COÛT MARGINAL

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Théorie néo-classique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 2 836 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le producteur et le consommateur »  : […] Le consommateur retire de la consommation de chaque bien une satisfaction, ce que l'économiste appelle l'utilité du bien. Comme il y a un effet de saturation, la satisfaction procurée par la consommation d'une unité supplémentaire de bien est de moins en moins importante. Par ailleurs, en regard de chaque acte de consommation, il faut mettre le désagrément du prix à payer pour acquérir le bien […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Keynésianisme

  • Écrit par 
  • Olivier BROSSARD
  •  • 8 210 mots

Dans le chapitre « De la nouvelle économie keynésienne au « nouveau consensus » »  : […] Alors que la théorie des « équilibres à prix fixes » s'était préoccupée des conséquences macroéconomiques des rigidités de prix et de salaires, les travaux appartenant à la « nouvelle économie keynésienne » (N.E.K.) cherchèrent tout d'abord à en comprendre l' origine (Mankiw et Romer, 1991). Les théoriciens de la N.E.K. étudièrent ainsi quatre grands types de rigidités : les rigidités nominales d […] Lire la suite

L'ÉCONOMIE DE LA CONCURRENCE IMPARFAITE, Joan Violet Robinson - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 012 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une critique de la théorie néo-classique de la concurrence »  : […] L'idée de base de la concurrence imparfaite décrite par Joan Robinson est que, loin d'être l'état normal de l'économie, la concurrence est une situation limite, en pratique inaccessible. En revanche, le monopole, considéré par les théoriciens néo-classiques comme un cas aberrant, correspond à la vie économique réelle. Les hypothèses du modèle de concurrence pure et parfaite sont la liberté des in […] Lire la suite

ÉCONOMIE INDUSTRIELLE

  • Écrit par 
  • Bruno JULLIEN
  •  • 9 068 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le monopole »  : […] Une entreprise est dite en monopole sur son marché si elle distribue un produit pour lequel il n'existe pas d'autre produit qui pourrait remplir la même fonction ou une fonction proche (un substitut). Si, dans des cas extrêmes, le concept est facile à définir (la distribution d'eau par exemple), la notion dépend de ce que l'on entend par marché et par produit. Par exemple, le monopole de distribut […] Lire la suite

GESTION FINANCIÈRE - Comptabilité de gestion

  • Écrit par 
  • Henri BOUQUIN
  •  • 4 650 mots

Dans le chapitre « Coûts et décisions »  : […] Un coût se construit pour une autre raison : différentes décisions appellent différentes analyses. Se demander s'il faut ouvrir un restaurant, en fixer les périodes d'ouverture, en élaborer la carte sont des choix de portées différentes. Le choix stratégique, par exemple le lancement d'un nouveau produit (ou l'ouverture du restaurant), demande de considérer un coût complet  : tous les coûts qui n' […] Lire la suite

INTERVENTION DE L'ÉTAT, économie

  • Écrit par 
  • Dominique HENRIET, 
  • André PIETTRE
  •  • 10 782 mots

Dans le chapitre « La tarification au coût marginal »  : […] La tarification au coût marginal est un principe d'efficacité : si le prix d'une unité de bien est fixée au coût qu'elle représente pour l'entreprise, le consommateur reçoit le bon signal. Par ce type de tarification, le producteur transfère à l'acheteur la responsabilité de la production. Le consommateur a entre les mains les termes exacts de l'arbitrage : il n'achète que si la valeur qu'il acco […] Lire la suite

SANTÉ - Économie de la santé

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MOATTI
  •  • 9 632 mots

Dans le chapitre « Les analyses coût/efficacité et coût/bénéfice des stratégies médicales et sanitaires »  : […] Dans les secteurs d'activité dont la régulation échappe pour partie au marché, le calcul économique formalisé, dont l'outil de référence est l'analyse coût-bénéfice, permet de comparer des usages alternatifs des ressources et d'identifier les stratégies qui maximisent le « surplus social net », c'est-à-dire la différence entre les coûts et les avantages totaux pour la collectivité. Les revues sci […] Lire la suite