CONVERSION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les différents aspects du phénomène

Sous quelque aspect que l'on aborde le phénomène de la conversion, il faut utiliser témoignages et documents avec beaucoup de précaution. Il y a en effet un « stéréotype » de la conversion. On se représente traditionnellement la conversion selon un certain schème fixe qui, par exemple, oppose fortement les longs tâtonnements, les erreurs de la vie précédant la conversion, à l'illumination décisive reçue tout à coup.

Les Confessions d'Augustin, notamment, ont joué dans l'histoire de ce genre littéraire un rôle capital. Ce stéréotype risque d'influencer non seulement la manière dont on fait le récit de la conversion, mais la manière même dont on l'éprouve.

Aspects psychophysiologiques

Les premières études psychologiques du phénomène de la conversion remontent à la fin du xixsiècle et au début du xxe. La conversion était interprétée, dans la perspective des théories d'alors, comme un remaniement total du champ de conscience, provoqué par l'irruption de forces émanant de la conscience subliminale (W. James). Beaucoup de témoignages et de documents ont été rassemblés à cette époque-là.

La recherche contemporaine envisage plutôt les aspects physiologiques du phénomène. On étudie l'influence du conditionnement physiologique (utilisation des réflexes conditionnés) ou de la chirurgie cérébrale (lobotomie) sur les transformations de la personnalité. Certains régimes politiques ont déjà utilisé les méthodes psychophysiologiques pour la « conversion » des opposants (lavage de cerveau).

Dans une perspective psychanalytique, enfin, la représentation du « retour à l'origine » et de la « nouvelle naissance » peut être interprétée comme une forme de l'aspiration à rentrer dans le sein maternel.

Aspects sociologiques

Dans la perspective sociologique, la conversion représente un arrachement à un milieu social déterminé et l'adhésion à une communauté nouvelle. C'est là un aspect extrêmement important du phénomène. En effet, ce changement des attaches sociales peut contribuer beaucoup à donner à l'événement de la conversion un caractère de crise, et il explique en partie le bouleversement de la personnalité qui en résulte : le remaniement du champ de la conscience est indissolublement lié à un remaniement de l'environnement, de l'Umwelt. Les missionnaires modernes ont pu éprouver, dans toute son acuité, le drame que constitue, pour un membre d'une société tribale, l'arrachement à son milieu vital que représente la conversion au christianisme. Ce problème s'est posé d'une manière presque constante dans l'histoire des missions. D'une façon générale, ce passage d'une communauté à une autre s'accompagne de scrupules moraux (impression de trahir et d'abandonner une tradition familiale ou nationale), de difficultés d'adaptation (impression de dépaysement) et de compréhension. Il est possible d'autre part que les individualités déracinées, celles qui, pour une raison ou pour une autre, sont arrachées momentanément ou définitivement à leur milieu natal, soient plus disposées que d'autres à la conversion (Monod). À l'inverse, il faut remarquer qu'un des mobiles les plus puissants de conversion réside dans l'attraction qu'exerce la communauté d'accueil, par l'atmosphère de charité ou de charisme qui peut y régner : ce fut le cas du christianisme primitif, c'est encore celui de certaines communautés issues de mouvements de « réveil » religieux. Le rayonnement de ces communautés provoque un phénomène de contagion qui peut se développer très rapidement.

Aspects religieux

Le phénomène de la conversion caractérise surtout les religions de « rupture », dans lesquelles l'initiative de Dieu fait irruption dans le monde et introduit une nouveauté radicale dans le cours de l'histoire. La Parole que Dieu adresse à l'homme, et qui souvent est consignée dans un livre sacré, exige une adhésion absolue, une rupture totale avec le passé, une consécration de tout l'être. Ces religions sont missionnaires, parce qu'elles se veulent universelles et qu'elles revendiquent la totalité de l'homme. La conversion y est « répétition », non seulement au sens d'un nouveau départ, d'une renaissance, mais aussi au sens d'une répétition de l'événement originel sur lequel se fonde la religion à laquelle on se convertit ; c'est l'irruption du divin dans le cours de l'histoire qui se répète dans l'histoire individuelle. La conversion y prend aussi le sens d'une nouvelle création, s'il est vrai que l'acte créateur originel était une initiative divine absolue. Augustin, dans ses Confessions (XIII), identifie le mouvement par lequel la matière créée par Dieu reçoit illumination et formation et se convertit vers Dieu, au mouvement par lequel son âme s'est arrachée au péché, a été illuminée et s'est tournée vers Dieu.

