CORAN (AL-QURĀN)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du message au « fait coranique »

La vulgate coranique

Dans la forme qui se trouva dès lors reconnue et qui est demeurée immuable depuis treize siècles, le Coran est composé de cent quatorze chapitres, ou sourates (de l'arabe al-sūra), subdivisés en versets (āyāt) et classés selon un ordre de longueur décroissante, mode de classement qu'on retrouve en plusieurs types de recueils poétiques ou philologiques constitués dans le monde sémitique. Cette ordonnance purement formelle a posé dès l'origine des problèmes délicats aux musulmans soucieux de commenter et d'interpréter le texte « révélé » : elle ne correspond, en effet, ni à un classement par matières, ni à un classement chronologique. Les érudits de l'Islam médiéval s'efforcèrent donc, pour expliquer les versets coraniques, de déterminer minutieusement les circonstances qui étaient réputées avoir entouré la « révélation » de chacun des éléments de la prédication. Pour ce faire, ils se fondaient sur les traditions orales consacrées aux faits et gestes de Mahomet, qui furent, pendant les cent cinquante premières années de l'ère musulmane (630-770 de l'ère chrétienne), peu à peu rassemblées en une Vie du Prophète (Sīra). Ainsi fut élaborée une chronologie, parfois fort détaillée, qui répartissait les « révélations » sur vingt années, de 612 de l'ère chrétienne environ à 632, date de la mort de Mahomet, une coupure fondamentale étant marquée en 622 par le départ du Prophète de sa ville natale, la Mekke, pour Médine, où il s'établit avec ses fidèles.

Mais la précision même de ce commentaire chronologique trahit sa fragilité. Les traditions utilisées par les érudits musulmans pour établir la date et les conditions d'énoncé des textes coraniques se révèlent en effet souvent comme procédant du passage qu'elles sont censées éclairer, de telle sorte que, sous les apparences d'une confirmation par des documents extérieurs, c'était indéfiniment, dans l'exégèse islamique de type traditionnel, le texte du Coran qui renvoyait à ses éléments intrinsèques.

Les islamologues contemporains ont entrepris une démarche inverse, qui les a conduits à éclairer non le Coran par une tradition dont en réalité l'origine était le Coran lui-même, mais les éléments traditionnels de la chronologie islamique par le texte du message prophétique. Les résultats essentiels de ces recherches ont été consacrés par les travaux de l'école allemande animée par Theodor Nöldeke.

Ces travaux ont fait apparaître deux séries de données complémentaires : sur l'élaboration du message coranique énoncé par Mahomet, d'une part, sur la progressive fixation de ce message en une vulgate reçue comme intangible au sein de la communauté musulmane, d'autre part.

En ce qui concerne le premier point, les recherches islamologiques récentes ont confirmé combien le texte coranique reflète et permet de discerner les conditions politiques, sociales, religieuses où s'est développé l'apostolat de Mahomet, les oppositions de clan, d'intérêts, d'idéologie que le prophète de l'islam et ses premiers compagnons ont dû surmonter. Elles interdisent le détail à quoi s'attachaient les anciennes biographies. Par contre, elles font apparaître les grands ensembles de textes et les thèmes fondamentaux, qui semblent avoir correspondu aux principales étapes de la prédication et de l'action politico-religieuse de Mahomet. Les versets coraniques peuvent être ainsi regroupés, en fonction de critères stylistiques et selon les thèmes traités, en « révélations » énoncées à la Mekke, elles-mêmes subdivisées en trois séries, et en « révélations » énoncées à Médine, qui correspondent à une phase de développement et d'organisation politique et juridique de la nouvelle communauté, définissent ses rites, ses structures, ses rapports avec les autres groupes religieux.

