COSMOLOGIES, philosophie

ANAXAGORE (env. 500-428 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Fernando GIL, 
  • Pierre-Maxime SCHUHL
  •  • 1 867 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le fondement de la physiologie et de la cosmologie »  : […] Les conceptions d'Anaxagore permirent de construire toute une théorie de la nutrition et d'expliquer, par exemple, comment chair et os pouvaient se constituer à partir d' éléments végétaux. Comment, demandait Anaxagore, la chair proviendrait-elle de ce qui n'est pas chair ? C'est que le végétal même contient, sous forme invisible, des germes de chair. À de telles semences qualitatives, Aristote de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anaxagore/#i_394

ANAXIMANDRE (VIe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Clémence RAMNOUX
  •  • 530 mots
  •  • 1 média

De quelque quinze ou vingt ans le cadet de Thalès, et sans doute son élève : ce qui place sa maturité entre ~ 570 et ~ 565 environ. À la suite d'Aristote et de Théophraste, la doxographie ancienne lui attribue une place importante à l'origine des techniques, des sciences et de la philosophie. Il aurait dessiné les premières cartes de géographie et la première carte du ciel. Il aurait introduit en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anaximandre/#i_394

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 115 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les présocratiques »  : […] La philosophie n'est pas née à proprement parler en Grèce, mais dans les colonies grecques d'Asie Mineure. C'est à Milet qu'une lignée de physiciens, souvent appelés ioniens en raison de leur origine, commencent à spéculer, dès le début du vi e  siècle avant J.-C., sur la nature profonde des choses, c'est-à-dire sur ce qui, derrière les apparences, constitue leur principe (ἀρχή). La notion de p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-naissance-de-la-philosophie/#i_394

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'Univers »  : […] L'œuvre physique d'Aristote est loin de se limiter à l'ouvrage intitulé Physique , qui n'est, à vrai dire, que l'introduction théorique à un vaste programme d'investigations cosmologiques, météorologiques et biologiques. Le traité Du Ciel n'est pas essentiellement consacré, contrairement à ce que l'on pourrait attendre, à une étude des phénomènes astronomiques, mais plutôt à une étude générale de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristote/#i_394

ASTROLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques HALBRONN
  •  • 13 309 mots

Dans le chapitre « Émergence et assise des discours astrologiques »  : […] L'astrologie existe dès lors que certains croient en elle et veulent savoir ce qu'elle a à leur dire. De ce fait, il est probablement plus important de déterminer ce qu'on attend d'elle que ce qu'elle est objectivement capable de fournir. Mais comment cerner son domaine ? Dire, par exemple, que les Centuries de Nostradamus ne sont pas « de l'astrologie » signifie que celles-ci ne peuvent être a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astrologie/#i_394

AVICENNE, arabe IBN SĪNĀ (980-1037)

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN
  •  • 8 898 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La métaphysique »  : […] Pour le très bref aperçu qui s'impose ici, le centre de perspective à choisir est la théorie avicennienne de la connaissance, solidaire de toute sa métaphysique, parce que cette noétique se présente comme l'aspect gnoséologique d'une théorie des Intelligences qui est une angélologie, et que cette angélologie fonde la cosmologie, en même temps qu'elle situe l'anthropologie. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avicenne/#i_394

BANTOU

  • Écrit par 
  • Luc de HEUSCH
  •  • 8 088 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Histoire et mythe »  : […] Les ethnohistoriens ont produit, depuis le milieu des années soixante, d'importantes monographies régionales précises qui éclairent l'histoire des peuples bantous au cours des derniers siècles. Ils se sont intéressés principalement à la formation des grands royaumes qui se sont développés dans la savane qui borde la lisière méridionale de la forêt ou dans la région montagneuse des Grands Lacs. On […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bantou/#i_394

BRUNO GIORDANO (1548-1600)

