COURS DE LINGUISTIQUE GÉNÉRALE, Ferdinand de SaussureFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La notion de signe

« Le signe linguistique est donc une entité psychique à deux faces [...] Nous appelons signe la combinaison du concept et de l'image acoustique : mais dans l'usage courant ce terme désigne généralement l'image acoustique seule, par exemple un mot (arbor, etc.). [...] L'ambiguïté disparaîtrait si l'on désignait les trois notions ici en présence par des noms qui s'appellent les uns les autres tout en s'opposant. Nous proposons de conserver le mot signe pour désigner le total, et de remplacer concept et image acoustique respectivement par signifié et signifiant ; ces derniers termes ont l'avantage de marquer l'opposition qui les sépare soit entre eux, soit du total dont ils font partie. [...] Le signe linguistique ainsi défini possède deux caractères primordiaux. [...] Le lien unissant le signifiant au signifié est arbitraire, ou encore, puisque nous entendons par signe le total résultant de l'association d'un signifiant à un signifié, nous pouvons dire plus simplement : le signe linguistique est arbitraire. [...] Le signifiant, étant de nature auditive, se déroule dans le temps seul et a les caractères qu'il emprunte au temps : a) il représente une étendue, et b) cette étendue est mesurable dans une seule dimension : c'est une ligne. »

De toutes les formules avancées par Ferdinand de Saussure, celle qui concerne le « signe » est probablement la plus discutée. Pour rompre avec la tradition philosophique qui se résume à définir le signe comme « quelque chose mis pour autre chose », Saussure ramène l'attention de la linguistique vers la constitution interne du signe en excluant le référent – la chose à quoi se substituerait le signe. Le signe est alors défini comme psychique, ce qui vaut aussi bien pour le signifié – c'est une évidence – que pour le signifiant. La langue, conçue comme système de signes, est construite en tant que réalité intellectuelle, de l'ordre du symbolique. Ce qui appartient à la pensée (les « concepts ») est rabattu sur la langue (le « signi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  COURS DE LINGUISTIQUE GÉNÉRALE, Ferdinand de Saussure  » est également traité dans :

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La linguistique saussurienne, le formalisme russe, le New Criticism »  : […] Pour le nouveau textualisme français, il y a deux ou trois références plus proches que l'aristotélisme : la linguistique saussurienne, le formalisme russe et le New Criticism anglo-américain, tardivement découverts par une culture littéraire et philosophique parisienne relativement isolée du reste du monde. Quelques principes, extraits du Cours de linguistique générale de S […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_32551

DIACHRONIE ET SYNCHRONIE, linguistique

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 197 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Deux approches de l'étude de la langue  »  : […] Avant Saussure , les deux points de vue étaient assez largement confondus : ainsi les tenants de la linguistique historique du xix e  siècle (comparatistes et néo-grammairiens) tendaient-ils à tout expliquer – y compris les faits synchroniques – en termes diachroniques. C'est à Saussure qu'il revient d'avoir exposé la nécessité méthodologique et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diachronie-et-synchronie-linguistique/#i_32551

ÉCRITS DE LINGUISTIQUE GÉNÉRALE (F. de Saussure)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude CHEVALIER
  •  • 935 mots

Peu de carrières scientifiques ont été aussi étranges que celle de Saussure. Après l'éclat du Mémoire sur le système primitif des voyelles dans les langues indo-européennes (1878), puis la thèse, le jeune docteur est d'abord chargé de cours aux Hautes Études à Paris. Il revient à Genève en 1891 pour enseigner les langues indo-européennes, et enfin la linguistique générale à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecrits-de-linguistique-generale/#i_32551

LANGAGE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 304 mots

Dans le chapitre « La langue : un système ? »  : […] La linguistique du xx e  siècle s’est penchée sur la notion de « langue ». Ce fut le cas du pionnier en ce domaine que fut le Suisse Ferdinand de Saussure (1857-1913). La parole , parce qu’elle est individuelle et largement insaisissable, ne doit pas préoccuper le linguiste, qui va concentrer son attention sur la «  langue  ». Qu’est-ce que la l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langage-notions-de-base/#i_32551

