CORROSION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La corrosion sèche

La corrosion sèche correspond à l'attaque d'un métal M par un gaz G pour donner le composé C :

Tous les métaux et alliages, à l'exception des métaux nobles (l'or, par exemple), sont attaqués par les gaz à température suffisamment élevée. Parmi toutes les réactions possibles, ce sont surtout celles avec l'oxygène qui ont été le plus étudiées : au sens traditionnel du terme c'est l'oxydation. Mais, en fait, on peut donner à ce dernier terme son sens le plus large et qui caractérise alors l'action d'un élément électronégatif sur un métal ou un alliage : soufre, halogènes (Cl, Br, I), azote, etc. Ces différents éléments actifs peuvent être sous forme libre ou sous forme combinée : vapeur d'eau, monoxyde et dioxyde de carbone, anhydride sulfureux et hydrogène sulfuré, ammoniac, etc.

L'action de ces différents éléments obéit généralement aux mêmes principes et lois et s'étudie expérimentalement selon les mêmes méthodes. Il est alors possible de décrire plus particulièrement les réactions avec l'oxygène, étant bien entendu que les résultats peuvent être étendus à d'autres éléments électronégatifs.

On ne peut se limiter, pour comprendre les processus de l'oxydation, à appliquer seulement les lois de la thermodynamique. En effet, lorsqu'un oxyde se forme à la surface d'un métal, il isole de plus en plus celui-ci de l'oxygène ; aussi, la vitesse de croissance de la couche d'oxyde n'est pas contrôlée par la réaction chimique (1) mais par la diffusion soit du métal, soit de l'oxygène à travers le film solide : c'est un processus physique.

Au cours de l'oxydation d'un métal, il est important de considérer le rapport Δ du volume équivalent de l'oxyde formé à celui du métal attaqué (coefficient d'expansion) :

formule dans laquelle M′ et M sont les masses par équivalent-gramme et ρ′ et ρ, les masses volumiques de l'oxyde et du métal. Si Δ est inférieur à 1, l'oxyde ne recouvre pas toute la surface et n'est donc pas protecteur : c'est le cas pour les métaux alcalins et alcalino-terreux. Si Δ est supérieur à 1, l'oxyde est protecteur : c'est le cas pour les métaux usuels tels que le fer, le nickel et le cuivre.

En fait, les processus de l'oxydation sont relativement complexes, et leur interprétation nécessite de faire appel à différentes disciplines scientifiques. Les aspects structuraux et mécaniques, en particulier, revêtent une importance parfois prédominante.

Pour un métal donné, la vitesse d'attaque dépend de la température. Mais, en dehors de ce facteur important, d'autres paramètres interviennent directement sur le déroulement de la réaction : la pression partielle et la composition du gaz, la pureté du métal ainsi que sa structure et son état de surface.

Structure et défauts des oxydes. Diffusion

Pour que la réaction puisse se poursuivre, il est nécessaire que le métal et l'oxygène puissent venir au contact l'un de l'autre, c'est-à-dire qu'ils puissent diffuser à travers l'oxyde. Donc, suivant les cas, la réaction d'oxydation se produira : à l'interface métal-oxyde s'il s'agit d'une diffusion préférentielle d'oxygène (c'est le cas de Ti/TiO2, Zr/ZrO2 et U/UO2), à l'interface oxyde-oxygène s'il s'agit d'une diffusion préférentielle des ions métalliques (Fe/FeO et Ni/NiO).

Les oxydes sont des édifices cristallins dans lesquels l'oxygène et le métal sous forme ionique occupent des sites bien déterminés. Mais ces cristaux présentent des défauts ponctuels de deux types principaux : un cation interstitiel et une lacune de cation (défauts de Frenkel), comme pour AgBr ; une lacune d'anion et une lacune de cation (défauts de Schottky), comme pour NaCl.

De plus, dans de nombreux cristaux, on observe un écart par rapport à la composition stœchiométrique. Ainsi, FeO et NiO, d'une part, ZnO, d'autre part, sont caractérisés respectivement par un défaut et par un excès de métal.

Oxydes semi-conducteurs

Diaporama : Oxydes semi-conducteurs

Exemples d'oxydes semi-conducteurs. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Ces imperfections du réseau cristallin sont à l'origine de la diffusion soit d'ions oxygène, soit d'ions métal dans les oxydes, et permettent d'expliquer les caractéristiques électriques de ces derniers (conductibilité et nombre de transport). On conçoit alors aisément que la nature et la vitesse de migration des ions dépendront du type de défauts présents dans l'oxyde formé.

Lois cinétiques d'oxydation des métaux

Le paramètre important pour étudier quantitativement les phénomènes d'oxydation est la variation [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Protection cathodique d'une canalisation

Protection cathodique d'une canalisation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Oxydes semi-conducteurs

Oxydes semi-conducteurs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Lois cinétiques d'oxydation des métaux

Lois cinétiques d'oxydation des métaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : Professeur, directeur du laboratoire des matériaux de l'université de technologie de Compiègne
  • : professeur à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie et à l'École nationale supérieure de chimie de Paris

Classification

Autres références

«  CORROSION  » est également traité dans :

ACIER - Technologie

  • Écrit par 
  • Louis COLOMBIER, 
  • Gérard FESSIER, 
  • Guy HENRY, 
  • Joëlle PONTET
  •  • 14 172 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Corrosion des aciers inoxydables »  : […] Malgré leur résistance dans de nombreux milieux « agressifs », les aciers inoxydables peuvent être sensibles à certaines formes de corrosion, qu'il est important de connaître. L'une des plus importantes est la corrosion intergranulaire , qui peut provoquer une véritable désagrégation du métal par suite de l'attaque sélective des joints de grains (espaces entre les grains). À la suite de certains […] Lire la suite

