CÔTE D'IVOIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique de Côte d'Ivoire (CI)
Chef de l'ÉtatAlassane Ouattara (élu le 28 novembre 2010, proclamé le 5 mai 2011)
Chef du gouvernementPatrick Achi (par intérim depuis le 8 mars 2021)
CapitaleYamoussoukro
Langue officiellefrançais
Unité monétairefranc CFA
Population27 139 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)322 463

Géographie et économie

Le territoire ivoirien se prête à des représentations variées. À l'échelle ouest-africaine, il apparaît comme un résumé de ce que sont les milieux des pays qui bordent le golfe de Guinée et qui, en un gradient sud-nord assez net, passent des influences climatiques équatoriales à celles des tropiques. Il apparaît aussi comme un exemple type de pays qui a connu au cours de son histoire un retournement de centralité, favorisant, à partir des incursions coloniales européennes de la fin du xixe siècle, le sud littoral au détriment du nord, auparavant intégré aux dynamiques empires sahéliens. À l'échelle nationale, il est marqué par l'importance accordée, jusque dans les couleurs du drapeau (vert, blanc et orange), au contact forêts-savanes qui, derrière son caractère écologique, renvoie en fait à d'autres critères de différentiation régionale, démographiques, économiques ou politiques, comme le souligne la « zone de confiance » instaurée entre les régions sud et nord du pays après la tentative de coup d'État du 19 septembre 2002 et la partition du pays qui l'a suivie.

L'économie ivoirienne, qui représente encore aujourd'hui plus d'un tiers de la masse monétaire en circulation au sein de l'Union monétaire ouest-africaine, a longtemps été l'une des plus prospères d'Afrique, au point que l'on a pu évoquer, jusqu'à la fin des années 1970, un « miracle ivoirien ». Celui-là était pourtant bien fragile, reposant presque exclusivement sur une agriculture d'exportation très sensible aux fluctuations des marchés mondiaux et dont les revenus contribuèrent bien mal, pour plusieurs raisons, à la diversification des investissements productifs et à l'enrichissement des Ivoiriens : le P.I.B. par habitant recule régulièrement depuis la fin des années 1970 (— 1,9 p. 100 en 2005) et l'I.D.H. reste faible (0,42 ; 163e rang en 2005).

Les milieux de la Côte d'Ivoire

La diversité des paysages de la Côte d'Ivoire repose davantage sur des considérations bioclimatiques que sur le relief.

Situé sur le socle précambrien avec seulement quelques dépôts sédimentaires tertiaires le long du littoral lagunaire du sud-est, le pays est essentiellement plat. Plaines et plateaux (littoral échancré du sud-ouest, régions nord) alternent, surmontés d'inselbergs ou creusés de vallées, traces d'une action différenciée de l'érosion. L'extrême ouest du pays se singularise par un relief plus accidenté et plus élevé, terminaison orientale de la dorsale guinéenne culminant aux monts Nimba (1 752 m). Le réseau hydrographique est relativement simple, composé de nombreux fleuves coulant du nord vers le sud, sauf dans le nord-ouest.

La Côte d'Ivoire offre un dégradé climatique peu altéré par le relief. Les régions sud sont caractérisées par un climat de type subéquatorial chaud et humide. Les régions nord sont sous l'influence d'un climat tropical de type soudanien, plus sec, aux amplitudes thermiques plus marquées et rythmé par deux saisons, sèche (octobre-novembre à avril-mai) et pluvieuse. Moussons humides venant du sud et harmattan sec soufflant du nord balaient saisonnièrement le territoire ivoirien.

Ce gradient climatique, associé à des nuances pédologiques et topographiques, explique la répartition générale de la couverture végétale, ainsi que ses singularités locales. Les savanes dominent dans les régions nord du pays, mais la frontière forêts-savanes dessine en pays baoulé une échancrure en forme de V, dont la pointe sud descend jusqu'à 120 kilomètres de la côte. Dans l'extrême nord du pays, les forêts claires disparaissent. Le sud du pays est le domaine par excellence de la forêt dense, mais elle a subi au cours du xxe siècle d'importants défrichements offrant des paysages bien éloignés de ce que furent les forêts primaire et secondaire historiques.

