CONVECTION COURANTS DE, géologie

DÉRIVE DES CONTINENTS (modélisation numérique)

  • Écrit par 
  • Nicolas COLTICE
  •  • 791 mots
  •  • 1 média

C'est en 1912 que l'astronome et climatologue allemand Alfred Wegener introduit dans la science moderne l'hypothèse, déjà émise au xvi e  siècle, d'une dérive des continents, et l'existence d'un ancien supercontinent, la Pangée. Pour autant, les forces motrices du mouvement des continents et la reconstitution de leurs trajectoires restent encore […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/derive-des-continents-modelisation-numerique/#i_20646

DIETZ ROBERT SINCLAIR (1914-1995)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 524 mots

Le géophysicien et océanographe américain Robert Sinclair Dietz est surtout connu pour avoir formulé avec son compatriote et collègue, le géologue Harry Hammond Hess (1906-1969), l’hypothèse de l’expansion des fonds océaniques ( seafloor spreading ). Robert Sinclair Dietz naît le 14 septembre 1914, à Westfield (New Jersey). Il étudie à l’université d’Illinois, où il obtient u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-sinclair-dietz/#i_20646

EXPANSION DES FONDS OCÉANIQUES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 566 mots

La théorie de l'expansion des fonds océaniques représente une étape fondamentale dans la compréhension de la dynamique terrestre, du même ordre d'importance que celles de la dérive des continents formulée par Alfred Wegener en 1912 et de la tectonique des plaques décrite par Jason Morgan, Dan McKenzie et Xavier Le Pichon en 1967-1968. Cette théorie repose sur l'idée que l'augmentation de la surfac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expansion-des-fonds-oceaniques/#i_20646

GÉODÉSIE

  • Écrit par 
  • Anny CAZENAVE, 
  • Pascal WILLIS
  •  • 7 311 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Champ de gravité et structure profonde de la Terre »  : […] On sait depuis longtemps que la Terre est aplatie aux pôles, ou, ce qui est équivalent, renflée à l'équateur. Cet aplatissement résulte pour l'essentiel de sa rotation sur elle-même. En effet, à l'échelle des temps géologiques, la Terre se comporte comme un fluide qui s'aplatit à cause de la force centrifuge due à sa rotation. La différence entre le rayon polaire et le rayon équatorial est de l'o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geodesie/#i_20646

GÉODYNAMIQUE

  • Écrit par 
  • Jean GOGUEL
  •  • 3 405 mots

Dans le chapitre « Les causes de la dynamique interne »  : […] On peut tenter d'estimer l'ordre de grandeur de la puissance mécanique mise en jeu par la déformation ; cette estimation peut être faite, soit en évaluant l'énergie sismique, soit en considérant l'énergie mise en jeu dans la déformation tectonique (pour laquelle on peut obtenir l'ordre de grandeur de l'énergie potentielle du relief créé, à défaut de pouvoir calculer l'énergie absorbée par la défor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geodynamique/#i_20646

GÉOMAGNÉTISME ou MAGNÉTISME TERRESTRE

  • Écrit par 
  • Arnaud CHULLIAT
  •  • 4 858 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le champ magnétique du noyau »  : […] Le champ magnétique du noyau, appelé aussi champ principal, représente plus de 99 p. 100 du champ géomagnétique global de la Terre. En première approximation, le champ du noyau a une structure dipolaire et peut ainsi être comparé à celui d’un aimant « classique » qui serait placé au centre de la Terre avec un pôle Nord et un pôle Sud et serait incliné d’un angle d’environ 10 0 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geomagnetisme-magnetisme-terrestre/#i_20646

GÉOTHERMIE

  • Écrit par 
  • Jean GOGUEL, 
  • Jacques VARET
  •  • 14 585 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La distribution des températures dans l'intérieur du globe »  : […] De ce qui précède, il résulte qu'on ne sait pas quelle est la valeur du flux à la base de l'écorce, lequel correspond à une fraction seulement de sa valeur à la surface, compte tenu de la chaleur produite par les éléments radioactifs contenus dans celle-ci. Il n'est pas non plus possible d'affirmer que ce flux est constant, car ses variations éventuelles, à cause de l'inertie thermique de l'écorc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geothermie/#i_20646

GRAVIMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Jean GOGUEL
  •  • 6 112 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'isostasie »  : […] Dans l'application de la formule de Stokes, et dans toutes les applications géodésiques, il faut évidemment considérer le champ de la pesanteur à l'extérieur de la Terre, qui est caractérisé par les valeurs de l'anomalie à l'air libre. Or, on a vu que l'anomalie à l'air libre ne se prête pas à l'interpolation entre stations, ce qui rend difficile le calcul de son intégrale. Il aurait été possible […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gravimetrie/#i_20646

HISTOIRE DES BASSINS OCÉANIQUES (H. H. Hess)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 266 mots

