CORPSCultes du corps

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La tentation du narcissisme

Le culturisme ou body-building est l'une des pratiques principales qui, avec le fitness, le stretching, le cardio-training, ont développé depuis les années 1970 l'estime de soi par la remise en forme physique. Cette religion du corps repose sur une croyance performative qui ne relève plus de l'énoncé – « quand dire, c'est faire » selon la formule de John Austin −, mais de l'acte : quand faire, c'est dire. Le corps est de fait immanent au sujet et sa qualité paraît dépendre totalement des usages que ce dernier en tire. Pour peu que soit dépassée l'idolâtrie de l'apparence corporelle, la religion du corps reproduit les autres structures traditionnelles des attitudes de croyance : ainsi elle n'est plus aperçue comme telle par le sujet dès lors que ce dernier s'enferme dans sa matière, ses addictions et ses modes d'existence. Trouvant son corps de plus en plus performant et satisfaisant, cette illusion corporelle est vécue et affirmée par le sujet contemporain comme son invention, une façon nouvelle de se « dire ». Cette croyance performative est une illusion corporelle ou une invention subjective selon que l'on voudrait mettre l'accent sur l'aliénation ou sur la liberté acquise par le sujet.

Culturisme

Photographie : Culturisme

Le culturisme, aussi appelé body-building (construction du corps, en anglais), est une activité physique par laquelle l.individu développe, parfois à l.extrême, sa masse musculaire. Dans ce but, le culturiste pratique très régulièrement des exercices de musculation intenses et brefs.... 

Crédits : I. Csak / Shutterstock

Afficher

Dans un essai intitulé L'Ère du vide, Gilles Lipovetsky décrit la génération née dans les années 1980, qui coïncide avec une crise des idéologies traditionnelles, de la famille, de la vie, du lien social et de l'économie. L'individu est isolé dans les grands ensembles, il a l'impression d'être inutile socialement au point de trouver dans son corps son seul lieu identitaire. Pour conserver leur liberté de création, leur liberté d'opinion, on voit alors de plus en plus d'individus se réfugiant dans l'espace privé ou dans la vie associative thématique transversale (club, sport, musique, jeu de rôle...).

Bientôt pointe l'idée que le corps n'aurait plus de devoirs, mais seulement des droits. L'hyperindividualisme, le chacun pour soi et le culte de la réussite individuelle, si possible en écrasant l'autre, marquent cet ultralibéralisme des années 1990. Il entraîne un affaiblissement, un rejet, voire une négation des valeurs de justice sociale, de solidarité, de toute règle collective, opposable à tous, comme en témoigne le dopage dans le sport ou l'isolement social des malades, des chômeurs et des personnes âgées.

Dans la société d'hyperconsommation, l'individu tire toute son impression d'exister grâce au modèle du self-service et de sa logique, en parfait accord avec le capitalisme. Recherchant une existence à la carte, il se construit une identité par la consommation, aujourd'hui caractérisée par la surmultiplication du choix. Baudrillard a décrit comment l'impression d'avoir le choix des objets est un moyen pour le moi de se construire. Cette existence à la carte définit le corps par les produits qu'il consomme, que ce soit par ingestion (aliments, médicaments, « alicaments », drogues), absorption (bains, teintures, onguents, crèmes, UV), intégration (greffes, implants), incrustations (tatouages, piercing, scarifications). Tous ces self-services sont fondés sur la séduction/répulsion en survalorisant le look, l'apparence, le flash afin de rendre l'individu remarquable par les autres. Les recherches et les expériences des nombreux artistes du courant body-art, tels que Orlan et ses opérations-performances, expriment cette tendance profonde qui fait du corps le premier support de mise en scène d'une écriture individuelle.

Dans ce mouvement général et volontaire de somatisation, chacun et chacune veut se composer un « corps à soi ». Un corps à soi signifie la possibilité de se construire une identité en utilisant en particulier tous les progrès technoscientifiques qui transforment les données naturelles. C'est pourquoi on peut parler d'hybridation pour désigner le résultat de tous les procédés consistant à introduire dans son corps des produits, des outils, des machines censés conférer une nouvelle identité : cette « identité hybridée » n'est plus l'« identité naturelle » dont nous avons hérité de nos parents... [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : professeur d'épistémologie du corps et des pratiques corporelles à la faculté du sport de Nancy

Classification

Autres références

«  CORPS  » est également traité dans :

CORPS - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Monique DAVID-MÉNARD
  •  • 1 810 mots