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Linguistique structurale et linguistique transformationnelle »  : […] Le Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure (1916) a imposé la conception structurale du langage qui domine largement la linguistique contemporaine en dépit des conflits d'écoles. Mais un événement des plus importants, du moins pour la philosophie du langage, est l'apparition et le développement rapide d'une nouvelle méthode d'analyse du langage, celle de la g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_32551

LINGUISTIQUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre KUENTZ
  •  • 5 324 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Problématique »  : […] C'est apparemment d'une rupture avec la littérature que naît la linguistique moderne. Le Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure se présente comme une réaction contre la tradition philologique pour laquelle études grammaticales et amour du beau langage allaient de pair. Jusque-là, les « textes » étaient le lieu d'exercice de la théorie grammaticale. Grammairi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-et-litterature/#i_32551

ORDRE SYMBOLIQUE

  • Écrit par 
  • Alexandre ABENSOUR
  •  • 1 396 mots

Dans le chapitre « Le langage comme ordre fondamental de la culture »  : […] Selon cette nouvelle approche, le langage apparaît alors moins comme une forme parmi d'autres que comme la structure symbolique fondamentale sur fond de laquelle s'élève toute autre construction culturelle. Il faut d'abord s'entendre sur les termes, puisque, dans son Cours de linguistique générale (1916), Saussure s'emploie à distinguer le signe linguistique du symbole. L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordre-symbolique/#i_32551

PARADIGME, linguistique

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Michel BRAUDEAU
  •  • 684 mots

Au sens traditionnel du terme, un paradigme est l'ensemble caractéristique des formes fléchies d'un morphème lexical. Ainsi, dans une langue à cas, le nom, le pronom, l'adjectif prennent, selon le genre, le nombre, la personne qui leur sont propres et les rapports qu'ils ont aux autres éléments de la phrase, des désinences particulières : on dit qu'ils se déclinent. Le paradigme de la première déc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paradigme-linguistique/#i_32551

SAUSSURE FERDINAND DE (1857-1913)

  • Écrit par 
  • André MARTINET
  •  • 1 442 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un enseignement créateur »  : […] Ferdinand de Saussure naît à Genève d'une vieille famille patricienne, illustrée par une lignée de savants, physiciens, chimistes ou naturalistes. D'une remarquable précocité, il anticipe, dès le gymnase, une découverte qui sera, beaucoup plus tard, un des plus beaux titres de gloire de K. Brugmann. Après un an d'études à l'université de sa ville natale, en 1876, à peine âgé de dix-neuf ans, il s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-de-saussure/#i_32551

SÉMANTIQUE

  • Écrit par 
  • Catherine KERBRAT-ORECCHIONI
  •  • 10 322 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Principes »  : […] Il faut remonter jusqu'à Ferdinand de Saussure pour trouver l'explicitation la plus claire des fondements théoriques de la sémantique structurale moderne, même si les principes énoncés dans le Cours de linguistique générale (paru en 1916) durent attendre quelques décennies leur mise en pratique. Ces principes sont les suivants : – Priorité doit être accordée (pour la linguis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/semantique/#i_32551

SIGNE ET SENS

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 769 mots

Dans le chapitre « Sémiotique et sémantique »  : […] L'analyse précédente a été appelée une analyse en première approximation. On a dû admettre, en effet, pour l'amener à ces deux extrêmes conséquences, que la question du sens ne se distinguait pas de celle du signifié des signes. Or cette identification du sens au signifié peut elle-même être interrogée. N'y a-t-il rien d'autre dans le langage à quoi la question du sens puisse être rattachée ? Ce s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/signe-et-sens/#i_32551

Voir aussi

Pour citer l’article

Gabriel BERGOUNIOUX, « COURS DE LINGUISTIQUE GÉNÉRALE, Ferdinand de Saussure - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cours-de-linguistique-generale/