  • Écrit par 
  • Jean SEIDENGART
  •  • 5 287 mots

Emprisonné pendant huit années par l'Inquisition avant d'être brûlé, Giordano Bruno a connu une existence des plus troublées pour des raisons qui tiennent au contexte intellectuel de l'époque autant qu'à sa propre pensée. Celle-ci, incomprise de ses contemporains, a longtemps été trahie. Il est vrai que les écrits de Bruno, fort divers et d'une grande hardiesse, contiennent une profusion de questi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giordano-bruno/#i_394

CHINOISE (CIVILISATION) - Symbolisme traditionnel et religions populaires

  • Écrit par 
  • Maxime KALTENMARK, 
  • Michel SOYMIÉ
  •  • 7 067 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le monde et son ordonnance »  : […] Le monde n'était pas pour les anciens Chinois l'œuvre d'un créateur. Les fragments de mythes cosmologiques qui subsistent parlent de héros qui aménagèrent la terre pour la rendre habitable, de sages qui firent de l'homme primitif un civilisé ; il n'est nulle part question d'une création ex nihilo . Il y avait aussi des mythes relatifs à la séparation du Ciel et de la Terre, au modelage des premier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-symbolisme-traditionnel-et-religions-populaires/#i_394

CHINOISE (CIVILISATION) - La médecine en Chine

  • Écrit par 
  • Florence BRETELLE-ESTABLET
  •  • 8 506 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « « Yin », « Yang », « Wuxing », naissance d'une cosmologie liant l'homme à l'univers »  : […] Yin et Yang , dans leurs premiers emplois, servaient à désigner les aspects contraires du temps et de l'espace. Aux iv e et iii e  siècles avant notre ère, en plus de leur capacité à évoquer, de façon abstraite et générale, tous les contrastes de l'univers, Yin et Yang sont perçus comme des entités cosmogoniques, opposées mais complémentaires, à l'origine de toute existence et garantes de l'éq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-la-medecine-en-chine/#i_394

CIEL SYMBOLISME DU

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 2 865 mots

Dans le chapitre « L'harmonie des contraires »  : […] Toutefois un autre symbolisme vient se greffer sur l'archétype diurne du Ciel. Car le Ciel peut aussi être nocturne. Bien mieux, il est la scène dramatique par excellence où se succèdent les contraires, où s'affrontent les phases, où se jouent les ascensions astrales comme les déclins. Sans insister ici sur le symbolisme spécifique de la Lune, il nous faut indiquer cependant que c'est bien elle q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-du-ciel/#i_394

CONFUCIUS & CONFUCIANISME

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 14 466 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les classiques confucéens »  : […] Qu'étaient-ce donc que ces classiques confucéens qui faisaient trembler Li Si ? « Je m'attache aux Anciens avec confiance et affection », disait prudemment Kongzi. Tout en se proposant de corriger le désordre présent, ce novateur se défendait de rien changer à l'ordre ancien. L'ordre ancien, tel que l'avaient consigné quelques livres : le Yi jing ou Canon des mutations , le Shu jing ou Canon des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confucius-et-confucianisme/#i_394

COSMAS INDICOPLEUSTÈS CONSTANTIN D'ANTIOCHE dit (1re moitié VIe s.)

  • Écrit par 
  • Wanda WOLSKA-CONUS
  •  • 931 mots

De son vrai nom Constantin d'Antioche, Cosmas Indicopleustès, Grec de Syrie établi à Alexandrie, signe simplement « Chrétien ». Adepte de Théodore de Mopsueste et disciple de Mar Aba, katholikos de l'Église nestorienne de Perse, Cosmas dissimule ainsi une identité qui aurait pu faire douter de son orthodoxie dans la mesure où il écrivait dans une Alexandrie monophysite, à la veille du II e conci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cosmas-indicopleustes-constantin-d-antioche-dit/#i_394

