COP 21 (2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les avancées de la conférence de Paris

La conférence de Paris a rassemblé au Bourget plus de cent cinquante chefs d'État et de gouvernement et 20 000 délégués, malgré l'état d'urgence appliqué sur le territoire français à la suite des attentats du 13 novembre 2015. L’espace Générations climat, ouvert au public, a accueilli plus de 40 000 visiteurs.

Les commentaires dans les médias au sujet de cette conférence ont privilégié l’accord de Paris, présenté comme un succès de la diplomatie française dans un contexte de recomposition des équilibres Nord-Sud, bien qu'il ne constitue qu'une des avancées de la conférence avec les contributions nationales et l’agenda des solutions.

L’accord de Paris : le meilleur accord possible ?

L'accord de Paris, issu de ces journées de négociations, devait être « universel, ambitieux et contraignant ». Approuvé à l'unanimité, il peut être qualifié d'universel et relégitime le cadre multilatéral des Nations unies. Il illustre l'évolution des modèles de développement, validée par les États trois mois plus tôt, avec l’Agenda 2030 du développement durable et ses dix-sept objectifs de développement durable (ODD).

L’ambition collective à long terme est de contenir l’élévation de la température moyenne de la planète nettement en dessous de 2 0C, voire 1,5 0C, de renforcer les capacités d’adaptation tout en promouvant un développement à faibles émissions de GES et de rendre les flux financiers compatibles avec ces objectifs. Les 100 milliards de dollars du Fonds vert, destinés à aider les pays en développement, ne sont pas cités dans l’accord, mais simplement mentionnés dans le projet de décision qui le précède. Le seuil de 2 0C y constitue le seul objectif chiffré de cet accord, mais sans mention du volume de réduction de GES qu'il impliquerait. Le plafonnement des émissions doit se faire « dans les meilleurs délais ». La neutralité carbone, équilibre entre les émissions dues aux activités humaines et les absorptions de GES qui seraient réalisées par la création de puits de carbone (plantations forestières, capture et stockage de carbone dans les failles géologiques, recours à la géo-ingénierie), est prévue pour la deuxième moitié du siècle, présupposant un apport de moyens technologiques non encore disponibles et des arrangements institutionnels à inventer.

Aucune réforme structurelle n'est présentée dans cet accord. On ne traite pas des causes des émissions et du mode de croissance fondé sur les énergies fossiles malgré le consensus du GIEC et de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) qui lie le seuil de 2 0C à l’utilisation de seulement 10 p. 100 des réserves de combustibles fossiles. L'accord évite aussi d'évoquer les énergies renouvelables, le prix du carbone, les traités de libre-échange qui ne reconnaissent pas les normes environnementales. On y trouve cependant mention de l'équité et de la justice climatique. L'adaptation aux conséquences du changement climatique, incluant le droit au développement et à son financement, y est présentée pour la première fois à égalité avec l'atténuation des émissions de GES.

Afin d’obtenir l’unanimité pour cet accord de Paris, il a fallu renoncer à toute contrainte qui aurait été comprise comme contraire à la souveraineté des États. Un système souple de promesse et vérification (pledge and review) remplace les obligations de partage du fardeau. Les États s'accordent sur des systèmes de mesures, rapports et vérification (MRV) permettant d'évaluer et de comparer les résultats, assurant ainsi la transparence des actions. Il n'y a plus alors de possibilité de jouer au passager clandestin ou au moins-disant.

