CRITIQUE D'ART EN FRANCE AU XIXe SIÈCLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Charles Baudelaire , Nadar

Charles Baudelaire , Nadar
Crédits : Nadar/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

La Grande Odalisque, J. A. D. Ingres

La Grande Odalisque, J. A. D. Ingres
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Émile Zola, É. Manet

Émile Zola, É. Manet
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Vue de Vliet près de Delft, J. B. Jongkind

Vue de Vliet près de Delft, J. B. Jongkind
Crédits : Bridgeman Images

photographie


« Partiale, passionnée, politique »

Savante, la critique a en effet pour but essentiel d'exprimer un engagement sur l'art vivant dont Baudelaire a résumé la force : une conception « partiale, passionnée, politique » répond seule à l'« à quoi bon ? » formulé au début du Salon de 1846. On a souvent opposé à cette pugnacité l'« empathie » de Gautier, qui souhaite comprendre plus que juger l'art de son temps. Mais comme l'a montré une exposition au musée d'Orsay à Paris (La Critique en liberté, 1997), cette « bosse de l'approbativité », selon le mot de sa fille Judith, est chez Gautier relative. Et, pour la plupart des critiques, le jugement esthétique s'apparente en effet à un combat : chez Émile Zola (1840-1902), le recueil de seize articles de « Causeries littéraires et artistiques », paru en 1866 sous le titre Mes Haines, a déjà le ton du J'accuse de 1898.

L'engagement est sollicité par l'émergence, aux Salons, de tendances nouvelles qui pimentent les chroniques. La présence de la peinture anglaise en 1824, avec la Charrette de foin de Constable, l'apparition de la sculpture romantique autour de 1830, le prétendu renouveau de la peinture d'histoire avec les commandes pour les galeries de Versailles ouvertes en 1837, la découverte d'un courant néo-grec avec le Combat de coqs de Gérôme en 1847 sont autant d'occasions pour susciter le débat. Mais des questions plus fondamentales viennent aussi l'agiter, parfois pendant plusieurs années, comme celles du réalisme autour de 1850 ou de l'impressionnisme après 1870. Au sein de ces affrontements, l'exemple moins spectaculaire de l'opposition entre Ingres et Delacroix n'est pas qu'une vision traditionnelle de manuel d'histoire de l'art. Elle semble, confortée par l'Exposition universelle de 1855, cristalliser les antagonismes entre dessinateurs et coloristes au milieu du siècle. Il est rare qu'à l'exemple des frères Goncourt on soit à la fois hostile aux deux maîtres, reprochant à Delacroix ses « g [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art contemporain à l'université des sciences humaines de Strasbourg

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Christine PELTRE, « CRITIQUE D'ART EN FRANCE AU XIXe SIÈCLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-d-art-en-france-au-xixe-siecle/