PALAMAS COSTIS (1859-1943)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une œuvre polyvalente

« Les pauvres sont ruinés par les dettes, incapables de les rembourser. Pour le technicien, même l'emprunt est un des instruments de son originalité. Du moment où un critique me dirait que mon poème est quelque chose d'unique et qui ne rappelle rien de pareil, je soupçonnerais que je n'ai aucune valeur ou que mon critique ne vaut rien. » Ce besoin de s'expliquer, de dissiper les malentendus, ne l'abandonne presque jamais ; conscient de son importance, Palamas ne permet ni à ses contemporains ni à la postérité des jugements arbitraires : vers la fin de ses jours, il fait le bilan de son œuvre, Ma Poétique (1933-1940). Certes, les reproches ne lui manquèrent jamais. Tantôt il passait pour un poète « obscur », tantôt on l'accusait d'inspirations « livresques ». Par ailleurs, bête noire pour les puristes, il dut faire face aux calomnies les plus viles et risquer son poste à l'Université. Pourquoi s'étonner si cette œuvre polyvalente donna naissance également à des malentendus d'ordre idéologique ?

Palamas fut le contraire d'un dogmatique. Dualiste en même temps que dialecticien, il porte en lui la contradiction, la thèse et l'antithèse, comme une nécessité inéluctable. Miroir de tous les courants de son temps, il s'en fait largement l'écho ; dans son jardin, on peut cueillir toutes sortes de fleurs. Bifurcation psychologique, prépondérance d'un rythme binaire, ou simplement besoin d'évolution ? « Le poète ne travaille ni pour la foule ni pour l'élite ; il travaille pour la Poésie » (1892). « Je ne suis pas seulement le poète de moi-même ; je suis le poète de mon temps et de ma nation » (1906). Dans l'univers de Palamas, tout a une place convenable : « l'art pour l'art » et l'engagement national, le classicisme et le romantisme, le symbolisme et le Parnasse, la science et la religion, l'Antiquité et Byzance, le rêve et la réalité, le positivisme et la métaphysique, le nietzschéisme et le socialisme. Mais on aurait beau « récupérer » Palamas, voire l'accuser de confusion : appartenant à la fraction progressiste et libérale de la bourgeoisie grecque, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

  • : professeur de littérature néo-hellénique à l'université de Salonique

Classification


Autres références

«  PALAMAS COSTIS (1859-1943)  » est également traité dans :

GRÈCE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • André MIRAMBEL, 
  • Panayotis MOULLAS
  •  • 7 331 mots

Dans le chapitre « Vulgaristes et puristes »  : […] Les difficultés ne manquaient pas, dues en partie à une vive réaction des tenants de l'archaïsme. Mais, en 1888, Mon voyage , de Jean Psichari (1854-1929), constitue une étape essentielle du mouvement vulgariste. La génération de 1880 avait trouvé son chef de file, qui, par sa formation scientifique aussi bien que par son tempérament, était le plus apte à diriger convenablem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-langue-et-litterature/#i_12487

JEUX OLYMPIQUES - Les symboles olympiques

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 190 mots

Dans le chapitre « L'hymne olympique »  : […] L' hymne olympique fut créé par deux artistes grecs pour les I ers  Jeux d'Athènes en 1896. Spyridon Samaras, compositeur alors célèbre mais tombé dans l'oubli depuis lors, signe la musique ; Costis Palamas, poète reconnu, écrit les paroles de la cantate : « Esprit antique et éternel, créateur auguste/ de la beauté, de la grandeur et de la vérité/ Descends ici, parais, br […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-olympiques-les-symboles-olympiques/#i_12487

Pour citer l’article

Panayotis MOULLAS, « PALAMAS COSTIS - (1859-1943) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/costis-palamas/