Les contributions déterminées au niveau national

Lors de la COP 20, qui s’était tenue à Lima (Pérou) en décembre 2014, il avait été décidé que les États signataires transmettraient, avant la conférence de Paris, leurs engagements de réduction d’émissions de GES. Ces contributions, encore appelées INDCs (intended nationally determined contributions), représentent les efforts nationaux de lutte contre le changement climatique. Les arbitrages politiques relèvent de l'échelle nationale et ne pourront pas être imposés par un système multilatéral. Cent cinquante-six contributions, représentant cent quatre-vingt-quatre parties à la convention – [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Clôture de la COP 21, 2015

Clôture de la COP 21, 2015
Crédits : Christophe Petit Tesson/ EPA/ Corbis

photographie

Les quatre scénarios du réchauffement climatique établis par le GIEC 

Les quatre scénarios du réchauffement climatique établis par le GIEC 
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Émissions par habitant des quatre plus grands émetteurs de dioxyde de carbone (2013)

Émissions par habitant des quatre plus grands émetteurs de dioxyde de carbone (2013)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Émissions des quatre plus grands émetteurs de dioxyde de carbone de la planète (2013)

Émissions des quatre plus grands émetteurs de dioxyde de carbone de la planète (2013)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : économiste de l'environnement, directrice de recherche à l'Institut de recherche pour le développement

Classification

Autres références

«  COP 21 (2015)  » est également traité dans :

KYŌTO PROTOCOLE DE (déc. 1997)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 1 046 mots

La conférence de Kyōto sur le réchauffement climatique a réuni cent cinquante-neuf pays du 1er au 10 décembre 1997 et abouti à un accord sur la réduction des émissions des gaz à effet de serre.L'effet de serre est dû à la présence dans l'atmosphère de certains gaz (comme le gaz carbonique et le méthane) qui absorbent et renvoient le rayo […] Lire la suite

RIO CONFÉRENCE DE (1992)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 2 870 mots

La Conférence des Nations unies sur l'environnement et le développement (C.N.U.E.D.), qui s'est tenue à Rio de Janeiro du 3 au 14 juin 1992, a réuni les représentants de 178 pays (dont 117 chefs d'État) et plus de 20 000 participants. Ce « Sommet planète Terre » ou « Sommet de la Terre », préparé par deux ans de travaux préliminaires, reste un événemen […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Hollande (2012-2017)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 005 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une politique étrangère très active »  : […] François Hollande est très présent sur le terrain des relations internationales, ce dont témoigne le nombre de ses voyages à l’étranger : plus de quarante par an en moyenne, ce qui constitue un record par rapport à ses prédécesseurs ! Ces voyages permettent de faire entendre la voix de la France, mais également de promouvoir à l’étranger la technologie française. Le président et son ministre de l […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2015 : entre reprise et crise des matières premières

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 292 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Chine : volatilité des marchés financiers et pollution sans précédent »  : […] Dès 2014, le gouvernement chinois avait incité les particuliers à investir leurs économies sur les marchés financiers, pour financer le développement des entreprises technologiques et de services nécessaires à l’émergence d’une demande intérieure susceptible de stabiliser l’économie du pays. L’épargne chinoise, détournée d’un marché immobilier en crise depuis 2014, s’est reportée massivement sur […] Lire la suite

ÉNERGIES RENOUVELABLES

  • Écrit par 
  • Daniel CLÉMENT
  •  • 15 608 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Objectifs et ambitions des énergies renouvelables  »  : […] Jusque dans les années 1990, les politiques énergétiques étaient essentiellement fondées sur deux grandes priorités : la sécurité d’approvisionnement et l’indépendance énergétique. Depuis cette époque, des préoccupations environnementales liées à l’augmentation des gaz à effet de serre dans l’atmosphère – tout particulièrement le dioxyde de carbone émis par la combustion des énergies fossiles – s […] Lire la suite

MÉTROPOLISATION

  • Écrit par 
  • Dominique RIVIÈRE
  •  • 6 711 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La recomposition des espaces de vie, un défi pour la gouvernance métropolitaine »  : […] On assiste, dans le cadre plus général des mues de l’urbanisation, à une recomposition des espaces de vie, avec l’accroissement des mobilités. La périurbanisation, l’étalement urbain ( urban sprawl ) vers les campagnes, liés à la diffusion de l’automobile et au modèle de la maison individuelle, se traduisent par la formation de très vastes aires urbaines aux contours incertains. Ce schéma est à l […] Lire la suite

