CRITIQUE D'ART, Antiquité gréco-romaine

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'ekphrasis ou l'œuvre absente

La rencontre d'Encolpe et du vieux poète Eumolpe dans la pinacothèque permet à Pétrone de résumer et de mettre en scène, non sans une certaine ironie, tous les apports de la critique d'art précédemment définis : analyse « xénocratéenne » des tableaux des vieux maîtres qui culmine avec Apelle (lxxxiii), histoire et mort de l'art classique (lxxxviii), variation sur le thème de l'ut pictura poesis, à propos d'un tableau figurant la prise de Troie (lxxxix-xc). Mais, dans le monologue d'Encolpe comme dans le dialogue « socratique » entre le poète chenu et le jeune étudiant, une dimension nouvelle vient s'ajouter : la description à la fois émotionnelle et rationnelle de l'effet produit par le tableau sur le spectateur. Encolpe, qui vient d'être trahi par son ami, ne voit dans les tableaux que des scènes d'enlèvement de nature homosexuelle qui ravivent encore sa douleur. Un tel procédé d'analyse psychologique apparaît, dès le iiie siècle avant J.-C., chez les poètes alexandrins. Théocrite, dans les Syracusaines, Hérondas, dans le IVe Mimiambe, ont ainsi esquissé des portraits féminins pleins d'humour. On relèvera surtout, chez Hérondas, le morceau de critique « populaire » à laquelle se livrent Kynnô et Philè devant les tableaux d'Apelle, dans l'Asclépieion de Cos. Les deux jeunes femmes sont surtout sensibles aux effets de réel de la peinture (chairs d'un enfant, éclat des matières précieuses, vérisme des animaux), autant de remarques qui rappellent une série d'anecdotes transmises dans les vies de peintres : raisins de Zeuxis que les oiseaux picorent, rideau de Parrhasios qui abuse Zeuxis, cheval hennissant devant son homologue créé par le pinceau d'Apelle... Par la suite, toute une tradition romanesque jusqu'à l'Antiquité tardive (voir Achille Tatius, Leucippe et Clitophon, i, 1 ; v, 3) utilise la description de tableaux pour peindre indirectement les passions des personnages, notamment dans le domaine amoureux, ce qui permet de parler d'une véritable érotique du tableau. Il s'agit même, avec Philostrate l'Aîné (Vie d'Apollonios de Tyane, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  CRITIQUE D'ART, Antiquité gréco-romaine  » est également traité dans :

ART NÉO-ATTIQUE (Rome)

  • Écrit par 
  • Gilles SAURON
  •  • 230 mots
  •  • 1 média

Au lendemain des guerres puniques, la puissance militaire et diplomatique de Rome s'impose progressivement à l'ensemble du monde méditerranéen. Enrichis par les conquêtes et séduits par les nombreux originaux pillés par les généraux, les Romains et les Italiens recherchent des œuvres d'art ou des objets d'artisanat de luxe. Face à cette demande très forte, les centres producteurs du monde grec rép […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-neo-attique/#i_95284

Voir aussi

Pour citer l’article

Agnès ROUVERET, « CRITIQUE D'ART, Antiquité gréco-romaine », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-d-art-antiquite-greco-romaine/