Déforestation à Guiroutou, Côte d'Ivoire

Photographie : Déforestation à Guiroutou, Côte d'Ivoire

Les forêts tropicales sont parmi les écosystèmes les plus riches et les plus diversifiés, mais aussi les plus menacés. Leur gestion et leur conservation deviennent indispensables. Ici déforestation à Guiroutou, dans la région de Taï, en Côte d'Ivoire. 

Crédits : P. Poilecot/ CIRAD

Afficher

Des dynamiques régionales favorables au sud

La géographie de la Côte d'Ivoire doit beaucoup à l'histoire récente du pays, jusque dans sa forme rectangulaire et perpendiculaire au littoral, qui illustre on ne peut mieux ce que furent les impératifs de la conquête coloniale : disposer de ports, interfaces indispensables avec la métropole ; contrôler au plus vite, grâce à des voies pénétrantes, les territoires de l'intérieur ; valoriser au mieux les régions conquises. C'est ainsi que les régions sud du pays sont devenues le cœur dynamique de la Côte d'Ivoire, notamment sur le plan économique grâce à l'exploitation du bois puis à l'introduction des plants de cacao, alors qu'elles n'étaient à l'époque précoloniale que des périphéries peu peuplées et faiblement intégrées aux réseaux commerciaux qui, à partir des empires sahéliens, structuraient une partie de l'Afrique occidentale.

Les politiques d'aménagement du territoire de l'indépendance ont ensuite accentué ce déséquilibre hérité, partant du principe qu'il était nécessaire pour assurer le développement du pays de renforcer d'abord la capacité productive de régions qui, par la suite, contribueraient au financement de programmes nationaux – ce qui, avec la crise des années 1970, ne put se faire. Ainsi, la géographie économique du pays, malgré quelques programmes sectoriels destinés aux régions nord (sucre et coton), est-elle restée durablement duale, construite autour d'un principe : la main-d'œuvre est au nord ; les richesses sont au sud.

Le peuplement de la Côte d'Ivoire rend compte de cette situation. Les 21,9 millions d'habitants (estimation en 2012) du pays se répartissent de façon inégale sur l'ensemble du territoire, privilégiant les régions sud. Hormis le dense pays sénoufo, toutes les régions situées au nord du contact forêts-savanes enregistrent en effet des densités de plus de deux fois inférieures à la moyenne nationale (60 hab./km2). L'importance des mouvements migratoires du nord (populations gur et mandé) vers le sud (populations akan et krou) ainsi que la forte proportion des populations étrangères (26,2 p. 100 de la population ivoirienne, dont 56 p. 100 de Burkinabè, selon le recensement de 1998, dernière source fiable avant la crise amorcée en 1999) qui y résident illustrent bien l'attractivité de ce dernier.

Côte d'Ivoire : population

Dessin : Côte d'Ivoire : population

Côte d'Ivoire. Population (source : recensement général de la population et de l'habitat, 1998, Institut national des statistiques). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Cinq ensembles régionaux peuvent être distingués. Abidjan et sa région constituent le véritable centre du pays, cumulant infrastructures, fonctions et activités diversifiées – notamment secondaires et tertiaires.La Boucle du cacao (sud-est) fut le point de départ du « miracle ivoirien » et reste une région agricole riche, mais le long de la frontière orientale du pays, de plus en plus tournée vers le Ghana, inversant ainsi les anciennes attractivités. Le front pionnier (sud-ouest) résulte avant tout d'une politique volontariste de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 21 pages

Médias de l’article

Côte d'Ivoire : carte physique

Côte d'Ivoire : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Côte d'Ivoire : drapeau

Côte d'Ivoire : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Déforestation à Guiroutou, Côte d'Ivoire