AUTOMOBILE - Technologie

  • Écrit par 
  • Georges BRESSON, 
  • Jean-Pierre CAPET, 
  • François de CHARENTENAY, 
  • Thierry HALCONRUY, 
  • Frédéric RIVAS, 
  • Jean-Pierre VÉROLLET
  • , Universalis
  •  • 15 851 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « La caisse du véhicule »  : […] Sur la plupart des voitures d'aujourd'hui, la caisse est dite autoporteuse car elle intègre le châssis, autrefois séparé, pour constituer un structure monocoque. La carrosserie comprend des parties extérieures visibles ou « peau » du véhicule, qui lui donnent sa forme telle que le design l'a définie, et des parties intérieures caissonnées pour recevoir les efforts auxquels elle est soumise. Généra […] Lire la suite

BÉTON

  • Écrit par 
  • Jean-Michel TORRENTI
  •  • 8 162 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Durabilité »  : […] La durabilité des structures en béton est maintenant devenue un point important, y compris dans l'approche normative des ouvrages, ne serait-ce que parce que les réparations ont un coût non négligeable. Ainsi, les Eurocodes (règles européennes de construction) définissent la notion de durée d'utilisation de projet, durée pour laquelle la structure doit être dimensionnée de sorte que sa détériorat […] Lire la suite

CHLORURE D'HYDROGÈNE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 580 mots

Formule brute : HCl Masse moléculaire : 36,46 g Point d'ébullition : — 84,9  0 C Point de fusion : — 114  0 C Température critique : 51,54  0 C. Gaz incolore d'odeur forte et étouffante, très soluble dans l'eau (qui à la température ordinaire en dissout environ 450 fois son volume), fumant dans l'air humide, corrosif. On appelle acide chlorhydrique (esprit de sel, acide muriatique) les solutions a […] Lire la suite

COLLAGE, physique

  • Écrit par 
  • Jacques COGNARD
  •  • 6 457 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Corrosion »  : […] La résistance à la rupture d'un joint aluminium/aluminium collé, immergé dans de l'eau distillée contenue dans une ampoule scellée, ne change pas après un séjour de sept années, alors qu'en présence d'eau courante ou exposé à l'air humide il perd sa résistance après deux années. En présence d'eau et d'oxygène, les métaux se dissolvent, l'eau devient conductrice, il se forme des zones anodiques et […] Lire la suite

CONSTRUCTIONS MÉTALLIQUES

  • Écrit par 
  • François CIOLINA
  •  • 5 328 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La corrosion et la défense contre la corrosion »  : […] L' acier est sensible à l'action de la corrosion, et seule une protection par peinture ou projection de métal (zinc, aluminium) peut lui assurer une certaine longévité dans le temps. Cette protection doit être entretenue régulièrement. De nombreuses solutions ont été apportées par le constructeur pour réduire ces problèmes aux incidences économiques importantes. Il est possible d'employer un acier […] Lire la suite

FER - L'élément métallique

  • Écrit par 
  • Simone TALBOT-BESNARD
  •  • 2 794 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Corrosion et protection du fer »  : […] Le stade primaire de corrosion du fer est la destruction de l'édifice cristallin, suivant la réaction : Par attaque chimique, on forme l'hydroxyde ferreux. Dans le cas de l'attaque électrochimique, les ions et les électrons du métal vont apparaître sur des surfaces de l'échantillon plus ou moins éloignées les unes des autres. Une dissymétrie quelconque va créer des différences de potentiel et, pa […] Lire la suite

MÉTALLOGRAPHIE - Essais physico-chimiques

  • Écrit par 
  • Gérard BERANGER
  •  • 4 420 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Étude cinétique du comportement d'un matériau métallique »  : […] Les essais cinétiques ont pour but d'étudier le comportement d'un métal dans un milieu donné, en fonction du temps. Les essais de corrosion sèche ou électrochimique ainsi que les mesures d'absorption de gaz constituent des exemples de ce type de mesures. […] Lire la suite

MÉTALLOGRAPHIE - Macrographie et micrographie optiques

  • Écrit par 
  • Gérard WYON
  •  • 3 984 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Attaque par des réactifs chimiques ou électrolytiques »  : […] Les techniques d'attaque de la surface par des réactifs chimiques ou électrolytiques sont les plus utilisées pour révéler les structures micrographiques. La corrosion, réalisée souvent par immersion de l'échantillon, peut alors être localisée ou généralisée et, dans ce dernier cas, c'est la corrodabilité différente de chaque phase attaquée qui permet de révéler la structure. Si l'attaque procède […] Lire la suite

NICKEL

  • Écrit par 
  • Jacques GRILLIAT, 
  • Bernard PIRE, 
  • Michel RABINOVITCH, 
  • Jacques SALBAING
  •  • 4 771 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Aciers inoxydables et réfractaires »  : […] Le nickel est, avec le chrome, l'élément essentiel des aciers inoxydables et des aciers réfractaires qui sont ses débouchés les plus importants. À ces deux métaux on ajoute quelquefois du molybdène, du cuivre, du tungstène, etc. Les nuances d'aciers inoxydables les plus classiques sont les aciers à 18 p. 100 de chrome et 10 p. 100 de nickel et les aciers à 18 p. 100 de chrome, 12 p. 100 de nickel […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gérard BERANGER, Jean TALBOT, « CORROSION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/corrosion/