COSMOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Univers relativiste

Reconnaître l'expansion de l'Univers constituait un pas conceptuel de taille. Il fallait en effet admettre de concevoir une géométrie munie d'une évolution propre, une notion tout à fait contradictoire avec l'idée d'espace absolu et rigide que la physique newtonienne considérait, et que seule permettait d'appréhender la théorie de la relativité générale. Mais l'impact de cette théorie, ainsi que celui de la relativité restreinte, dépassait la simple introduction de la notion d'expansion, dont certains aspects peuvent à la rigueur être interprétés dans un cadre newtonien. Ces théories modifient les notions de temps et d'espace, les dépouillant de leur caractère d'absolu et d'indépendance, imposent d'abandonner les notions d'espace et de temps séparés et de les remplacer par celle d'espace-temps. Un espace-temps qui, de plus, doit être muni d'une structure géométrique complexe. Il n'y avait aucun doute que c'est dans un tel cadre que devait être décrite la cosmologie.

La relativité restreinte

C'est à Einstein que nous devons les deux théories de la relativité. L'énoncé essentiel de la relativité restreinte concerne la vitesse de la lumière, postulée constante dans le vide, quel que soit l'état de mouvement de la source ou de l'observateur. Ainsi, nul objet que nous observons ne nous est contemporain : la lumière met 8 minutes environ pour nous parvenir du Soleil, plusieurs années d'une étoile plus éloignée, plusieurs milliards d'années d'une galaxie lointaine. Par conséquent, l'astronome qui regarde loin dans l'Univers regarde aussi loin dans le passé et observe des « tranches d'Univers » d'autant plus anciennes qu'elles sont éloignées : une galaxie lointaine est observée très jeune, surprise peu après sa naissance, telle qu'elle était il y a quelques milliards d'années ; une autre, au contraire, plus proche, nous apparaît après avoir évolué pendant plusieurs milliards d'années. Nul doute que ces deux objets sont différents, autant que peuvent être différents un vieillard et un nourrisson. Deux effets se mélangent donc dans l'observation des galaxies lointaines : l'évolution propre de ces objets – qui nous fait observer les galaxies lointaines encore au berceau – et l'évolution cosmologique – les galaxies proches se situent dans l'espace « ancien », les galaxies lointaines dans l'espace « récent ». Une distinction qui s'impose dès que l'on admet que l'espace puisse évoluer. Il nous faudra donc parler non plus de points de l'espace mais d'événements de l'espace-temps : une galaxie là-bas et autrefois ; une autre ici et maintenant. C'est encore une raison pour laquelle, en cosmologie, plutôt que de caractériser un objet observé par sa distance spatiale ou par sa distance temporelle (le temps mis par la lumière pour nous parvenir), il est beaucoup plus satisfaisant d'utiliser le décalage spectral z, grandeur « mixte » idéale pour les cosmologues.

L'Univers de la relativité générale

La relativité générale joue un rôle encore plus fondamental que la relativité restreinte, car elle permet de concevoir une géométrie propre de l'Univers. Dans la physique non relativiste, la géométrie est très simple (elle est dite euclidienne : c'est celle que nous apprenons à l'école, où les parallèles existent et ne se rencontrent jamais, où l'on ne revient jamais à son point de départ en allant toujours tout droit, etc.) et l'Univers ne peut qu'être muni de cette géométrie ordinaire qui, unique, ne saurait évoluer au cours du temps. Le discours sur l'Univers est alors rapidement limité, faute d'objet. Au contraire, la relativité générale offre une riche diversité de géométries possibles, dont la géométrie euclidienne n'est qu'un cas bien particulier. Ces géométries définissent par exemple (bien que non totalement) l'extension spatiale de l'Univers, finie ou infinie, les lois de propagation de la lumière et bien d'autres propriétés qui sont triviales dans la géométrie ordinaire. Cette géométrie n'est pas statique mais peut évoluer au cours du temps : l'Univers ne possède pas seulement une structure, il possède aussi une histoire.

En fait, géométrie et évolution de cette géométrie peuvent se concevoir comme deux aspects d'une géométrie « élargie » qui opère non pas dans l'espace tel que nous le connaissons (avec trois dimensions : hauteur, largeur, profondeur), mais dans l'espace-temps à quatre dimensions, le rôle de cette quatrième dimension étant joué par le temps. Cela traduit le fait que les équations de la relativité générale traitent d'une manière relativement semblable les aspects géométriques et chronométriques du cosmos. C'est une façon de s'accommoder du fait que temps et espace absolus n'existent plus.