DHARMA

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 1 234 mots

Dans le chapitre « Régularité naturelle et norme »  : […] La conception d'un ordre normal dans la nature est, depuis l'époque védique, liée à l'observation de la périodicité des pluies de mousson qui, après la saison sèche, assurent le renouveau de la végétation, l'alimentation des bêtes et des hommes et le maintien de la vie. La norme est la régularité de ces pluies, dont le manque ou l'excès rendent la famine et la mort inévitables. En outre, cette rég […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dharma/#i_394

ÉLÉMENTS THÉORIES DES

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 8 234 mots

Dans le chapitre « Opérations cosmiques et comportements humains »  : […] Le Hong fan , inséré à titre de chapitre dans le Shu jing , est un petit traité qui passe communément pour le plus ancien essai de la philosophie chinoise. La tradition des lettrés prétend y voir un ouvrage du II e  millénaire avant J.-C. Les critiques modernes le font remonter, les uns au viii e  siècle, les autres au iii e  siècle avant l'ère chrétienne. On peut, avec la majorité des sinologues, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theories-des-elements/#i_394

ESCHATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 6 356 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'Inde : le saṃsāra et les âges du monde »  : […] Au moment même où le modèle de la résurrection s'imposait au Proche-Orient, une autre eschatologie, apparue en Inde plusieurs siècles auparavant, prenait sa forme définitive. L'idée de base, dégagée depuis les plus anciennes Upaniṣad , est celle d'un sujet transcendant ( ātman ou « Soi »), qui est en lui-même étranger à l'espace et au temps, comme à toute forme de limitation et de particularisati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eschatologie/#i_394

HÉRACLITE (VIe-Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Clémence RAMNOUX
  •  • 2 334 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Correspondances entre le monde et l'homme »  : […] Dans ce cadre se laissent facilement lire les couples contrariés sur lesquels s'articule la cosmologie héraclitéenne. Au commencement, un être primordial au nom du Feu s'échange contre la Mer, et la Mer à son tour s'échange, mi-partie contre la Terre, mi-partie contre un élément que désigne le mot de Praester , au sens vraisemblable d'une atmosphère chargée de vapeurs plus ou moins humides ou sèch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heraclite/#i_394

HINDOUISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 9 181 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les âges du monde »  : […] L'univers lui-même s'inscrit dans la ronde. Dès le début de cette période d'assimilation, les textes attestent une nouvelle conviction : celle qui se rapporte aux créations et aux destructions cosmiques alternées. L'éternité des Veda, proclamée par les plus anciennes autorités, s'opposait à la relativité de l'univers. Toutefois, le mécanisme des apparitions et disparitions de celui-ci n'est vraim […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hindouisme/#i_394

HUAINANZI [HOUAI-NAN-TSEU]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 235 mots

Titre d'un ouvrage chinois ( Le Maître de Huainan ) qui porte le nom de son auteur, Liu An, prince de la maison des Han et roi de Huainan, mort en ~ 122. À sa cour provinciale, celui-ci s'entoura de maîtres taoïstes qui compilèrent une somme des doctrines cosmologiques et mystiques de la secte. Le livre, composé ainsi, est une synthèse de la pensée du Laozi et du Zhuangzi combinée avec les théor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/huainanzi-houai-nan-tseu/#i_394

INDE (Arts et culture) - Les sciences

  • Écrit par 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 14 263 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Astronomie »  : […] L'astronomie en Inde naquit pour répondre aux besoins du rituel. Cette première mission des astronomes est formulée dans le Jyotiṣavedāṅga ( Ṛk , 36) : « Les Veda ont été promulgués pour les besoins du sacrifice et les sacrifices suivent un ordre fixe dans le temps ; qui donc possède ce jyautiṣa , la science des divisions du temps, possède la science des sacrifices. » Une seconde motivation des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-sciences/#i_394