En plaçant la théologie de la conversion dans la perspective plus générale de la théologie de la création, Augustin indiquait la voie qui permettrait de résoudre le problème théologique de la conversion : comment concilier la liberté humaine et l'initiative divine ? Dans une théologie de l'acte créateur, tout est « grâce », puisque tout repose sur la décision libre et l'initiative absolue de Dieu. L'acte de conversion est donc totalement libre, mais sa liberté, comme toute réalité, est créée par Dieu. Le mystère de la grâce s'identifie en dernière analyse au mystère de la transcendance divine.

Aspects philosophiques

Dans l'Antiquité, la philosophie était essentiellement conversion, c'est-à-dire retour à soi, à sa véritable essence, par un violent arrachement à l'aliénation de l'inconscience. C'est à partir de ce fait fondamental que la philosophie occidentale s'est développée. D'une part, elle s'est efforcée d'élaborer une physique ou une métaphysique de la conversion. D'autre part, et surtout, elle est toujours restée une activité spirituelle qui a le caractère d'une véritable conversion.

Déjà la philosophie antique proposait une physique ou une métaphysique de la conversion. Comment est-il possible que l'âme puisse revenir à elle-même, se retourner vers soi, retrouver son essence originelle ? C'est à cette question implicite que répondaient les doctrines stoïcienne et néo-platonicienne. Pour les stoïciens, c'était la réalité sensible elle-même qui était douée de ce mouvement de conversion. L'univers entier, vivant et raisonnable, animé par le Logos, était doué d'un mouvement vibratoire allant de l'intérieur à l'extérieur et de l'extérieur à l'intérieur. La conversion de l'âme philosophique était donc accordée à la conversion de l'univers et, finalement, de la raison universelle. Pour les néo-platoniciens, seule la vraie réalité, c [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CONVERSION  » est également traité dans :

APÔTRES & APOSTOLAT

  • Écrit par 
  • Yves CONGAR
  •  • 4 345 mots

Dans le chapitre « Le mode »  : […] On peut distinguer d'abord un apostolat direct et un apostolat indirect selon que l'action entreprise et l'influence exercée, de par leur nature et leur contenu, conduisent immédiatement ou non à la conversion, à des démarches de foi. Une annonce du salut, une prédication de Jésus-Christ sauveur, un conseil concluant à une démarche religieuse, sont des actes d'apostolat direct. Un témoignage de […] Lire la suite

ARABE (MONDE) - Le peuple arabe

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  • , Universalis
  •  • 4 083 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'arabisation et ses limites (VIIe-XIe siècle) »  : […] Mais la grande vague d'arabisation date des conquêtes musulmanes. De 622 à 632, le prophète Mahomet (Mụhammad) crée à Médine un État théocratique arabe ayant pour base la religion qu'il fonde, l'islam. Il finit par contrôler directement ou indirectement l'ensemble des tribus et des villes de la péninsule arabe. De 633 à 643, ses successeurs conquièrent sur les empires byzantin et sassanide l'ens […] Lire la suite

AUGUSTIN saint (354-430)

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 8 944 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Jeunesse et conversion »  : […] Augustin est né citoyen romain, d'une famille assez modeste : son père, Patricius, était l'un de ces petits propriétaires fonciers qu'une fiscalité écrasante conduisait assez promptement à la ruine. Mort alors qu'Augustin était jeune, Patricius avait cependant fait commencer à son fils des études supérieures que ce dernier ne put poursuivre que grâce à la générosité d'un ami de sa famille. Il ache […] Lire la suite

AUTOBIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 7 550 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Autobiographie et mystique »  : […] De toutes les autobiographies, la plus courte, la plus révélatrice aussi, tient dans la réponse que Dieu fait à Moïse qui l'interpelle sur l'Horeb : je suis qui je suis , Je suis ce que je suis . L'autobiographie divine se résume non sans humour dans l'affirmation péremptoire d'une identité du sujet de l'énonciation et du sujet de l'énoncé qui en dit plus long que tout récit interposé. Autre mirac […] Lire la suite

CALVIN JEAN (1509-1564)

  • Écrit par 
  • Jean CADIER, 
  • André DUMAS
  •  • 5 316 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des lettres à la théologie »  : […] Jean Cauvin, dit Calvin , naît le 10 juillet 1509 à Noyon (Picardie). Il grandit dans cette ville cléricale, dominée par une lourde cathédrale. Son père est procureur ecclésiastique et s'occupe, non sans avoir à connaître des querelles, des affaires du clergé. L'enfant est pourvu dès l'âge de douze ans de bénéfices ecclésiastiques qui lui donneront le moyen de faire de très complètes études. Il si […] Lire la suite