Une première difficulté de la théorie relativiste du cosmos provient du fait que nous avons l'habitude de la géométrie à trois et non pas à quatre dimensions. De la droite au plan, puis à l'espace « ordinaire », on évolue de une à deux et à trois dimensions, mais il nous est impossible de nous représenter ce que serait le pas suivant pour arriver à un espace, même euclidien, à quatre dimensions. Une seconde difficulté provient des propriétés structurales inhabituelles de cette géométrie. Les mathématiciens appellent variété, et plus particulièrement, dans le cas qui nous occupe, variété différentiable ou riemannienne, un tel espace généralisé. On peut dire que la variété espace-temps est aussi complexe (et donc riche en structures), par rapport à un espace euclidien à quatre dimensions, qu'une surface arbitraire peut l'être par rapport au plan. Les mathématiques permettent heureusement de décrire de telles structures ; non pas globalement, mais plutôt en s'intéressant, en chaque point, aux propriétés dites métriques, permettant de calculer des longueurs et des durées (en fait des « intervalles » combinant les deux puisque les propriétés temporelles doivent être adjointes aux propriétés spatiales). L'essentiel de la structure géométrique du cosmos (incluant, rappelons-le, sa propre évolution) est exprimée par une expression que l'on appelle la métrique ds2. Pour être complet, il faut aussi préciser sa topologie.

Métrique

L'espace ordinaire est muni de trois dimensions x, y et z. Entre deux points séparés de dx en hauteur, dy en largeur et dz en profondeur, le carré de la distance s'écrit de manière simple :

Pour généraliser à quatre dimensions, il suffit de rajouter un quatrième terme similaire correspondant à la dimension temporelle supplémentaire. Mais le temps jouant un rôle différent de l'espace, sa contribution s'écrira avec un signe moins et, de plus, avec un terme de conversion (égal à la vitesse de la lumière c), car il ne se mesure pas avec les mêmes unités que l'espace. Ainsi, dans l'espace-temps « pseudo-euclidien » ou minkovskien, à cause du signe moins, l'intervalle entre deux événements séparés de dx, dy, dz dans l'espace et de dt dans le temps s'écrirait :

Or, si la relativité restreinte énonce que la distance sp [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Médias de l’article

Structure de l'Univers

Structure de l'Univers
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Edwin Powell Hubble

Edwin Powell Hubble
Crédits : The Observatories of the Carnegie Institution of Washington

photographie

Évolution de l'Univers pour les trois courbures de l'espace-temps possibles

Évolution de l'Univers pour les trois courbures de l'espace-temps possibles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Modèles d'Univers de Friedmann

Modèles d'Univers de Friedmann
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  COSMOLOGIE  » est également traité dans :

UNIVERS

  • Écrit par 
  • Jean AUDOUZE, 
  • James LEQUEUX
  •  • 6 643 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre «  La structure, l'origine et l'évolution de l'Univers »  : […] Une caractéristique essentielle de l'Univers est qu'à cette échelle immense espace et temps ne sont pas séparés. Nous observons les objets éloignés tels qu'ils étaient au moment où la lumière que nous en recevons les a quittés : il y a donc une relation biunivoque entre la distance d'un objet et son âge (d'où l'intérêt d'exprimer les distances en années-lumière). Cette relation dépend évidemment […] Lire la suite

TERRE ÂGE DE LA

  • Écrit par 
  • Pascal RICHET
  •  • 5 142 mots
  •  • 5 médias

Que la Terre et même l’Univers aient un âge est de nos jours une évidence. Le fait que ces âges se comptent par milliards d’années est lui-même couramment connu : 4,55 pour la Terre et sans doute environ trois fois plus pour l’Univers, comme l’ont respectivement établi les géochimistes au milieu du x x e  siècle et les cosmologistes dans les décennies suivantes. Or ces résultats furent l’aboutisse […] Lire la suite