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « Iconographie jaïna »  : […] On mentionne en premier lieu les vingt-quatre Tīrthaṃkara (ou Tīrthakara, littéralement « Faiseurs de gué »), promoteurs du jaïnisme : personnages masculins, ils sont habituellement figurés « vêtus d'espace » ( digambara ), c'est-à-dire complètement nus. Lorsqu'ils sont debout, la loi de frontalité la plus stricte est observée et les bras pendent le long du corps, les mains atteignant la hauteur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-art/#i_394

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 274 mots

Dans le chapitre « L'école de Safed et Isaac Luria »  : […] À partir de 1530, le centre du renouveau doctrinal est Safed, petite ville de Galilée. Les idées théosophiques pénètrent toutes les disciplines ; même des juristes comme Joseph Karo se situent sur le terrain de la kabbale et se réclament, comme plusieurs de leurs contemporains, de révélations personnelles. Le penseur le plus significatif de la première période de Safed est Moïse Cordovero (1522-1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kabbale/#i_394

KALPA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 461 mots

Le mot sanskrit kalpa signifie d'abord « agencement » et équivaut, dans la littérature védique, à rita ( ṛta ), qui désigne à la fois l'ordre cosmique, le rite et l'art, grâce à quoi les hommes parviennent à l'harmonie (autre sens du mot rita ) avec l'énergie universelle. Cependant, kalpa se réfère plutôt à la liturgie en tant qu'elle est la mise en scène, sur le plan humain, du drame cosmique v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kalpa/#i_394

LAOZI [LAO-TSEU]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 1 013 mots
  •  • 1 média

Sage taoïste de l'Antiquité chinoise, auteur présumé du livre qui porte son nom ( Laozi ) et qui est plus connu sous le titre de Daode jing , Livre de la Voie et de la Vertu . De la vie de Laozi (littéralement, le « Vieux Maître ») ne sont connues que des légendes : aucune identification avec un personnage historique n'a été possible jusqu'ici. La première biographie du Vieux Maître par Sima Qian […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laozi-lao-tseu/#i_394

LES PORTES DU CIEL. VISIONS DU MONDE DANS L'ÉGYPTE ANCIENNE (exposition)

  • Écrit par 
  • Julie MASQUELIER-LOORIUS
  •  • 1 089 mots

Les Portes du ciel. Visions du monde dans l'Égypte ancienne , qui s'est déroulée au musée du Louvre, du 6 mars au 29 juin 2009, a donné lieu à la publication d'un catalogue en coédition avec Somogy présentant les quelque trois cent cinquante œuvres exposées couvrant plus de trois millénaires (de l'époque prédynastique à la période gréco-romaine). L'organisation de cette exposition était placée sou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-portes-du-ciel-visions-du-monde-dans-l-egypte-ancienne/#i_394

MAṆḌALA

  • Écrit par 
  • Odette J. MONOD
  •  • 1 583 mots
  •  • 1 média

Le maṇḍala (terme sanskrit signifiant « cercle » ; en tibétain, dkyil-'khor ) est l'expression d'un concept cosmologique qu'énoncent les textes anciens de l'Inde et que l'on traduit plastiquement sous des aspects variés. Il joue un rôle mystique et rituel dans les religions issues de l'Inde, notamment dans l'hindouisme, le bouddhisme lamaïque tibétain et le bouddhisme ésotérique japonais. Les div […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mandala/#i_394

MÉCANISME, philosophie

  • Écrit par 
  • Joseph BEAUDE
  •  • 5 205 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la notion de Cosmos à celle d'Univers »  : […] Le mécanisme n'est pas né seulement de la volonté de mieux expliquer les phénomènes que l'homme découvre dans son expérience quotidienne sur la Terre ; il est lié assez étroitement aux découvertes qui ont été faites dans le ciel, aux bouleversements qu'a connus l'astronomie. L'un de ses postulats est que la physique céleste est la même que la physique terrestre. Il est aujourd'hui difficile de con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanisme-philosophie/#i_394