CHRISTIANISME

  • Écrit par 
  • Pierre LIÉGÉ
  • , Universalis
  •  • 7 122 mots

Dans le chapitre « L'entrée en christianisme »  : […] C'est dans la mouvance des événements de Pâques et de Pentecôte et du témoignage des Apôtres que devait s'opérer le premier regroupement des chrétiens. On devenait chrétien d'abord par une conversion à la personne de Jésus identifié comme Seigneur, le rite du baptême venant sanctionner cette conversion. En se convertissant, les croyants avaient conscience d'entrer dans l'espace final de l'histoir […] Lire la suite

CLÉMENT D'ALEXANDRIE (140 env.-env. 220)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 2 913 mots

Dans le chapitre « Conversion et progrès moral : « Le Protreptique », « Le Pédagogue » »  : […] Des trois ouvrages principaux de Clément, Le Protreptique est destiné à « convertir », Le Pédagogue à « former les mœurs », Les Stromates à « enseigner la gnose », trois étapes indispensables à une éducation parfaite. Le Protreptique se situe dans la tradition littéraire des traités d'exhortation à la conversion à la philosophie, dont les plus célèbres sont les Protreptiques d'Aristote et de Jamb […] Lire la suite

CLOVIS Ier (466 env.-511) roi des Francs (481-511)

  • Écrit par 
  • Kathleen MITCHELL
  • , Universalis
  •  • 1 309 mots

Clovis, qui régna sur une grande partie de la Gaule de 481 à 511, fonda la dynastie des Mérovingiens. Celle-ci survécut durant plus de deux siècles, jusqu'à la montée en puissance des Carolingiens au viii e  siècle. Bien qu'il ne fût pas le premier roi franc, Clovis fut à l'origine de l'unité politique et religieuse du royaume. En dépit d'une chronologie généralement imprécise, plusieurs dates imp […] Lire la suite

CONFESSIONS, Augustin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 944 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un ouvrage apologétique »  : […] Les Confessions sont composées de treize livres. Dans les livres I à IX, Augustin raconte les principaux événements de son existence, depuis sa naissance à Thagaste, le 13 novembre 354, jusqu'à la fameuse « extase d'Ostie », à l'automne 387, suivie peu après de la mort de sa mère, Monique. La scène capitale de la conversion, qui eut lieu au mois d'août 386, dans un jardin à Milan, est évoquée au […] Lire la suite

CONGO RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU

  • Écrit par 
  • Jules GÉRARD-LIBOIS, 
  • Henri NICOLAÏ, 
  • Patrick QUANTIN, 
  • Benoît VERHAEGEN, 
  • Crawford YOUNG
  • , Universalis
  •  • 24 764 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Rôle des missions chrétiennes »  : […] Les missions chrétiennes assumèrent aussi un vaste effort. Les missions catholiques jouissaient de la faveur de l'État colonial, car elles étaient menées par des Belges et donc « nationales ». Les missions protestantes furent, pour la plupart, britanniques, américaines et scandinaves. Un concordat de 1906 avec le Vatican fournit le cadre de la coopération de l'Église et de l'État, dans la tâche d […] Lire la suite

Les derniers événements

14-30 novembre 2018 France. Mouvement des « gilets jaunes ».

Le Premier ministre exclut de renoncer à la hausse des taxes et annonce le doublement de la prime à la conversion des véhicules polluants pour les ménages les plus modestes, ainsi que l’extension du système d’indemnisation kilométrique et du bénéfice du chèque énergie. Le 14 également, le président Emmanuel Macron, lors d’un entretien sur TF1 enregistré à bord du porte-avions Charles-de-Gaulle, affirme sa détermination à poursuivre les réformes tout en reconnaissant ne pas avoir « réussi à réconcilier le peuple français avec ses dirigeants » et en exprimant sa volonté d’exercer sa fonction « d’une matière différente ». […] Lire la suite

24 septembre 2017 Suisse. Rejet de la réforme des retraites par votation.

Celle-ci prévoyait l’augmentation d’un an de l’âge de retraite des femmes, fixé à soixante-cinq ans comme celui des hommes, une baisse du taux de conversion, sous forme de rente, du capital accumulé, un bonus mensuel de 70 francs suisses sur le montant de l’assurance-vieillesse des nouveaux retraités, ainsi qu’une hausse des cotisations de 0,3 p. 100 partagée entre employeurs et salariés. […] Lire la suite

5-12 juillet 2015 Vatican – Équateur – