CRISES FINANCIÈRESKrachs boursiers

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les crises boursières historiques

L'histoire des bulles et de leur effondrement est aussi ancienne que celle des marchés financiers. Citons, parmi les plus notables : l'euphorie spéculative sur les bulbes de tulipes en Hollande à partir de 1634 puis l'effondrement des cours en 1637 ; les crises à quelques mois d'intervalle en 1720 sur le cours des titres de la Compagnie d'Orient en France et sur le cours de la South Sea Company en Angleterre ; au xixe siècle, les crises liées aux investissements dans les infrastructures (routes, canaux, chemins de fer) aux États-Unis ; les krachs d'octobre 1929, d'octobre 1987, le e-krach de septembre 2000 et enfin le krach de 2008 consécutif à l’effondrement de la bulle immobilière qui a affecté le secteur bancaire à l’échelle mondiale. Mais toutes les variations brutales et de grande ampleur des cours ne sont pas liées à des bulles spéculatives, comme lors de l'hyperinflation en Allemagne de 1920 à 1923, ou lors des chocs pétroliers, de la montée de l'inflation et de la dégradation de l'activité économique dans les pays avancés à partir de 1973.

Depuis 1900, les États-Unis ont connu quinze crises boursières . Les deux crises les plus spectaculaires restent celle de 1929, où le Dow Jones perd 23,05 p. 100 les 28 et 29 octobre, et celle de 1987 où cet indice perd 22,61 p. 100 le 19 octobre. Les autres crises connues aux États-Unis n'ont pas été caractérisées par des chutes aussi importantes dans un délai aussi court (un ou deux jours). Ces deux crises emblématiques sont cependant différentes dans leur forme. Lors de la crise de 1929, l'indice Standard & Poor's 500 baisse de 84,76 p. 100 en trente-trois mois. L'indice mettra vingt-cinq ans pour retrouver le niveau qu'il avait atteint à la veille du krach, ce qui signifie que les investisseurs de l'époque ont mis vingt-cinq ans pour retrouver la valeur de leur portefeuille (du moins, pour ceux qui avaient acheté au plus haut en septembre 1929). La crise de 1929 est, en termes d'amplitude, la plus grave qu'aient connue les États-Unis au cours du xxe siècle. La crise de 1987 est beaucoup plus courte puisque les cours baissent de 26,84 p. 100 en quatre mois. Le niveau des cours constaté la veille du krach sera de nouveau atteint vingt-trois mois plus tard.

Crises boursières aux États-Unis

Tableau : Crises boursières aux États-Unis

Les États-Unis ont connu quatorze crises boursières majeures au cours du xxe siècle et de la première décennie du xxie siècle, mesurées ici à partir de l'indice S&P 500. La plus importante fut incontestablement la crise de 1929, sous réserve des données définitives qui... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Krach de 1929 aux Etats-Unis

Dessin : Krach de 1929 aux Etats-Unis

Les 28 et 29 octobre 1929, la Bourse de Wall Street perd 23,05 p. 100. De 1929 à 1932, l'indice Standard & Poor's perd près de 85 p. 100 de sa valeur en 33 mois. Les investisseurs de l'époque ont mis 25 ans pour retrouver la valeur de leur portefeuille (pour ceux qui avaient acheté au... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Krach de 1987 aux Etats-Unis

Dessin : Krach de 1987 aux Etats-Unis

Le 19 octobre 1987 fut le fameux « lundi noir » où l'indice Dow Jones perdit 22,6 p. 100, la plus forte chute quotidienne aux États-Unis. En 4 mois, l'indice Standard and Poor's recula de près de 27 p. 100. Les cours constatés la veille du krach seront de nouveau atteints moins de deux ans... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La deuxième plus importante crise débute en mars 1937 et durera neuf ans et deux mois, avec une baisse de l'indice Standard & Poor's 500 de 45,39 p. 100 en quatorze mois. La troisième commence en novembre 1916, s'achève huit ans et deux mois plus tard avec une baisse de 43,40 p. 100 en treize mois. La quatrième débute en janvier 1973, s'achève sept ans et six mois plus tard avec une baisse de 43,35 p. 100 en vingt-trois mois. La cinquième crise en termes d’amplitude, qui débute en août 2000 avec une baisse de 42,51 p. 100 en vingt-six mois, apparaît aux États-Unis relativement peu rapide comparée aux précédentes et le plus important repli sur une journée n’y dépasse pas 4,65 p. 100. C'est pourquoi certains commentateurs l'ont intitulée « krach rampant » ou « krach lent ». Elle touche plus gravement les sociétés des technologies de l'information et des télécommunications représentées par l'indice Nasdaq qui chute de 74,15 p. 100 en trente et un mois. Enfin, la crise dite des subprimes consécutive au krach immobilier aux États-Unis a entraîné un effondrement de l'indice Standard & Poor's 500 de 55 p. 100, devenant ainsi la deuxième crise en termes d’amplitude après celle de 1929 et devant celle de 1937.