MICROCOSME ET MACROCOSME

  • Écrit par 
  • Hélène VÉDRINE
  •  • 4 258 mots
  •  • 1 média

La théorie selon laquelle tout se répond dans l' univers fait correspondre à la totalité (macrocosme) une infinité de « modèles réduits » (microcosmes) qui imitent d'une manière plus ou moins parfaite la richesse du cosmos. Ce thème est développé, selon des modes variés, dans les conceptions du monde qui estiment que « tout est dans tout ». Souvent il s'allie à un animisme radical qui exclut tou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microcosme-et-macrocosme/#i_394

MYTHOLOGIES - Dieux et déesses

  • Écrit par 
  • Mircea ELIADE
  •  • 7 930 mots
  •  • 5 médias

On appelle dieux et déesses les êtres surnaturels qui jouent un rôle central dans les religions des peuples dits « primitifs » et dans les religions polythéistes de l'Antiquité (Proche-Orient antique, Grèce, Rome), de l'Asie et de l'Amérique centrale. À côté des dieux et déesses, il existe d'autres figures religieuses, qui parfois jouissent d'un prestige égal ou même supérieur : les héros civilis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythologies-dieux-et-deesses/#i_394

PARMÉNIDE (VIe-Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Clémence RAMNOUX
  •  • 2 233 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La doxa »  : […] Le hasard des transmissions a livré peu de restes de l'enseignement annoncé par la déesse comme un « arrangement trompeur de mots à moi », une doctrine vraisemblable, en laquelle ne réside aucune ferme assurance de vérité. Cette dernière partie du poème aurait contenu une cosmogonie, une cosmologie, une anthropologie et une démonologie. Elle représente l'univers comme composé de deux étoffes (« ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parmenide/#i_394

PLATON

  • Écrit par 
  • Monique DIXSAUT
  •  • 13 741 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Causalité intelligente et causalité nécessaire »  : […] Âme, cité et monde posent un même problème : comment inscrire, dans des réalités qui ne sont pas intelligibles par elles-mêmes, l'ordre et l'arrangement qui leur conférera unité et valeur ? Si l'analogie de structure entre l'âme et l' État sous-tend toute La République , de telle sorte que les mêmes principes d'organisation garantissent la bonne constitution de l'une et de l'autre et qu'elles sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/platon/#i_394

POÈME, Parménide - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 786 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'affirmation ontologique »  : […] Selon toute apparence et de façon assez simple, il est possible de diviser ce qui nous reste du poème (connu avant tout par l'entremise de Théophraste, Simplicius, Sextus...) en trois parties : une première, mythique, disant l'initiation par la déesse Vérité, une seconde proprement philosophique, voire « métaphysique » avant la lettre, décrivant « la Voie de la Vérité », et enfin une partie « cosm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poeme/#i_394

PURĀṆA

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 3 344 mots

Dans le chapitre « Les « cinq caractéristiques » »  : […] Le premier des cinq grands sujets traités est la cosmogonie, c'est-à-dire la description de la création originelle, celle qui s'est produite au commencement des temps ( agre ). Il faut rappeler à ce propos qu'une création en contexte indien n'est jamais ex nihilo  : c'est un simple développement à partir d'un principe premier. Au niveau des purāṇa, ce principe est généralement le Dieu suprême (V […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/purana/#i_394

ROCHERS DE LETTRÉS. ITINÉRAIRES DE L'ART EN CHINE (exposition)

  • Écrit par 
  • Christian HECK
  •  • 1 043 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Entre microcosme et macrocosme »  : […] Les mutations dans lesquelles l'Univers ne cesse d'être l'objet de forces multiples peuvent être observées dans le paysage, et la pensée chinoise ancienne a su évoquer ces jeux de courants d'énergie sur les formes, tout comme le rapport entre les domaines de la vie. Au v e  siècle, l'empereur Xiao Wudi, relatant dans un poème son ascension du mont Luo, écrit : « Les brumes rassemblées s'enroulent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rochers-de-lettres-itineraires-de-l-art-en-chine/#i_394

