CORDOUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Métropole de l'Andalousie romaine

L'emplacement de la ville a été déterminé par un pont qui date de l'époque romaine et qui, pendant des siècles, fut un passage obligé pour de vastes régions. Le site de Cordoue offrait d'autres avantages : aux environs mêmes de la ville, on trouvait de la pierre à bâtir et de l'argile ; la sierra Morena donnait du bois en abondance ; la vallée et les terrasses alluviales permettaient riches cultures et jardins. Le Guadalquivir, les ruisseaux et les sources de la Morena fournissaient toute l'eau désirable. Sur la rive droite du fleuve, la ville était à l'abri des crues. Mais sur les pentes très douces qui conduisent au pied de la montagne, elle n'était pas en position forte et elle eut toujours besoin d'être défendue par de solides murailles.

Rome utilisa pleinement ce site favorable. Auguste, entre 7 et 2 avant J.-C., réorganisa l'Espagne qui jusqu'alors avait été divisée en deux grandes zones de commandement : l'Espagne Citérieure et l'Espagne Ultérieure. Cette dernière forma deux provinces : la Lusitanie, qui eut pour chef-lieu Mérida, et la Bétique, dont Cordoue fut la capitale. Cordoue se trouva ainsi à la tête de la plus riche province de l'Espagne romaine : la civilisation des conquérants eut vite fait de s'y enraciner et d'y porter ses fruits.

Au nord d'un méandre du Guadalquivir, la ville romaine s'inscrivait dans un quadrilatère irrégulier d'environ 1 200 m de côté qui forme aujourd'hui encore le cœur de la cité. Mais la Cordoue musulmane et moderne a recouvert le site antique et toutes les grandes bâtisses romaines ont disparu. Toutefois, près de l'actuel hôtel de ville, on a dégagé les restes d'un grand temple : une partie de sa colonnade a pu être restituée. Dans le sous-sol de Cordoue, on ne cesse de recueillir des vestiges romains. La continuité même de la vie cordouane a masqué le premier visage de la ville qui fut la métropole de l'Andalousie romaine. À l'époque wisigothique, du ve siècle au début du viie siècle, la capitale de l'Espagne unifiée fut Tolède : Cordoue ne fut plus qu'une métropole provinciale. Le premier [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Espagne : carte administrative

Espagne : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Montoro

Montoro
Crédits : Shaun Egan/ Getty Images

photographie

900 à 1000. Morcellement

900 à 1000. Morcellement
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CORDOUE  » est également traité dans :

ANDALOUSIE

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  •  • 10 387 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Cordoue, capitale du royaume omeyyade »  : […] La conquête de la majeure partie de l'Espagne par les musulmans, en 711, et surtout l'installation à Cordoue d' ‘Abd al-Raḥmān, dernier descendant de la famille califale des Omeyyades de Syrie, imprimèrent à l'histoire de l'art dans l'ancienne Bétique une orientation toute nouvelle : un art musulman d'Espagne allait naître. ‘Abd al-Raḥmān apportait avec lui la nostalgie de sa Syrie natale, pays d […] Lire la suite

CORDOUE CALIFAT DE (929-1031)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 244 mots
  •  • 1 média

Au début du x e  siècle, cela fait bientôt deux siècles que les émirs omeyyades de Cordoue dirigent les destinées d'al-Andalus, de manière totalement indépendante, sans avoir prétendu eux-mêmes au titre de calife, que porte seul le souverain abbasside de Bagdad. Plusieurs événements vont modifier cette situation : à l'extérieur, la proclamation à Kairouan, en 910, du califat fatimide, dont la prox […] Lire la suite

CALIFAT OMEYYADE DE CORDOUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 274 mots

929 Proclamation du califat omeyyade de Cordoue. 936 Les travaux pour la construction de la ville palatiale de Madīnat al-Zahra' débutent. 947 Premières émissions monétaires califales (dinars d'or) à Madīnat al-Zahra'. 961 Al-Hakam II succède à son père à la tête du califat. 976 Mort d'Al-Hakam II. Minorité de Hisham II. 978 Ibn Abī ‘Āmir est nommé chambellan ( hādjib ) du calife. Il exerce […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Des Wisigoths aux Rois catholiques

  • Écrit par 
  • Marcelin DEFOURNEAUX
  •  • 6 376 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Cordoue et l'apogée musulman »  : […] D'abord dépendance lointaine du califat de Damas, l'Espagne musulmane ( al-Andalus ) s'en rendit indépendante sous le prince omeyyade ‘Abd al-Rahmān qui, réfugié en Andalousie, se proclama émir et fixa sa résidence à Cordoue (756). Mais son autorité et celle de ses successeurs ne purent s'imposer qu'en triomphant de multiples obstacles : ambitions rivales des groupes ethniques (Arabes, Berbères, […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - L'art espagnol

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 5 033 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La part de l'Orient »  : […] Jusqu'à l'époque romane, l'Europe occidentale a vécu dans la nostalgie de l'unité impériale perdue et avec le désir de récupérer la part de l'héritage culturel romain conciliable avec l'idéal chrétien. Son histoire artistique apparaît comme une suite de renaissances, celle à laquelle Charlemagne a donné son nom n'étant que la plus connue. L'attitude de l'Espagne protomédiévale est toute différente […] Lire la suite

ESPAGNE MUSULMANE

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 181 mots
  •  • 1 média

En 711, le gouverneur omeyyade de Kairouan, Mūsā ibn Nusayr, envoie dans la péninsule Ibérique une troupe de sept mille Berbères dirigée par Tāriq ibn Ziyād. Les chroniques arabes racontent que Julien, un comte wisigoth fâché contre le roi Rodéric, les y aurait invités. Tariq, qui a laissé son nom à Gibraltar ( Djabal Tāriq , « la montagne de Tāriq »), défait les troupes wisigothiques et s'empare […] Lire la suite

ÉVOLUTION DE LA VILLE ISLAMIQUE

  • Écrit par 
  • Janine SOURDEL
  •  • 3 967 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ville omeyyade et abbasside, ville de gouvernement »  : […] Un peu plus tard, on vit naître, par le fait d'une symbiose qui ne mit pas plus d'un demi-siècle à se réaliser, le type de la ville omeyyade, qui, pour une part, allait servir de modèle aux réalisations abbassides. Ses traits d' urbanisme les plus caractéristiques tenaient à ses liens avec les villes antiques qui l'avaient précédée, parfois sur le même site : ainsi à Alep, Damas ou Lattakiye, où […] Lire la suite

GRANDE MOSQUÉE DE CORDOUE (Espagne)

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 352 mots
  •  • 1 média

Fondée par ‘Abd al-Rahmān I er en 785-786 à Cordoue, sa nouvelle capitale, et agrandie par la suite à plusieurs reprises, la mosquée possède d'emblée son plan : de longues nefs perpendiculaires au mur qibla (indiquant la direction de la prière : la Ka‘ba de La Mecque), la différenciation entre la nef principale, plus large, et les dix nefs qui la flanquent de part et d'autre, la superposition de […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 017 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'art des provinces méditerranéennes »  : […] Ahmad ibn Tūlūn, gouverneur d'Égypte issu de la garde turque de Samarra, fonda une ville nouvelle au nord de Fustat dont seule la mosquée subsiste. Adaptation plutôt que copie servile de la grande mosquée de Samarra, elle introduit en Égypte des formes qui vont marquer l'architecture religieuse ultérieure. De cette époque, on a aussi conservé des fragments de tissus, des tirāz , le plus souvent en […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland COURTOT, Henri TERRASSE, « CORDOUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cordoue/