COURS FORCÉ, change

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme de cours forcé a surtout servi à définir la situation du papier-monnaie dans certains pays et à certaines époques, par exemple celle des assignats sous la Révolution française. Il signifie que le papier-monnaie doit être accepté en paiement à sa valeur nominale et ne peut être converti en monnaie métallique. Autrefois exceptionnelle, cette situation de non-convertibilité est aujourd'hui celle de toutes les monnaies.

En matière de change, il y a cours forcé lorsqu'un pays fixe par voie d'autorité les taux auxquels sa monnaie peut être échangée contre des monnaies étrangères. Ce fut le cas de tous les pays à régime socialiste. L'existence d'un cours forcé provoque toujours la formation d'un marché clandestin sur lequel les monnaies étrangères s'échangent à des cours souvent beaucoup plus élevés.

—  Georges BLUMBERG

Écrit par :

  • : licencié en droit, diplômé de l'École nationale des langues orientales vivantes, professeur à la faculté libre, autonome et cogérée d'économie et de droit, Paris

Classification


Autres références

«  COURS FORCÉ, change  » est également traité dans :

FRANC FRANÇAIS

  • Écrit par 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 9 668 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'émission des billets »  : […] Le régime de l'émission évolue peu à peu. Les Hôtels des monnaies en province cessent leur activité les uns après les autres et, à la fin du siècle, l'Administration des monnaies et médailles, dépendant du Trésor public, centralise la frappe des pièces. L'émission de billets ne trouve son organisation définitive qu'en 1848. De 1817 à 1838, neuf banques départementales d'émission sont créées. Indép […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franc-francais/#i_19623

Pour citer l’article

Georges BLUMBERG, « COURS FORCÉ, change », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cours-force-change/