STOCKAGE DE L'ÉNERGIE ÉLECTRIQUE

  • Écrit par 
  • Dominique LARCHER, 
  • Mathieu MORCRETTE, 
  • Patrice SIMON
  •  • 10 870 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Pourquoi et comment stocker l’énergie électrique »  : […] Sur une production mondiale d’énergie primaire de quelque 13 800 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep), 80 p. 100 proviennent de ressources fossiles. Or, la lutte contre le réchauffement climatique est devenue un enjeu stratégique majeur. En 2015, la Conférence des parties de Paris (COP21) a dans ce sens marqué un tournant avec, entre autres, des prises de décisions historiques sur les obj […] Lire la suite

TRUMP DONALD (1946- )

  • Écrit par 
  • Alix MEYER, 
  • Vincent MICHELOT
  •  • 2 275 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une rupture en trompe-l’œil ? »  : […] Délaissant les conférences de presse, le président Trump sature l’espace médiatique en s’invitant régulièrement sur la chaîne Fox News et en publiant des messages provocateurs et injurieux sur son compte Twitter pour court-circuiter les élites et une bureaucratie qu’il juge hostiles. Les incessants mouvements de personnel même aux plus hautes fonctions permettent au président entouré de ses plus f […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-15 décembre 2018 Environnement. Réunion de la COP 24 en Pologne.

Du 2 au 15 se tient à Katowice, en Pologne, la vingt-quatrième Conférence des parties à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP 24) signée en mai 1992 et ratifiée par cent quatre-vingt-seize États. Les participants s’entendent sur l’application de l’accord de Paris, conclu en décembre 2015 lors de la COP 21, qui doit être mis en œuvre à partir de 2020. […] Lire la suite

8 octobre 2018 Environnement. Publication du rapport du GIEC sur les effets d'un réchauffement de 1,5 degré.

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) remet le rapport, commandé par les États signataires de l’accord de Paris sur le climat de décembre 2015, sur les impacts d’un réchauffement global de 1,5 degré par rapport à l’ère préindustrielle. Cet objectif souhaitable avait été fixé par la COP 21 à la requête des pays insulaires les plus menacés par l’élévation du niveau des océans. […] Lire la suite

9-12 mars 2018 France – Inde. Visite d'État du président Emmanuel Macron en Inde.

Le 11, Emmanuel Macron participe au sommet fondateur de l’Alliance solaire internationale, imaginée par Paris et New Delhi lors de la COP 21 de décembre 2015 pour favoriser l’accès des pays intertropicaux les plus pauvres à l’électricité d’origine solaire. Le 12, le président français se rend à Varanasi (anciennement Bénarès), haut lieu du nationalisme hindou, où il est notamment reçu par le ministre en chef de l’Uttar Pradesh, l’extrémiste hindou Yogi Adityanath. […] Lire la suite

23-25 février 2016 France – Pérou – Argentine – Uruguay. Visite du président François Hollande en Amérique du Sud.

Il salue le rôle du Pérou dans la réussite de la COP 21 dont celui-ci assurait la présidence en 2015. Les 24 et 25, François Hollande poursuit sa tournée sud-américaine par l’Argentine. À Buenos Aires, il visite le parc de la Mémoire, construit en souvenir des victimes de la dictature militaire. Le 25, il effectue une brève visite en Uruguay où, comme au cours de ses précédentes étapes, il évoque avec son homologue les relations scientifiques, universitaires et culturelles bilatérales. […] Lire la suite

12 décembre 2015 Environnement. Conclusion d’un accord à la COP 21.

Les cent quatre-vingt-quinze États participant avec l’Union européenne, à Paris, à la vingt et unième Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (dite COP 21) concluent le premier accord universel relatif à la lutte contre le réchauffement du climat, qui doit entrer en vigueur en 2020. L’accord reconnaît « les responsabilités communes, mais différenciées » des pays du Nord et du Sud dans ce fléau, ainsi que les capacités inégales dont ceux-ci disposent pour y faire face. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Catherine AUBERTIN, « COP 21 (2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cop-21-2015/