PALAMAS COSTIS (1859-1943)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un critique bien armé

« Positivisme scientifique et idéalisme métaphysique [...], traits caractéristiques d'une duplicité intellectuelle en moi. Un tel dualisme se montre, par exemple, à l'impression que m'ont faite deux grands intellectuels tout à fait différents : Taine et Amiel. » Ce passage pourrait rendre compte non seulement de la poétique de Palamas, mais aussi de sa méthode critique ; car, si l'on peut parler de méthode critique en Grèce, ce n'est qu'après lui.

Certes, distinguer le penseur du poète, dans le cas de Palamas, n'aurait pas de sens. Son univers n'est-il pas hanté par les livres ? Lecteur infatigable, il fait montre, même dans ses poèmes, d'une grande érudition, qui n'est pas toujours pour rien dans son « obscurité ». Par ailleurs, son discours critique, que signifierait-il sans la sensibilité et l'intuition du poète ?

Ce discours, néanmoins, eut le mérite de mettre de l'ordre dans la littérature néo-hellénique. Solomos prit sa juste place ; Calvos, redécouvert en 1889, apparut sous un jour nouveau. Large documentation, connaissance parfaite des questions techniques, sens de l'histoire, esprit scientifique, imagination : le génie critique de Palamas est bien armé. Seulement, ce génie n'est pas toujours sans faille : poussé par son engagement linguistique, Palamas se montra souvent trop indulgent vis-à-vis des littérateurs vulgaristes, tandis qu'il fut incapable de comprendre Cavafy ou la poésie moderne. Lié à une époque historiquement déterminée, il en exprima non seulement les grandes possibilités créatrices, mais aussi les limites.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur de littérature néo-hellénique à l'université de Salonique

Classification


Autres références

«  PALAMAS COSTIS (1859-1943)  » est également traité dans :

GRÈCE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • André MIRAMBEL, 
  • Panayotis MOULLAS
  •  • 7 331 mots

Dans le chapitre « Vulgaristes et puristes »  : […] Les difficultés ne manquaient pas, dues en partie à une vive réaction des tenants de l'archaïsme. Mais, en 1888, Mon voyage , de Jean Psichari (1854-1929), constitue une étape essentielle du mouvement vulgariste. La génération de 1880 avait trouvé son chef de file, qui, par sa formation scientifique aussi bien que par son tempérament, était le plus apte à diriger convenablem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-langue-et-litterature/#i_12487

JEUX OLYMPIQUES - Les symboles olympiques

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 190 mots

Dans le chapitre « L'hymne olympique »  : […] L' hymne olympique fut créé par deux artistes grecs pour les I ers  Jeux d'Athènes en 1896. Spyridon Samaras, compositeur alors célèbre mais tombé dans l'oubli depuis lors, signe la musique ; Costis Palamas, poète reconnu, écrit les paroles de la cantate : « Esprit antique et éternel, créateur auguste/ de la beauté, de la grandeur et de la vérité/ Descends ici, parais, br […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-olympiques-les-symboles-olympiques/#i_12487

Pour citer l’article

Panayotis MOULLAS, « PALAMAS COSTIS - (1859-1943) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/costis-palamas/