TURBIDITÉ COURANTS DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le flysch

Bernhard Studer, en 1827, employa pour la première fois le terme Flysch, emprunté au patois local des Alpes suisses du Simmental, pour caractériser un ensemble de formations gréseuses, schisteuses et calcaires qui, ultérieurement, se révéla correspondre à un ensemble hétérogène de séries d'origine différente en superposition tectonique. La notion de flysch connut un grand succès sans, pour cela, qu'une définition claire en soit donnée. C'est à C. J. Migliorini et à P. H. Kuenen, entre la fin des années 1930 et le début des années 1950, que l'on doit la prise en considération du phénomène hydraulique unique que représente le courant de turbidité pour l'explication de la constitution interne et de la genèse des formations du flysch.

Les flyschs se présentent comme l'accumulation monotone alternante de termes gréseux, ou purement microbréchiques, et de termes schisteux. Dans certains cas, des niveaux calcaires ou marneux s'intercalent. Ces formations montrent une grande variabilité de faciès, très sensible même à l'intérieur d'un flysch donné. Leur parenté tient à la particularité de la constitution du faciès « flysch » type, à partir duquel s'ordonnent des variations multiples, conduisant même, par passage plus ou moins progressif, à des formations qui n'ont plus aucun des caractères de la constitution type. L'organisation en séquences lithologiques nettes, qui sont des tranches de sédiments compris entre des surfaces de discontinuité successives, caractérise le flysch dans son faciès type. L'existence de la discontinuité de sédimentation est matérialisée par une semelle portant des figures sédimentaires et représentant la contre-empreinte fossilisée du fond au moment du dépôt ; cette semelle est ornementée de traces d'origine organique et de traces d'érosion dues au courant de transport et de dépôt. La séquence lithologique comporte à la base une phase granoclassée correspondant à des arénites ou à des aréno-rudites, à laquelle succède [...]

Faciès des grès d'Annot

Dessin : Faciès des grès d'Annot

Dessin

Exemple de série à faciès flysch typique. La série du complexe des grès d'Annot dans le synclinal de Peïra-Cava (Alpes-Maritimes). Ce flysch bien rythmé comporte des séquences grossières puissantes, isolées ou en faisceaux, alternant avec des faisceaux de séquences relativement peu... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TURBIDITÉ COURANTS DE  » est également traité dans :

ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations marines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 10 454 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Les abords des reliefs et du précontinent »  : […] Lorsque la pente est plus sensible, et que des apports continentaux sont possibles autrement que par flottation ou en suspension, les caractères du fond changent : grâce à la pente, des mouvements de sédiments, massifs et soudains, sont possibles ; ils sont souvent déclenchés par des séismes, ou par de grandes tempêtes, durent peu de temps, et sont séparés par des intervalles dont l'unité de durée […] Lire la suite

CANYONS SOUS-MARINS

  • Écrit par 
  • Maurice GENNESSEAUX
  •  • 18 952 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Courants marins et déplacements gravitaires »  : […] Toutes les observations résumées jusqu'à présent ont mis en relief l'importance du façonnement permanent des fonds et des versants par le jeu des courants et des remaniements gravitaires des sédiments ou des roches sédimentaires. De nombreuses études ont été faites au moyen de courantographes ancrés sur le fond, en particulier dans les canyons de La Jolla, par F. P. Shepard. Les enregistrements m […] Lire la suite

CARAÏBES - Mer des Caraïbes et golfe du Mexique

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 2 170 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Sédimentologie et morphologie »  : […] Dans les bassins caraïbes se sont déposés des sédiments dont l'épaisseur, là où elle est connue, ne dépasse guère 3 000 m. Ils sont essentiellement calcaires, formés de débris organiques (Foraminifères et Ptéropodes) ou de précipités chimiques. Les courants de turbidité fournissent aussi beaucoup de sédiments détritiques (dans le bassin vénézuélien, on connaît en profondeur deux horizons particu […] Lire la suite

DELTAS

  • Écrit par 
  • Gilbert BELLAICHE
  •  • 3 784 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Nature des dépôts et mécanismes de sédimentation »  : […] La nature et la répartition des sédiments constituant les différentes parties des deep-sea fans indiquent que les principaux mécanismes de dépôt qui régissent leur formation sont de type gravitaire. Il s'agit essentiellement de courants de turbidité, courants très chargés en particules cheminant au voisinage du fond le long de pentes même très faibles sous l'effet de la pesanteur. Les sédiments […] Lire la suite

HEEZEN BRUCE C. (1924-1977)

  • Écrit par 
  • André GUILCHER
  •  • 821 mots

Océanologue américain, né à Vinton dans l'Iowa et mort d'une crise cardiaque, à bord d'un sous-marin scientifique américain au large de l'Islande. Bruce Charles Heezen a largement contribué à la découverte interprétative des fonds marins, qui a constitué une véritable révolution. De son laboratoire du Lamont-Doherty Geological Observatory de New York, il a été l'un des promoteurs des grandes idées […] Lire la suite

HUANGHE [HOUANG-HO] ou FLEUVE JAUNE

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 2 248 mots

Dans le chapitre « Le régime du fleuve et ses facteurs »  : […] Le volume des eaux roulées par le fleuve Jaune n'est guère en rapport avec la taille du fleuve et de son bassin : 47 milliards de mètres cubes par an, soit deux fois moins que le Rhin et vingt fois moins que le Yangzi. Le bassin du fleuve Jaune ne reçoit en effet en moyenne que 400 millimètres de pluies par an : les deux tiers tombent en été en de violentes averses qui déterminent alors une crue […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Géologie sous-marine) - Étude des fonds sous-marins

  • Écrit par 
  • Gérard GRAU, 
  • Lucien MONTADERT, 
  • Claude SALLÉ
  •  • 5 834 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Zones profondes »  : […] C'est dans le domaine de la sédimentation des zones profondes que les résultats les plus nouveaux ont été acquis. Contrairement aux idées anciennes liées au concept de la permanence des océans, on a mis en évidence une forte variabilité de la distribution des sédiments et l'influence de trois facteurs principaux : – La productivité des océans en organismes planctoniques , qui forment une grande […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marcel LANTEAUME, « TURBIDITÉ COURANTS DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/courants-de-turbidite/