Sur le second point, cette « périodisation » a permis de mieux reconnaître le processus de constitution de la vulgate coranique proprement dite. À l'origine, tant que vécut Mahomet, il semble que la transmission des textes énoncés ait été presque exclusivement orale, fondée sur cette « récitation » qu'évoque précisément le terme qur'ān. Même après l'établissement à Médine, l'enregistrement par écrit, sur des omoplates de chameaux ou des morceaux de cuir, de versets ou de groupes de versets tenus pour spécialement importants semble être resté [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I, directeur d'études à l'École pratique des hautes études
  • : agrégé d'arabe, docteur ès lettres, professeur à l'université de Provence

Classification

Autres références

«  CORAN (AL-QURAN)  » est également traité dans :

ADOPTION

  • Écrit par 
  • Pierre MURAT
  •  • 8 874 mots

Dans le chapitre « L'adoption aujourd'hui »  : […] L'évolution des chiffres résument parfaitement les tendances en cours : alors que le nombre d'adoptions plénières prononcées en France a été longtemps supérieur au nombre d'adoptions simples, la tendance s'est largement inversée (plus de 66 p. 100 des demandes en 2004). Mais si l'on s'intéresse aux seules adoptions d'enfants mineurs, l'adoption simple n'y représente qu'environ 20 p. 100. Outre un […] Lire la suite

‘AMR

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 228 mots

Mot arabe qui, venant du verbe amara (« commander », « ordonner »), désigne l'impératif en grammaire et le commandement divin dans le Coran et la théologie. Le ‘amr est donc en relation avec la volonté de Dieu, tantôt avec la volonté législatrice ( irāda ), tantôt avec une volonté créatrice qui détermine l'être et le devenir des créatures, la volonté du Décret ( ḳaḍā' ) et de la prédestination ( […] Lire la suite

ARABE (MONDE) - Langue

  • Écrit par 
  • David COHEN
  •  • 9 437 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La langue du Coran »  : […] En effet, dans le texte reçu, celui de la Vulgate établie sous le calife Othman, le Coran est articulé dans une langue très proche (si même elle n'est pas identique) de celle des documents en « arabe ancien » et de la poésie. Or le Coran n'est que la parole divine recueillie textuellement par le Prophète. Celui-ci était un homme de l'Ouest, un Hedjazien, et il était réputé ignorant. Il n'a donc p […] Lire la suite

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 288 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le deuxième discours théorique : la « balāġa » »  : […] Pris dans sa seconde acception, le terme de rhétorique recouvre trois notions parfois proches jusqu'à la synonymie et qui, néanmoins, comportent des valeurs sémantiques distinctes. Ces notions sont : bayān , faṣāḥa , balāġa . Dans bayān , c'est surtout l'idée de dévoilement, de manifestation, d'apparaître qui prédomine. Le sens ( ma ‘ nā ) n'étant pas manifeste par lui-même doit, pour se communiqu […] Lire la suite

ASH‘ARĪ ABŪ L-ḤASAN ‘ALĪ BEN ISMĀ‘ĪL AL- (874 env.-935)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 555 mots

Fondateur de l'école de théologie musulmane à laquelle se sont ralliés la majorité des sunnites. Né à Baṣra, mort à Baghdād, al-Ash‘arī, d'abord disciple d'al-Djubbā'ī, quitte le mu‘tazilisme vers 912, à la suite de trois visions qu'il aurait eues du Prophète. Il aurait compris qu'il lui était ordonné d'allier la tradition et la théologie spéculative ( kalām ). C'est bien, en tout cas, cette tenta […] Lire la suite

BĀṬIN & BĀṬINIYYA

  • Écrit par 
  • Joseph CUOQ
  •  • 359 mots

Le mot arabe bāṭin signifie « caché », « ésotérique », par opposition à ẓāhir qui est traduit par « explicite », « obvie », « littéral ». La distinction entre bāṭin et ẓāhir intervient dans l'interprétation du Coran, lequel, au-dessus du sens explicite et littéral, possède un sens caché ( bāṭin ) qu'on atteint non par l'oreille mais par le cœur, grâce à l'assistance divine. Ce sens est dévoilé […] Lire la suite

BLACHÈRE RÉGIS (1900-1973)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 578 mots

Licencié d'arabe (Alger, 1922). Agrégé de l'Université (arabe, 1924). Docteur ès lettres (1936). Membre de l'Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres, 1972). Directeur d'études à l'Institut des hautes études marocaines de Rabat (1930-1935). Professeur d'arabe littéral à l'École nationale des langues orientales vivantes (1935-1950). Professeur de philologie et de littérature arabes du […] Lire la suite