SĀṂKHYA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 694 mots

La tradition philosophique hindoue se présente sous la forme de « systèmes » achevés, chacun se suffisant à lui-même, au moins en théorie. Ce sont autant de « points de vue » (darśanas) sur la doctrine de base qui se veut immuable : foi en la révélation védique, affirmation de la toute-puissance du principe spirituel dans l'homme et dans l'univers, pérennité du monde dans la succession des cycles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/samkhya/#i_394

SHAO YONG [CHAO YONG] (1011-1077)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 513 mots

Sage, philosophe et poète, un des principaux artisans, avec Zhou Dunyi, de la métaphysique du Daoxue, mouvement de renouveau de la pensée chinoise connu en Occident sous le nom de néo-confucianisme. Le retour aux classiques et la résistance contre le bouddhisme avaient été préparés politiquement par Han Yu (768-824) et ses disciples. Mais c'est seulement avec Shao Yong et ses amis qu'apparaît un s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shao-yong-chao-yong/#i_394

ŚIVA ou SHIVA ET SHIVAÏSME

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 8 174 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Cosmologie, connaissance et parole »  : […] Ainsi toutes choses et tous êtres se répartissent dans les deux domaines, pur et impur, et dans les trois grandes catégories. Dans ce cadre s'inscrit toute une cosmologie dont, d'ailleurs, de nombreux éléments sont empruntés aux vues classiques des purāṇa et du sāṃkhya . Deux cent vingt-quatre mondes sont décrits, définis principalement par les caractéristiques des êtres qui les habitent. On adme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/siva-shiva-et-shivaisme/#i_394

STOÏCISME

  • Écrit par 
  • Jacques BRUNSCHWIG, 
  • Urs EGLI
  •  • 7 430 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La physique »  : […] La vision stoïcienne du monde consiste essentiellement à ne reconnaître de réalité qu'au monde, à ce qu'il contient et à ce qui le constitue, de l'intérieur, comme monde. C'est un matérialisme, mais un matérialisme dynamiste et comme spiritualiste, bien différent de l'atomisme mécaniste des épicuriens, chez qui l'impénétrabilité de la matière ne laisse subsister d'autre rapport entre les corps que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stoicisme/#i_394

TAOÏSME

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 8 929 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les Maîtres célestes et l'Église taoïste »  : […] Des cultes populaires envers les Immortels, on l'a vu, abondaient sous les Han. Les empereurs soucieux de prestige, tels que Qin Shi Huangdi (221-210) et Han Wudi (140-87), envoyèrent des expéditions maritimes à la recherche des îles des bienheureux. Le culte impérial de Laozi divinisé fut un effort de la part du gouvernement pour prendre à son compte ce qui devait être déjà à l'époque un mouvemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taoisme/#i_394

THALÈS DE MILET (env. 625-env. 547 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Clémence RAMNOUX
  •  • 482 mots
  •  • 1 média

Thalès avait environ quarante ans lors de l'éclipse du Soleil dont la prédiction lui a valu de rester célèbre (585 av. J.-C.). Il possédait des connaissances en astronomie assez positives et assez avancées pour faire des prévisions rationnelles. Il habitait la cité ionienne de Milet, port et centre d'un commerce étendu aux deux bassins de la Méditerranée : il a vraisemblablement développé ses conn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thales-de-milet/#i_394

TRIMŪRTI

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 525 mots

L'hindouisme place au sommet de son panthéon une triade (tri-mūrti) de trois grands dieux, de rang égal : Brahmā, Viśnu, Śiva. Chacun d'eux représente un aspect de la toute-puissance divine, mais leurs relations ne sont pas comparables à celles que les théologies chrétiennes attribuent aux personnes de la Trinité : Brahmā, Viśnu, Śiva sont trois dieux parfaitement distincts les uns des autres et q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trimurti/#i_394