Dans son ouvrage majeur, Histoire des bassins océaniques , l'Américain Harry Hammond Hess (1906-1969), professeur à l'université de Princeton, soutient que le plancher océanique se forme au niveau des dorsales, y dérive de part et d'autre à la manière d'un double « tapis roulant », puis plonge au niveau des fosses qui bordent certains continents. De plus, Hess attribue le d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-des-bassins-oceaniques/#i_20646

MATÉRIAU PRIMITIF TERRESTRE

  • Écrit par 
  • Édouard KAMINSKI
  •  • 327 mots

Les profondeurs de la Terre cachent des mystères encore insondables, et la chimie du manteau « inférieur », entre 660 et 2 900 kilomètres, reste très mal connue. Les indices apportés par de rares diamants de très haute pression suggèrent une composition différente de celle du manteau supérieur. Les compositions isotopiques de l'hélium de laves de « points chauds » montrent également que celles-ci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/materiau-primitif-terrestre/#i_20646

PÔLES DÉRIVE DES

  • Écrit par 
  • Arnaud CHULLIAT
  •  • 1 556 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les pôles magnétiques »  : […] Les pôles magnétiques sont les points à la surface de la Terre où le champ magnétique terrestre est exactement vertical, c'est-à-dire où une boussole n'indique aucune direction dans le plan horizontal. Actuellement, le pôle Nord magnétique est situé dans l'Arctique canadien, tandis que le pôle Sud magnétique est situé au large de la terre Adélie, en Antarctique. Il s'agit en fait d'appellations c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/derive-des-poles/#i_20646

SUPERCONTINENTS

  • Écrit par 
  • Nicolas COLTICE
  •  • 888 mots
  •  • 1 média

La dérive des continents est la manifestation de la dynamique interne de la Terre. Les mouvements de la croûte sont l’expression en surface de la convection du magma du manteau terrestre : les roches profondes se déforment à la manière d’un fluide très visqueux pour transporter la chaleur interne vers la surface. Les déplacements crustaux sont très importants et observables . Alfred Wegener propo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/supercontinents/#i_20646

TECTONIQUE DES PLAQUES

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 7 545 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'expansion océanique »  : […] L'hypothèse de l'expansion océanique a été émise par Harry H. Hess (1960-1962) à partir, d'une part, de la forme des rides médio-océaniques avec leur rift médian d'aspect extensif, d'autre part, de l'existence de plans sismiques, découverts avant la Seconde Guerre mondiale par le géophysicien japonais Kiyoo Wadati, puis redécouverts plus tard par le sismologue américain Hugo Benioff, dont ils por […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tectonique-des-plaques/#i_20646

TERRE - La planète Terre

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Jean KOVALEVSKY, 
  • Evry SCHATZMAN
  •  • 12 049 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Structure du globe terrestre »  : […] La densité des roches superficielles, égale à 2,7, très différente de celle de la Terre dans son ensemble, égale à 5,52, a conduit à conjecturer une composition variant avec la profondeur . En combinant la nature surtout granitique des roches de surface, celle, surtout basaltique, des roches issues des magmas rejetés par les volcans et la composition en fer-nickel de la majorité des météorites, on […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/terre-la-planete-terre/#i_20646

TURBULENCE

  • Écrit par 
  • Fabien ANSELMET, 
  • Michel COANTIC, 
  • Gérard TAVERA
  •  • 24 115 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « Turbulence interne et volcanisme »  : […] À l'échelle des temps géologiques, le magma se comporte dans le manteau comme un fluide d'une viscosité excessivement élevée . La stratification en densité instable résultant du flux ascendant de la chaleur provenant de l'asthénosphère et de son flux de masse dû au fait que le magma s'appauvrit en éléments lourds à sa base et en éléments légers à son sommet, est responsable de l'apparition de mou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turbulence/#i_20646


Affichage 

Schéma de la circulation générale des courants océaniques

carte

Les eaux profondes froides, qui se sont formées dans le nord de l'Atlantique nord, envahissent l'ensemble des bassins océaniques (océan Atlantique, océan Pacifique et océan Indien) en formant des courants profonds qui constituent la circulation thermohaline (en bleu) Ces eaux, qui se... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Géothermie : courants profonds et surface terrestre

dessin

Coupe verticale du champ de température dans un système convectif montrant les relations entre courants profonds et déformation de la surface Les zones les plus claires sont plus chaudes que la moyenne et s'élèvent sous l'effet de la force d'Archimède À la surface, le résultat est un... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Modélisation de la convection mantellique avec la dérive des continents

photographie

Instantané produit par une modélisation de la convection thermique avec des continents La couleur en surface représente la résistance des roches : bleu pour résistant (continents) et rouge pour peu résistant (équivalent de limites de plaques) La couleur en profondeur correspond à la... 

Crédits : L. Bello

Afficher

Schéma de la circulation générale des courants océaniques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Géothermie : courants profonds et surface terrestre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Modélisation de la convection mantellique avec la dérive des continents
Crédits : L. Bello

photographie