TURBIDITÉ COURANTS DE

Les turbidites modernes

La présence de sédiments grossiers constituant le substratum des plaines abyssales océaniques apporta des arguments scientifiques fondamentaux en faveur du concept de transport par courant de turbidité. Dès 1952, D. B. Ericson, M. Ewing et B. C. Heezen montrèrent que dans le domaine de la marge de la côte est de l'Amérique du Nord, entre Terre-Neuve au nord et les Bahamas au sud, existe une énorme quantité de sédiments grossiers dont les constituants, notamment les sables, ne peuvent provenir que du continent ou du domaine de la plate-forme continentale. Ces épandages de sédiments sont liés topographiquement au débouché des canyons sous-marins au niveau des plaines abyssales. Les différentes études océanologiques qui ont été consacrées depuis 1952 à la constitution du fond marin ont confirmé ces données pour la plupart des bassins océaniques et la Méditerranée. Les carottages ont conduit à admettre que ces sédiments présentaient une organisation quasiment identique à celle de la séquence du flysch type. Les dépôts sont rythmiques ; chaque rythme est constitué par un horizon de sédiments grossiers formé de sables et de sablons et surmonté par un horizon fin formé de vases. On observe un passage insensible de l'élément grossier à l'élément le plus fin suivant un granoclassement général du rythme depuis la base jusqu'au sommet. Les vases pélagiques sont « resédimentées », c'est-à-dire déplacées, depuis leur zone normale de dépôt, par le courant de transport qui les a remobilisées et redéposées plus loin. On retrouve ce phénomène dans certains types de flysch qui admettent, à la partie sommitale de la séquence, un terme calcaire à grain fin et un terme marneux dont il a été démontré qu'il s'agissait à l'origine d'une vase pélagique resédimentée. Entre ces phases allochtones précipitées dans les profondeurs océaniques s'observent des phases sédimentaires liées à un dépôt in situ.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Faciès des grès d'Annot

Faciès des grès d'Annot

Faciès des grès d'Annot

Exemple de série à faciès flysch typique. La série du complexe des grès d'Annot dans le synclinal de…

Autres références

  • ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations marines

    • Écrit par Jean-Pierre PINOT
    • 7 916 mots
    • 26 médias
    Àcause du rôle que semble jouer dans ces sortes d'éboulements la présence de boue dans l'eau, on désigne souvent ce phénomène sous le nom de courants de turbidité et les dépôts ainsi engendrés sous le nom de turbidites. En réalité, le fait que l'eau soit boueuse n'est pas à l'origine...
  • CANYONS SOUS-MARINS

    • Écrit par Maurice GENNESSEAUX
    • 7 547 mots
    • 4 médias
    ...fonction de la quantité d'eau qu'ils contiennent, donc de leur viscosité et de leur possibilité de déplacement. Schématiquement, ce sont des décollements et glissements suivant des failles courbes (collapses), des debris flows (mélanges pâteux hétérogènes), des coulées boueuses plus fluides et, surtout, des...
  • CARAÏBES - Mer des Caraïbes et golfe du Mexique

    • Écrit par Jean-Pierre PINOT
    • 2 163 mots
    • 3 médias
    ...guère 3 000 m. Ils sont essentiellement calcaires, formés de débris organiques (Foraminifères et Ptéropodes) ou de précipités chimiques. Les courants de turbidité fournissent aussi beaucoup de sédiments détritiques (dans le bassin vénézuélien, on connaît en profondeur deux horizons particulièrement riches...
  • DELTAS

    • Écrit par Gilbert BELLAICHE
    • 3 794 mots
    • 2 médias
    ...allongée dans le sens de l'émissaire. Mais l'essentiel de cette charge est transporté par une veine d'eau qui se propage au contact du fond sous forme d'un courant de turbidité qui peut se déplacer sur une très longue distance avant de libérer sa charge. Son délestage aboutit alors à une accumulation sédimentaire...
  • Afficher les 7 références

Voir aussi