Krach de 2000 aux États-Unis

Dessin : 
			Krach de 2000 aux États-Unis

À partir d'août 2000, l'indice Standard & Poor's baisse de 42,51 p. 100 en 26 mois. Certains commentateurs l'ont intitulé « krach rampant » ou « krach lent », car cette crise n'a pas présenté de variations quotidiennes importantes comme en 1929 ou 1987, et la baisse des cours... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

« e-krach » aux États-Unis

Dessin : 
			
			« e-krach » aux États-Unis

L'indice Nasdaq représentatif des sociétés appartenant au secteur des T.M.T. (télécommunications, médias et technologie) perd près de 75 p. 100 de sa valeur en 31 mois à partir de mars 2000. Cette crise est la plus importante qu'ait connue l'indice depuis sa création en 1971 (indice... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La France, depuis 1926, a connu onze crises boursières majeures . La plus importante fut également celle de 1929 avec une chute de 75 p. 100 en sept ans et six mois . La deuxième est celle qui débute en septembre 2000 avec une chute de 65,29 p. 100 de l'indice CAC 40 en deux ans et six mois . Mais ce krach apparaît beaucoup plus important pour l'indice du nouveau marché représentant les sociétés de la nouvelle économie qui chute de 90 p. 100 en dix-huit mois . Enfin, notons que la France et l’Europe ont été touchées au début de 2011 par un krach lié aux tensions sur la solvabilité de certaines dettes souveraines européennes et les craintes de voir la zone euro « exploser ». Lors de cette crise, qui toucha en particulier les marchés obligataires de certaines dettes publiques, l’indice CAC 40 accusa une chute de 31,50 p. 100 en huit mois.

Crises boursières en France depuis 1926

Tableau : Crises boursières en France depuis 1926

La France a connu onze crises boursières majeures depuis 1926. La plus importante fut celle de 1929, pendant laquelle les cours ont baissé de près de 60 p. 100 en trois ans et trois mois. La baisse des cours s'est ensuite poursuivie pendant plusieurs années, mais à un rythme moins soutenu.... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Krach de 1929 en France

Dessin : Krach de 1929 en France

La crise de 1929 fut la plus importante crise boursière qu'ait connue la France. La baisse des cours débuta en février, quelques mois avant la crise aux États-Unis. La Bourse de Paris perd près de 60 p. 100 de sa valeur, en trois ans et trois mois. Les cours continuèrent de baisser par la... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Krach de 2000 en France

Dessin : Krach de 2000 en France

La crise de 2000 apparaît comme la plus importante crise qu'ait connue la France depuis la crise de 1929. En deux ans et un mois, l'indice SBF 250 perd près de 53 p. 100 de sa valeur (cet indice, composé de 250 valeurs, est représentatif de l'ensemble du marché boursier français). Cette... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Crise de 2000 : indice NM

Dessin : Crise de 2000 : indice NM

Inspiré du Nasdaq américain, l'indice Nouveau Marché (NM) est créé en France en 1996 pour représenter les sociétés innovantes. Il a perdu plus de 90 % de sa valeur en dix-huit mois. La progression des cours qui précède le krach est effrénée : de novembre 1999 à mars 2000, ils sont... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Crise de 2000 : indice NM

Dessin : Crise de 2000 : indice NM

Inspiré du Nasdaq américain, l'indice Nouveau Marché (NM) est créé en France en 1996 pour représenter les sociétés innovantes. Il a perdu plus de 90 % de sa valeur en dix-huit mois. La progression des cours qui précède le krach est effrénée : de novembre 1999 à mars 2000, ils sont... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les pays en développement n'ont pas [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Crises boursières aux États-Unis

Crises boursières aux États-Unis
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Krach de 1929 aux Etats-Unis

Krach de 1929 aux Etats-Unis
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Krach de 1987 aux Etats-Unis

Krach de 1987 aux Etats-Unis
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique


			Krach de 2000 aux États-Unis

Krach de 2000 aux États-Unis
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 13 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CRISES FINANCIÈRES  » est également traité dans :

CRISES FINANCIÈRES - Instabilité financière

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 7 126 mots

L'instabilité financière se manifeste par des mouvements importants et parfois brutaux des variables financières, notamment les cours boursiers et les taux de change. Elle prend la forme de phases haussières (les booms) ou baissières (les dépressions), qui tendent à éloigner d'une manière significative et durable ces variables de l […] Lire la suite