Déforestation à Guiroutou, Côte d'Ivoire
Crédits : P. Poilecot/ CIRAD

photographie

Côte d'Ivoire : population

Côte d'Ivoire : population
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de science politique au Centre d'études des relations internationales de la Fondation nationale des sciences politiques, Sciences Po
  • : maître de conférences en géographie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  CÔTE D'IVOIRE  » est également traité dans :

CÔTE D'IVOIRE, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

ABIDJAN

  • Écrit par 
  • Jean-Fabien STECK
  •  • 701 mots
  •  • 1 média

Abidjan, qui compte 3,6 millions d'habitants (estimation 2005), est la plus grande ville de Côte d'Ivoire et l'une des plus grandes villes d'Afrique occidentale. Elle concentre fonctions économiques et politiques de premier plan – le transfert officiel de la capitale politique ivoirienne à Yamoussoukro en 1983 n'est toujours pas effectif –, même si sa situation est fortement remise en cause par […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 447 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Statut de la terre et modernisation de l'agriculture »  : […] Le statut de la terre distingue nettement l'Afrique au nord et au sud du Sahara. En Égypte, la terre a fait l'objet d'un cadastrage précoce destiné à repérer les limites des parcelles submergées chaque année par la crue du Nil. Dans toute l'Afrique septentrionale, le droit romain a imposé ses règles d'appropriation foncière avant que l'islam y superpose ses droits propres. La propriété et l'exploi […] Lire la suite

AFRIQUE (conflits contemporains)

  • Écrit par 
  • René OTAYEK
  •  • 4 930 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La Côte d'Ivoire, un cas typique »  : […] Pays d'Afrique de l'Ouest, longtemps loué pour sa stabilité politique et sa relative prospérité économique, la Côte d'Ivoire a été ébranlée par un grave conflit au début des années 1990, qui a promptement été qualifié d'ethnique, voire d'ethnico-religieux par bon nombre d'observateurs. Semblant opposer la partie nord du pays, fortement islamisée et peuplée en grande partie de Dioulas, à sa partie […] Lire la suite

AFRIQUE-OCCIDENTALE FRANÇAISE (AOF)

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 805 mots
  •  • 2 médias

Créée par un décret du 16 juin 1895, sous la direction d'un gouverneur général, l'Afrique-Occidentale française (A.-O.F.) répond à la nécessité de coordonner sous une autorité unique la pénétration française à l'intérieur du continent africain. L'A.-O.F. est, à l'origine, constituée des colonies de la Côte-d'Ivoire, de la Guinée, du Sénégal et du Soudan. Deux nouveaux textes, le 1 er octobre 1902 […] Lire la suite

BAOULÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHAUVEAU
  •  • 3 390 mots

On considère aujourd'hui comme étant le « pays baoulé » (ou « baule », prononcé de la même manière) une vaste région de plus de 32 000 kilomètres carrés occupant, dans le centre de la république de Côte-d'Ivoire, un milieu naturel diversifié : au centre, une importante savane préforestière qui pénètre le massif forestier guinéen ; au sud, à l'ouest et à l'est, des marches forestières. La densité […] Lire la suite

BÉTÉ

  • Écrit par 
  • Alain MOREL
  •  • 973 mots

Établis en Côte-d'Ivoire et appartenant au groupe des Krou, les Bété représentent, dans les années 1990, 18 p. 100 de la population ivoirienne, soit 2 millions de personnes environ. Le pays bété, qui s'étend sur la forêt et sur la savane, entre Gagnoa et Daloa, a pour capitale cette dernière ville, distante de 400 kilomètres d'Abidjan. Autrefois situés à proximité des cours d'eau, les villages se […] Lire la suite

BOUAKÉ

  • Écrit par 
  • Pierre VENNETIER
  •  • 433 mots

Ville de la Côte d'Ivoire et capitale de la région de la Vallée du Bandama, Bouaké fut à l'origine un poste militaire fondé en 1898 en pays baoulé, dont les habitants acceptaient mal la colonisation ; la ville comptait 19 000 habitants en 1946, 113 000 en 1969, 333 000 en 1988 et 573 700 en 2005, mais les Baoulé n'y représentent qu'une minorité. L'afflux des ruraux a multiplié les quartiers d'habi […] Lire la suite

