CORRIDA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire

Origines et premières formes

Si la tauromachie s'inspire de nombreux spectacles plus anciens, ses véritables origines demeurent inconnues. Les historiens ont longtemps débattu de l'importance relative à accorder à ces diverses influences. Certains voient les racines de cet art dans l'Espagne maure, d'autres dans le culte du taureau célébré en Mésopotamie, et d'autres encore dans un rite prénuptial courant dans l'Espagne médiévale consistant à taquiner un taureau. La tauromachie moderne mêle probablement des influences, des rites et des cultures qui remontent pour un grand nombre à des milliers d'années. Les fouilles du site de Cnossos, en Crète, ont par exemple mis au jour des fresques minoennes (datant environ de 1500 av. J.-C.) représentant des scènes de jeux avec des taureaux.

Les combats et les spectacles de taureaux étaient monnaie courante dans la Rome antique, mais l'action dépendait de la capacité naturelle du bétail domestiqué à fuir ses assaillants. Le bétail ibérique utilisé dans les combats tels qu'on les connaît aujourd'hui se caractérise par sa capacité à attaquer avec une fougue constante son adversaire sans que celui-ci l'ait provoqué. Avant les guerres puniques, les Celtibères connaissaient bien les troupeaux sauvages qui peuplaient leurs forêts. Ils firent de la chasse un jeu et élevèrent ces animaux pour s'en servir à la guerre et mettre ainsi à profit leur férocité. Les Celtibères qui défendaient la ville d'Elche assiégée par Hamilcar Barca, le père d'Hannibal, en 228 av. J.-C. rassemblèrent ainsi un grand troupeau de ces bêtes sauvages, les harnachèrent à des chariots chargés de bois résineux enflammé par des torches, et les lancèrent sur l'ennemi. Barca fut tué dans la mêlée qui s'ensuivit, et son armée anéantie. Carthaginois et Romains furent stupéfaits par le récit de la mort d'Hamilcar Barca. Ils restèrent également ébahis aux récits des jeux organisés dans la [...]


Médias de l’article

Plaza Mayor, Madrid

Plaza Mayor, Madrid
Crédits : Françoise Weyl

photographie

The Bull, E. Haas

The Bull, E. Haas
Crédits : Ernst Haas / Hulton Getty

photographie

Apis, le dieu-taureau

Apis, le dieu-taureau
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le taureau Nandin, monture du dieu Shiva

Le taureau Nandin, monture du dieu Shiva
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Tous les médias



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CORRIDA  » est également traité dans :

ANIMALIER DROIT

  • Écrit par 
  • Olivier LE BOT
  •  • 4 672 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La souffrance inutile hors la loi »  : […] La notion de « souffrance inutile », qui n'est pas nouvelle en droit animalier, connaît actuellement un regain d'utilisation en vue de justifier l'interdiction des spectacles et attractions impliquant la mise à mort récréative d'animaux. En Suisse, le canton de Genève a adopté en 1974, par votation populaire, une disposition constitutionnelle interdisant purement et simplement la pratique de la c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-animalier/#i_87867

Voir aussi

Pour citer l’article

Barnaby CONRAD, « CORRIDA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/corrida/