COULEUR DES MINÉRAUX

Médias de l’article

Gros plan d’une améthyste

Gros plan d’une améthyste
Crédits : S. Toronto/ Shutterstock

photographie

Couleur des corps en fonction de la longueur d'onde λ absorbée

Couleur des corps en fonction de la longueur d'onde λ absorbée
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Décomposition d'un multiplet

Décomposition d'un multiplet
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Causes macro- et microscopiques de la couleur

L'homogénéité physique d'un échantillon joue toutefois un grand rôle. Ainsi, le sulfate de cuivre, qui est bleu, devient blanc une fois réduit en poudre. Ce changement complet de couleur provient du phénomène de diffusion de la lumière qui devient prépondérant quand la taille des grains est suffisamment petite. Le même phénomène se produit avec le marbre blanc de Paros, ou celui de Carrare, et avec le gypse saccharoïde, constitués pourtant d'un agrégat de cristaux transparents.

La présence d'inclusions dans un cristal peut se traduire par le même phénomène. Les inclusions les plus courantes sont des bulles d'air ou de fines gouttelettes d'eau, réparties au hasard dans la masse. Le corps paraît alors laiteux. C'est le cas du quartz laiteux ou du quartz girasol. Si les inclusions sont de taille beaucoup plus petite, de l'ordre de quelques centaines de distances entre les atomes du cristal, alors apparaît une coloration bleutée (c’est ce même phénomène qui est responsable du bleu du ciel). Comme exemple, nous citerons l'adulaire (feldspath chimiquement identique à l'orthose) ou encore certains cristaux de sel gemme de Stassfurt, qui contient quelque cent millièmes d'or, ainsi que la potasse d'Alsace (ClK, ClNa), qui doit sa couleur rouge à de petits cristaux de Fe2O3. Des impuretés de plus grande taille de forme aciculaire peuvent aussi produire des phénomènes d'interférence et de diffraction. Dans l'œil-de-faucon ou l'œil-de-tigre, ce sont de fines aiguilles de crocidolite (sorte d'amiante plus ou moins altérée) qui donnent à la gemme, composée essentiellement de silice hydratée, cet aspect si caractéristique. Parfois, on observe une étoile à six branches mouvantes qui joue sur certaines pierres taillées comme le rubis, indépendamment de sa couleur sur laquelle nous reviendrons plus loin, se déplaçant selon les mouvements du doigt qui le porte. Le phénomène est dû à la présence de fines aiguilles de rutile (TiO2) et à des vides dans le réseau. Un cas particulièrement[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Provence

Classification


Autres références

«  COULEUR DES MINÉRAUX  » est également traité dans :

MINÉRALOGIE

  • Écrit par 
  • Claude GUILLEMIN
  •  • 12 140 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Éclat, couleur, transparence »  : […] Les couleurs fort variables des minéraux n'aident que rarement à leur reconnaissance. De nombreuses espèces présentent une gamme de couleurs très complète (fluorine, corindon, quartz, béryl, tourmaline...). Parfois la couleur est une propriété fondamentale liée à la composition chimique ; les ions ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mineralogie/#i_27042

MOLÉCULE

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 4 309 mots

Dans le chapitre « Propriétés physiques des molécules »  : […] impuretés qui, même en proportions infimes, pourront conférer au cristal une couleur qui ne correspond en rien à sa structure. C'est ce qui se passe avec le corindon, oxyde d'aluminium de formule (Al2O3), incolore, qui prend une belle couleur rouge lorsqu'il contient du chrome – c'est le rubis –, ou qui se colore en bleu pour donner le saphir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/molecule/#i_27042

Voir aussi

Pour citer l’article

André JULG, « COULEUR DES MINÉRAUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/couleur-des-mineraux/