COURS DE PHILOSOPHIE POSITIVE, Auguste ComteFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La sociologie, entre raison et intuition

Cette somme tient son originalité intrinsèque à la prétention naturelle de la sociologie, comme science, à tirer sa légitimité tant théorique que pratique de l'imbrication, au fondement même des conditions de possibilité du positivisme, d'une théorie de l'histoire et d'une théorie de la connaissance. En effet, l'une la soumet à une règle diachronique de développement, l'autre à un principe synchronique d'organisation.

La fameuse loi des trois états justifie d'abord l'apparition tardive de la sociologie en rattachant la construction du rapport au réel à la nature de l'esprit humain, ce dernier passant, selon un ordre nécessaire de progression, d'un savoir intuitif porté sur les substances, les causes et forces surnaturelles à l'étude des relations empiriquement observées et exprimées par des lois. La classification des sciences, pour sa part, permet à chacune de repérer leur niveau respectif d'investigation de la réalité et donc d'établir, sur la base de la supériorité de la théorie sur la pratique, du spéculatif sur le concret, leur hiérarchie, des mathématiques à la sociologie. Mais la série s'inverse, ou du moins l'antériorité des premières s'explique dès que l'on retient comme critère la complexité croissante des objets qui imposent le recours pour la seconde à une méthode synthétique privilégiant le tout sur la partie.

Ainsi y a-t-il un ordre et un progrès, une statique et une dynamique que les leçons de sociologie du Cours enregistrent, à travers les influences conjuguées du Romantisme et des Lumières, de Condorcet et de Montesquieu d'un côté, de Bonald et de Maistre de l'autre. La promotion assurée de l'esprit positif oriente l'ensemble vers un providentialisme proche de Bossuet, visible dans le thème de l'unification des sociétés dans un état définitif.

Bien que ses conceptions déterministes et holistes établisse [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

  • : docteur en sociologie, D.E.A. de philosophie, maître de conférences à l'université de Paris V-Sorbonne

Classification


Autres références

«  COURS DE PHILOSOPHIE POSITIVE, Auguste Comte  » est également traité dans :

COMTE AUGUSTE (1798-1857)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 9 458 mots
  •  • 1 média

En ouvrant la conclusion totale du Système de politique positive , Auguste Comte distingue dans sa vie intellectuelle deux carrières. Dans la première, qui correspond à peu près à l'élaboration du Cours de philosophie positive , il s'est efforcé de transformer la science en philosophie. Dans la seconde, il a travaillé à transformer la philosophie en religion. Le lien serait fourni par le Cours d […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 893 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les esthétiques de l'objet »  : […] Un premier groupe de théories envisage l'esthétique d'un point de vue résolument gnoséologique. Discipline positive, l'esthétique renverrait aux différentes sciences humaines, dont elle serait appelée à utiliser tour à tour les diverses méthodes, sans avoir cependant à se plier entièrement à aucune. Elle se voudrait à ce titre, plutôt qu'une science humaine parmi les autres, un modèle possible pou […] Lire la suite

POSITIVISME

  • Écrit par 
  • Angèle KREMER-MARIETTI
  •  • 5 246 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le concept et la doctrine »  : […] D'une manière générale et en tant que concept, le positivisme caractérise une attitude épistémologique liée à la pratique des diverses méthodes scientifiques à la fois rationnelles et expérimentales. Le positivisme épistémologique exige, en premier lieu, que la science parte de faits observables et définis relativement à un observateur, puisque tout phénomène « consiste toujours en une relation dé […] Lire la suite

POSITIVISME, notion de

  • Écrit par 
  • Jean LECLERCQ
  •  • 1 379 mots

Dans le chapitre « La science positive »  : […] De telles inflexions obligent à parler d'un positivisme historique, celui de Comte et de son Cours de philosophie positive (1830-1842), auquel il convient de revenir, mais sans pratiquer un réductionnisme historique, qui s'efforce de concilier une histoire dynamique de la philosophie et une philosophie de l'histoire. Le positivisme accorde une primauté intellectuelle à Bacon, Galilée et Descarte […] Lire la suite

Pour citer l’article

Éric LETONTURIER, « COURS DE PHILOSOPHIE POSITIVE, Auguste Comte - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cours-de-philosophie-positive/