CHIISME ou SHĪ‘ISME

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN, 
  • Yann RICHARD
  •  • 9 425 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le phénomène religieux shī‘ite en son essence »  : […] Le phénomène shī‘ite est en son essence un phénomène religieux, tel qu'il ne pouvait éclore qu'au sein d'une « communauté du Livre » ( ahl al-Kitāb ), c'est-à-dire rassemblée autour du « phénomène du Livre saint » révélé par un prophète. Il procède du fait que la première et la plus urgente question devant laquelle le « Livre saint révélé » mette la communauté du Livre est celle-ci : quel en est […] Lire la suite

DAOUD KAMEL (1970- )

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 1 008 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La liberté par les livres »  : […] Le sujet de son second roman, Zabor ou l es psaumes (2017), n’est pas du tout en continuité avec le précédent, sinon qu’il reste dans l’univers du livre, de ce que dit et de ce que peut l’écriture. S’inscrivant pleinement dans le registre de la fiction, Kamel Daoud n’en parle pas moins de manière plus ou moins autobiographique de son enfance et de son adolescence, et notamment de son amour des l […] Lire la suite

DAVID (env. 1000 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 1 816 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « David dans la tradition islamique »  : […] Maintes surates du Coran traitent de David, transcrivant certaines traditions non recueillies par les sources écrites juives (ainsi l'invention par David de la cotte de mailles, les entretiens de David avec les anges, la division de la semaine en jours de prière, de jugement, de prédication, d'affaires, de jeûne...). Dans son livre Prairies d'or , Mas'ūdī évoque au Moyen Âge le miḥrāb Dā'ūd, l'ora […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

13 août 2018 Tunisie. Appel présidentiel en faveur de l'égalité des sexes en matière d'héritage.

Le 10, à Tunis, plusieurs milliers de manifestants avaient dénoncé les propositions de la Colibe en matière d’héritage, estimant que celles-ci portaient atteinte au Coran et à « l’identité arabo-musulmane » du pays. Le parti islamo-conservateur Ennahda propose le maintien du statu quo en matière d’héritage, tout en permettant au testateur de prévoir une répartition égalitaire de son patrimoine. […] Lire la suite

10 mars 2018 Tunisie. Manifestation en faveur de l'égalité en matière de succession.

Selon la loi, issue des préceptes du Coran, la femme n’hérite que de la moitié de la part de l’homme du même degré de parenté. […] Lire la suite

16 août 2017 Suisse. Avis du Service de renseignement sur la distribution du Coran dans l'espace public.

Le quotidien Neue Zürcher Zeitung rend compte de l’avis de droit émis par le Service de renseignement de la Confédération (SRC) au sujet de la distribution du Coran dans l’espace public, dans le cadre d’opérations menées par des associations islamistes. Le SRC estime que ces campagnes peuvent avoir contribué à la radicalisation ou au départ d’individus pour le djihad, mais qu’il n’existe aucune base légale permettant d’interdire ces associations ou de surveiller les initiateurs de ces opérations, car celles-ci ne représentent aucune menace pour la sécurité du pays. […] Lire la suite

9 mai 2017 Indonésie. Condamnation pour blasphème du gouverneur chrétien de Djakarta.

Au cours de la campagne pour les élections locales, il avait cité une sourate du Coran pour la retourner contre ses adversaires qui appelaient à ne pas voter pour un chrétien. Alors qu’il était jusque-là favori, l’accusation de blasphème a contribué à sa défaite électorale, en avril, face à l’ancien ministre de la Culture Anies Baswedan, proche des islamo-conservateurs. […] Lire la suite

18 mars 2017 France. Attaque d'une militaire de l'opération Sentinelle à Orly.

Dans l’aéroport d’Orly, un homme porteur d’un bidon d’essence et d’un Coran agresse une militaire de l’opération Sentinelle, s’emparant de son arme, avant d’être tué par les collègues de celle-ci. Il avait déclaré : « Je suis là pour mourir par Allah […]. Il va y avoir des morts. » L’homme avait auparavant blessé un policier lors d’un contrôle routier à Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise), puis ouvert le feu sans faire de victime dans un bar à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne). […] Lire la suite

Pour citer l’article

Régis BLACHÈRE, Claude GILLIOT, « CORAN (AL-QURĀN) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/coran/