ANTHROPIQUE PRINCIPE

  • Écrit par 
  • Marc LACHIÈZE-REY
  •  • 1 293 mots

L' anthropocentrisme a connu un tournant décisif à l'époque de la Renaissance. Jusqu'à Copernic (1473-1543), les « systèmes du monde » étaient explicitement centrés sur la Terre. Qu'elle fût considérée comme « centrale » ou comme « inférieure », la position occupée par l'homme possédait un caractère spécifique interdisant de considérer ces systèmes autrement que dans leur rapport à celui-ci. La […] Lire la suite

ANTIMATIÈRE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE, 
  • Jean-Marc RICHARD
  •  • 6 914 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Antimatière dans l'Univers »  : […] Puisqu'on a découvert l'antiparticule associée à chaque particule et vérifié que les antiparticules interagissaient entre elles comme le font les particules, il est certain que tous les antinoyaux et tous les antiatomes ou antimolécules peuvent exister. Le problème est de savoir s'il y a réellement de l'antimatière en abondance dans l'Univers. Les interrogations à ce sujet viennent en fait de la […] Lire la suite

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 318 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « 1950-1970 : nouveaux domaines, nouveaux objets »  : […] La Seconde Guerre mondiale est pour l'astronomie une période de stagnation ; cependant, les développements techniques réalisés dans des buts militaires, surtout en électronique, vont changer peu après la face de l'astronomie. Ce sont eux qui ont permis le rapide développement de la radioastronomie vers 1950. Certes, la découverte de l'émission d’ondes radio par la Voie lactée par l'Américain Karl […] Lire la suite

B.I.C.E.P. (Background Imaging of Cosmic Extragalactic Polarization)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 708 mots
  •  • 1 média

Le télescope B.I.C.E.P. (pour Background Imaging of Cosmic Extragalactic Polarization , soit Imagerie de polarisation du fond cosmique extragalactique) est un instrument dédié à l’étude du rayonnement primordial. Il est installé sur le continent Antarctique et utilisé par des équipes de physiciens du Caltech (l’Institut de technologie de Californie à Pasadena) et de l’université de Californie. […] Lire la suite

BIG BANG

  • Écrit par 
  • Marc LACHIÈZE-REY
  •  • 2 531 mots
  •  • 4 médias

Le terme big bang fut proposé pour la première fois en 1948, par l'astrophysicien britannique Fred Hoyle (1915-2001). L'idée remonte cependant aux années 1930 : on la doit au physicien belge Georges Lemaître (1894-1966), sous l'appellation originelle d'« atome primitif ». L'expansion de l'Univers vient alors tout juste d'être découverte et admise par la communauté scientifique. Si la matière se […] Lire la suite

CALENDRIERS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul PARISOT
  •  • 9 874 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Calendriers indiens »  : […] L'histoire des sciences en Inde est largement documentée depuis environ 2000 avant J.-C. Elle est connue à travers une littérature abondante rédigée en sanskrit. Vers 1500 avant J.-C., la civilisation de l'Indus est submergée par l'invasion des Aryens védiques et cette nouvelle période est caractérisée par l'élaboration du Veda (« le Savoir ») et des brāhmana . L'histoire du monde est partagée […] Lire la suite

COMBES FRANÇOISE (1952- )

  • Écrit par 
  • Pierre LÉNA
  •  • 1 698 mots
  •  • 2 médias

Astrophysicienne française, Françoise Combes est spécialiste de la dynamique des galaxies . Membre de l’Académie des sciences depuis 2004, professeure au Collège de France et chercheuse à l’Observatoire de Paris, elle a reçu, le 10 septembre 2020, la médaille d’or du CNRS – après avoir reçu celle d’argent en 2001 – pour ses travaux, à la fois théoriques et observationnels, concernant la formation […] Lire la suite

COPERNIC NICOLAS (1473-1543)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre VERDET
  • , Universalis
  •  • 5 385 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Sens et limite d'une révolution »  : […] Parmi les grandes œuvres qui jalonnent la route de l'astronomie, celle de Copernic est peut-être la plus contestée. Ainsi ce dernier apparaît-il comme ayant été par deux fois fauteur de troubles. Fauteur de troubles en son temps, parmi les astronomes, les philosophes et les théologiens. Fauteur de troubles aujourd'hui, parmi les historiens des sciences, les uns le considérant, non seulement comme […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marc LACHIÈZE-REY, « COSMOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cosmologie/