CRISES FINANCIÈRES - Régulation financière internationale

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 4 704 mots

Au cours des années qui marquent l'avènement du xxie siècle, l'économie mondiale est secouée par des désordres financiers récurrents. Ces derniers se manifestent sous des formes diverses : crises financières des pays émergents tels que la Turquie en 2000 et l'Argentine e […] Lire la suite

AGENCES DE NOTATION

  • Écrit par 
  • Patrick JOLIVET
  •  • 3 399 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Remises en cause  »  : […] La crise financière de 2007-2008, dite crise des subprimes (par référence aux emprunts immobiliers hypothécaires à risque aux États-Unis), puis la crise de la dette souveraine qui la suit immédiatement en 2009-2010 ont conduit à la mise en cause des agences de notation des deux côtés de l'Atlantique. Cette mise en cause porte sur au moins trois arguments : l'incapacité des agences à prévoir des c […] Lire la suite

AGLIETTA MICHEL (1938- )

  • Écrit par 
  • Yamina TADJEDDINE
  •  • 1 084 mots
  •  • 1 média

Penseur du capitalisme et de la monnaie, Michel Aglietta est un chercheur, un pédagogue et un expert reconnu des économistes, des historiens et des anthropologues, mais aussi des politiciens et des syndicalistes de toute tendance . Né dans une famille modeste d’immigrés italiens en 1938 à Chambéry, il intègre l’École polytechnique en 1959, puis entre à l’Institut national de la statistique et des […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Les richesses minières et énergétiques »  : […] L'Algérie possède des ressources minières non négligeables. Le minerai de fer, dont l'essentiel des réserves est situé à Gara-Djebilet au sud de Tindouf, est également présent à Ouenza, Bou Khadra, Beni Saf et Zaccar, près de la frontière tunisienne. La production, en 2007, était de l'ordre de 1,6 million de tonnes, mais les capacités maximales de production sont loin d'être atteintes. On estime […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 856 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « L'économie nationale et ses fluctuations »  : […] Le développement de l'industrie et des transports ne va pas sans l'organisation d'un marché financier. L'unité monétaire est pratiquement assurée par la convention de 1857 qui, au-dessus des monnaies des États, crée le thaler d'union, équivalent au thaler prussien. Les premiers grands établissements de crédit datent de ces années : Darmstädter Bank en 1853, Diskontogesellschaft en 1856. La Bourse […] Lire la suite

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 36 989 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La grande crise de 2001 »  : […] Dans un contexte de déflation et de fortes sorties de capitaux – associées à une diminution persistante des dépôts bancaires, la crise ouverte a été déclenchée en décembre 2001 par la mise en place du corralito (le gel des dépôts bancaires) et la suspension du déboursement d'une tranche du prêt accordé par le FMI, remettant en cause l'accord en vigueur avec cette institution. Bien que largement […] Lire la suite

BANQUE - La crise des subprimes et le système bancaire

  • Écrit par 
  • Paul LAGNEAU-YMONET, 
  • Angelo RIVA
  •  • 2 874 mots

La crise déclenchée durant l'été de 2007 sur le marché des dérivés de crédit a eu pour cause première le retournement du marché des emprunts immobiliers aux États-Unis. Elle s'est transformée l'année suivante en une crise financière majeure, affectant tout particulièrement les banques. Elle a ensuite précipité une dépression économique qui a obligé les pouvoirs publics, en 2009 puis en 2010, à ve […] Lire la suite

BANQUE - Supervision prudentielle

  • Écrit par 
  • Jézabel COUPPEY, 
  • Dominique PLIHON
  •  • 6 046 mots

Dans le chapitre « L’évolution de la supervision prudentielle après la crise de 2008 »  : […] La crise financière internationale qui s’est propagée dans les principaux pays développés à partir de 2008 a mis au grand jour les insuffisances de la supervision prudentielle. Non seulement le système de supervision existant n’a pas pu empêcher la crise, mais on peut même considérer qu’il a contribué à celle-ci. D’importantes réformes ont été engagées avec la mise en place en septembre 2010 de Bâ […] Lire la suite

BANQUES CENTRALES

  • Écrit par 
  • Sylvie DIATKINE
  •  • 6 874 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La doctrine »  : […] L'inflation n'est qu'un des facteurs d'altération de la confiance dans la monnaie ; le risque systémique qui met en péril le système de paiements en représente un autre. Ce dernier est lié au développement des formes diverses d'instabilité financière. Elles peuvent se manifester au sein du système bancaire (par exemple, la crise des Caisses d'épargne dans les années 1980 aux États-Unis, les nombr […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christophe BOUCHER, « CRISES FINANCIÈRES - Krachs boursiers », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/crises-financieres-krachs-boursiers/