BRULY BOUABRÉ FRÉDÉRIC (vers 1923-2014)

  • Écrit par 
  • André MAGNIN
  •  • 1 185 mots

Frédéric Bruly Bouabré est né vers 1923 à Zéprégühé, petit village de la Côte d'Ivoire (alors une colonie de l'Afrique-Occidentale française) ; il vit et travaille à Abidjan. Comme le dit Bouabré, en Afrique, quand un homme est né, on se contente de savoir qu'il est né, on ne cherche à compter ni les jours, ni les mois, ni les années... L'enfant demande à son oncle Lebato à être scolarisé et il su […] Lire la suite

BURKINA FASO

  • Écrit par 
  • Michel IZARD, 
  • René OTAYEK, 
  • Jean-Fabien STECK
  •  • 7 348 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La conquête française et la période coloniale (1895-1960) »  : […] En mai 1895, une colonne française, partie de Bandiagara et commandée par le capitaine Destenave, arrive à Ouahigouya, résidence du Yatenga naaba Baogo (1885-1895), qui doit faire face depuis plusieurs années à une révolte armée d'une partie de l'aristocratie du royaume, soutenue par les Peuls du commandement de Tyu. Un mois plus tard, en juin, alors que le Yatenga est devenu protectorat français […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

17-23 juin 2021 Côte d'Ivoire. Retour de Laurent Gbagbo et condamnation de Guillaume Soro.

Le 17, l’ancien président Laurent Gbagbo, acquitté par la Cour pénale internationale (CPI) en mars, fait son retour à Abidjan. Il reste condamné dans son pays à vingt ans de prison, depuis janvier 2018, pour, notamment, « détournement de deniers publics ». Le 23, la cour d’assises d’Abidjan condamne par contumace Guillaume Soro à la prison à perpétuité […] Lire la suite

15 avril 2021 France – Côte d'Ivoire. Procès du bombardement de la base militaire de Bouaké.

La cour d’assises de Paris spécialisée dans les affaires militaires condamne à la prison à vie, pour assassinat, les trois auteurs du bombardement, en novembre 2004, de la base militaire ivoirienne de Bouaké, occupée par les soldats français de l’opération de maintien de la paix Licorne. Celui-ci avait fait neuf morts parmi les forces françaises, […] Lire la suite

30 mars 2021 Côte d'Ivoire. Confirmation de l'acquittement de Laurent Gbagbo par la CPI.

Côte d’Ivoire. En novembre 2019, il a été condamné dans son pays à vingt ans de prison par contumace dans l’affaire du « braquage » de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest.  […] Lire la suite

6-26 mars 2021 Côte d'Ivoire. Élections législatives.

Côte d'Ivoire (PDCI) de l’ancien président Henri Konan Bédié et du Front populaire ivoirien (FPI) dévoué à l’ancien président Laurent Gbagbo obtient, en plusieurs listes, 29 % des voix et 81 élus. L’alliance formée du FPI « légal » et de l’Union pour la démocratie et pour la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI) obtient, en deux listes, 4 % des suffrages et […] Lire la suite

15 octobre - 3 novembre 2020 Côte d'Ivoire. Élection présidentielle.

Côte d’Ivoire (PDCI), et l’ancien Premier ministre Pascal Affi N’Guessan, chef du Front populaire ivoirien (FPI), les deux principaux adversaires du président Alassane Ouattara, annoncent qu’ils ne participeront pas à l’élection présidentielle qu’ils jugent « illégale ». Ils appellent leurs partisans à boycotter le scrutin et à empêcher son déroulement […] Lire la suite

Pour citer l’article

Richard BANÉGAS, Jean-Fabien STECK, « CÔTE D'IVOIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cote-d-ivoire/