VEDA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 13 414 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les dieux »  : […] Cependant, qu'ils soient « somiques » ou non, les sacrifices restent toujours bâtis sur le principe de l'échange : l'homme donne afin que les dieux rendent. La religion védique étant polythéiste, c'est à bon droit que le mot « dieu » s'y trouve au pluriel. La doctrine du brahman pourrait paraître fonder un monothéisme (d'autant que certaines Upanishads appellent le brahman « Seigneur ») ; mais c' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/veda/#i_394

YIN & YANG

  • Écrit par 
  • Caroline GYSS
  •  • 1 221 mots

Dans le chapitre « Yin-Yang et Mutations »  : […] Yin et yang trouvent leur figuration dans le Livre des mutations, Yi jing , le premier des cinq classiques reconnus par la tradition confucéenne, source essentielle de la pensée cosmologique, et fondement d'une tradition interprétative ininterrompue au cours de l'histoire chinoise. Si la rédaction du Yi jing est sans doute assez tardive (environ v e  siècle avant notre ère), elle transcrit des p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yin-et-yang/#i_394

ZHANG TIANSHI [TCHANG T'IEN-CHE]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 729 mots

Nom chinois désignant les Maîtres Célestes de la famille Zhang, qui sont les chefs héréditaires de l'Église taoïste orthodoxe (Zhengyi). À la même époque que celle du mouvement des Turbans jaunes, on trouve, dans les régions frontalières de l'ouest de la Chine (le Sichuan), une communauté constituée de Chinois et d'aborigènes et organisée selon les principes égalitaires du taoïsme. Leur chef porte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhang-tianshi-tchang-t-ien-che/#i_394

ZHOU DUNYI [TCHEOU TOUEN-YI] (1017-1073)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 340 mots

Penseur confucéen, le premier qui, continuant l'œuvre de Li Ao, donne un cadre cosmologique à la métaphysique élaborée par ce dernier. Il le fait au moyen du Tableau du Faîte Suprême ( Taijitu ), diagramme illustrant la naissance de l'univers à partir du Faîte Suprême, dans lequel les forces antithétiques du Yin et du Yang se trouvent à l'état indifférencié et qui est lui-même sorti du « Sans F […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhou-dunyi-tcheou-touen-yi/#i_394

ZHOUYI CANTONGQI [TCHEOU-YI TS'AN-T'ONG-K'I]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 299 mots

Traité de cosmologie spéculative dont le titre signifie, approximativement, « La Concordance des trois [éléments] dans le Livre des changes des Zhou ». Le Zhouyi cantongqi est une interprétation des huit trigrammes qui sont à l'origine des soixante-quatre hexagrammes dans le Livre des changes ( Yijing ), un des treize classiques, ainsi que des lois d'alternance qui les gouvernent, selon le systè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhouyi-cantongqi-tcheou-yi-ts-an-t-ong-k-i/#i_394


Affichage 

Monde : système basé sur des sphères solides homocentriques

dessin

Système du monde basé sur des sphères solides homocentriques 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Plan de la partie centrale d'Angkor Vat

dessin

Le symbolisme architectural Plan d'Angkor Vat, partie centrale, Cambodge, deuxième quart du XIIe siècle (d'après M Krasa, « Angkor, le sourire et le masque », Prague, 1964) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Visage, reflet de l'ordre cosmique

photographie

Dans la médecine des correspondances systématiques, l'homme est gouverné par les lois qui régulent le cosmos, à savoir l'alternance du yin et du yang, symbolisée par huit trigrammes Le visage est la partie du corps qui peut refléter, dans sa totalité, cet ordre cosmique; en même temps, il... 

Crédits : Collection privée

Afficher

Monde : système basé sur des sphères solides homocentriques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Plan de la partie centrale d'Angkor Vat
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Visage, reflet de l'ordre cosmique
Crédits : Collection privée

photographie