COPENHAGUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Danemark : carte administrative

Danemark : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Canal de Nyhavn à Copenhague, Danemark

Canal de Nyhavn à Copenhague, Danemark
Crédits : G. Sioen/ De Agostini

photographie

Hojbroplads à Copenhague (Danemark)

Hojbroplads à Copenhague (Danemark)
Crédits : Insight Guides

photographie


Histoire

C'est dans des documents datant du xie siècle que la ville a commencé à être mentionnée, sous le nom de Hafn (port). Elle prit par la suite le nom de Kaupmannahafn (port des marchands), qui a donné København (Copenhague) en danois. La pêche au hareng, très abondant dans l'Øresund à l'époque, et le commerce du poisson ont joué un rôle déterminant dans sa création. Une agglomération existait déjà lorsque Valdemar le Grand (1131-1182) fit don de ce territoire à son frère de lait, l'évêque Absalon, en 1167. Ce dernier fit alors construire une forteresse sur l'île de Slotsholmen, et il intégra celle-ci avec le reste de la ville à l'évêché de Roskilde en 1186. Vers l'an 1200, il fonda l'église Notre-Dame (Vor Frue Kirke), en dehors du territoire de la ville, qui connut ensuite une croissance rapide. Elle avait déjà quatre églises au xiiie siècle. À la fin du xive siècle, elle semble avoir eu quelque 4 000 habitants.

Le roi Christian IV (1577-1648) a joué un rôle privilégié dans l'histoire de Copenhague. Grand bâtisseur, il y fit faire d'importants travaux d'aménagement (nouveaux quartiers de Christianshavn et Nyboder) qui ont presque doublé la superficie de la ville. Celle-ci lui doit plusieurs de ses plus beaux monuments : le château de Rosenborg, la Bourse, la tour Ronde, le palais de Charlottenborg, construits dans le style de la Renaissance hollandaise.

Près de deux siècles plus tard, la perspective d'une alliance entre le Danemark et la France napoléonienne coûtera cher à la ville : en 1807, la flotte anglaise la bombarda pendant quatre jours, provoquant un immense incendie.

Avec la révolution industrielle, dans la seconde moitié du xixe siècle, l'aspect de la ville changea profondément. À partir de la fin des années 1850, on commença à raser les remparts qui avaient jusque-là enserré Copenhague comme dans un étau. Une extension était désormais possible. De nouveaux quartiers furent créés pour loger la population ouvrière : Nørrebro et Vesterbro. Entre 1840 et 1890, la populat [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur émérite à l'université de Paris-Sorbonne, docteur d'État, docteur honoris causa de l'université d'Aalborg (Danemark)

Classification


Autres références

«  COPENHAGUE  » est également traité dans :

DANEMARK

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Frederik Julius BILLESKOV-JANSEN, 
  • Jean Maurice BIZIÈRE, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  • , Universalis
  •  • 19 538 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Territoire et villes »  : […] La superficie du Danemark proprement dit est de 43 094 kilomètres carrés. Il convient toutefois d'ajouter à celle-ci les deux territoires autonomes qui sont rattachés au royaume : le Groenland (2 166 000 km 2 , dont 410 000 km 2 libres de glace) et les îles Féroé (1 398 km 2 ). Sa superficie fait du Danemark le plus petit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/danemark/#i_17061

JARDIN HENRI NICOLAS (1720-1799)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 121 mots

Grand Prix d'architecture (1741), il séjourne à Rome puis est appelé à la cour de Danemark (de 1754 à 1771) où il introduit le néo-classicisme dans des décors intérieurs (salle à manger du comte de Molkte à Copenhague) et surtout dans l'édifice majeur de la Frederikskirke, inspirée du Panthéon, et pour laquelle Ange Jacques Gabriel avait donné des dessins. Partisan des thèses de Marc-Antoine Laugi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-nicolas-jardin/#i_17061

PATRIMOINE INDUSTRIEL EN SCANDINAVIE

  • Écrit par 
  • Louis BERGERON
  •  • 3 014 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le patrimoine des moyens de transport »  : […] Une des originalités archéologiques du Danemark est d'avoir protégé une quarantaine de gares, à la suite d'un inventaire mené par les chemins de fer eux-mêmes, inventaire dont à vrai dire les critères sont essentiellement stylistiques. Mais, bien sûr, l'originalité physique des trois pays passés ici en revue est d'être des pays de côtes, de fjords et d'îles : l'unité des communications y dépend d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/patrimoine-industriel-en-scandinavie/#i_17061

Voir aussi

Pour citer l’article

Marc AUCHET, « COPENHAGUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/copenhague/