Les savoirs et les pratiques qui ont pour objet le corps – médecine, arts plastiques, sémiologie, anthropologie, psychanalyse – ont à se débattre, dans la culture occidentale, avec deux traditions philosophiques, la cartésienne et l'aristotélicienne, qui hantent ce qu'ils énoncent ou effectuent, et qu'ils tentent de surmonter sans toujours y parvenir.Cette hantise est expli […] Lire la suite

CORPS - Données anthropologiques

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 251 mots

Dans les sociétés occidentales, on estime couramment que le corps humain est un objet relevant seulement de la biologie ou de la physiologie, par exemple, et que sa réalité matérielle doit être pensée d'une façon indépendante des représentations sociales. En vertu de la longue tradition philosophico-religieuse de la séparation de l' […] Lire la suite

CORPS - Corps et langage

  • Écrit par 
  • Louis MARIN
  •  • 5 694 mots
  •  • 1 média

Si la sémiologie est la science des signes, la sémiologie du corps se définira comme la région de cette science dont l'objet est le corps comme signe. Comment le corps humain peut-il être signe ou ensemble de signes ? Comment peut-il signifier ? Quel peut être son type propre de signifiance ? Quelles lois la régissent  […] Lire la suite

CORPS - Les usages sociaux du corps

  • Écrit par 
  • Luc BOLTANSKI
  •  • 2 595 mots

Parler d'usages sociaux du corps c'est poser l'existence d'une correspondance globale entre, d'une part, l'utilisation que les individus font de leur corps, la relation qu'ils entretiennent avec le corps propre et même certaines de leurs propriétés somatiques (par exemple, le rapport entre taille et poids ou le type de morbidité) et, d'autre part, leur appartenance sociale, la […] Lire la suite

CORPS - Soma et psyché

  • Écrit par 
  • Pierre FÉDIDA
  •  • 3 215 mots

La distinction entre soma et psyché et le jeu d'oppositions complémentaires que sous-tendent et engagent ces notions participent d'une prise de conscience dont l'histoire s'identifie, pour une large part, à la tradition de l' […] Lire la suite

CORPS - Le corps et la psychanalyse

  • Écrit par 
  • Monique DAVID-MÉNARD
  •  • 3 959 mots

Le corps est, en psychanalyse, une réalité difficile à penser, car elle défie les approches physiologiques et philosophiques, et décisive pourtant, puisque la sexualité humaine – considérée dans la jouissance ou dans des activités sublimatoires – a pour terrain le corps érogène, le corps capable d'angoisse et d […] Lire la suite

ABRAMOVIC MARINA (1946- )

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 632 mots

Marina Abramovic née à Belgrade (Serbie) s'est imposée depuis les années 1970 comme l'une des références du body art aux côtés des américains Vito Acconci et Chris Burden. Ses performances parfois extrêmes, documentées par des photographies en noir et blanc commentées, sont restées uniques. Dès 1973, date de ses premières expérimentations sur son propre corps souvent mis à nu, Marina Abramovic p […] Lire la suite

ABSALON ESHER MEIR dit (1964-1993)

  • Écrit par 
  • Jean-Marc HUITOREL
  •  • 1 018 mots

L'artiste Esher Meir, dit Absalon, est né en 1964 à Ashdod en Israël. Il est mort à Paris en 1993. Sa carrière fulgurante aura duré à peine six années. Très vite connu et reconnu, il a produit une œuvre homogène et d'emblée identifiable, à la fois représentative de l'art au tournant des années 1980 et 1990, et très singulière, dont la forme essentielle touche à l'habitat. Ni architecte, ni design […] Lire la suite

ACCONCI VITO (1940-2017)

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 1 072 mots

Artiste protéiforme, Vito Acconci s'est d'abord consacré à la « poésie concrète », à la photographie et aux performances pour se tourner ensuite vers la vidéo. Chez lui, cette dernière est essentiellement constituée par la mise en scène du corps, tant dans le rapport au langage que dans le rapport aux gestes. Il s'agit le plus souvent de performances – filmées pour la plupart – au cours desquelles […] Lire la suite

ACTEUR

  • Écrit par 
  • Dominique PAQUET
  •  • 6 798 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un être métamorphique »  : […] Malgré des essais de théorisation, l'art de l'acteur reste profondément empirique. Et pour cause, puisque le matériau et l'outil de son art ne sont autres que sa propre chair. Si la tradition parle d'incarnation – faire rentrer dans sa chair un être de mots, le personnage –, elle semble plus proche de la vérité que celle qui inciterait à croire que l'acteur doit rentrer dans la peau du personnage. […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard ANDRIEU, « CORPS - Cultes du corps », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-cultes-du-corps/