotion, l'information préalable et la critique : annonces, reportages sur les coulisses des tournages préparent la sortie de leurs films. Dans le très austère journal Le Temps, à propos de L'Assassinat du duc de Guise de Charles Le Bargy et André Calmettes, précisément produit par les frères Lafitte, Adolphe Brisson met en évidence ce qui différencie le cinéma du théâtre ou de la pantomime, à savoir « la vie ». « Saisir, trier, fixer en les stylisant les formes vivantes et les aspects fugitifs, c'est la tâche qu'il s'assigne. Il prétend encore ne pas se borner à la reproduction des choses actuelles, mais animer le passé, reconstituer les grandes scènes de l'Histoire par le jeu de l'acteur, l'évocation de l'atmosphère et du milieu. »

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Joël MAGNY : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Pour citer cet article

Joël MAGNY, « CRITIQUE DE CINÉMA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

Média

Être critique de cinéma, Michel Ciment

Être critique de cinéma, Michel Ciment

Être critique de cinéma, Michel Ciment

Michel Ciment, critique de cinéma et rédacteur en chef de la revue Positif, nous parle de son métier…

Autres références

  • AGEL HENRI (1911-2008)

    • Écrit par Universalis
    • 168 mots

    Critique de cinéma français. Henri Agel enseigne d'abord au lycée Voltaire de Paris où il dirige le cours de préparation à l'I.D.H.E.C., et où il forme et influence des personnalités aussi différentes que Jean-Louis Bory, Serge Daney, Claude Miller, Alain Corneau. Dans les années...

  • AMENGUAL BARTHÉLEMY (1919-2005)

    • Écrit par Suzanne LIANDRAT-GUIGUES
    • 667 mots

    L'œuvre d'écrivain de cinéma de Barthélemy Amengual est considérable, autant par sa quantité (une douzaine d'ouvrages et une multitude d'articles) que par l'acuité de son propos. Comparable aux meilleurs analystes français de sa génération (tels André Bazin ou...

  • AUDÉ FRANÇOISE (1938-2005)

    • Écrit par Universalis
    • 149 mots

    Critique de cinéma française. Enseignante, militante de la Fédération Jean-Vigo (mouvement des ciné-clubs), Françoise Audé – de son vrai nom Audugé – inaugure en 1968, dans les colonnes de la revue Jeune Cinéma, sa carrière de critique du septième art, avant d'entamer, en 1977, une longue...

  • BAZIN ANDRÉ (1918-1958)

    • Écrit par Joël MAGNY
    • 973 mots

    Co-fondateur en 1951 des Cahiers du cinéma, André Bazin, critique et théoricien, a profondément marqué la réflexion sur le cinéma de l’après-guerre. En seulement quinze ans d’activité – il meurt à quarante ans – et malgré une santé fragile, il effectue un travail critique exceptionnel en multipliant...

  • BOGDANOVICH PETER (1939-2022)

    • Écrit par Universalis
    • 905 mots

    Le réalisateur, critique et acteur américain Peter Bogdanovich est réputé pour ses tentatives de revisiter les genres de l’âge d’or hollywoodien des années 1930 et 1940. Acclamé par la critique pour trois films qu’il réalise dans les années 1970 (La Dernière Séance ; On s’fait...

  • Afficher les 30 références

Voir aussi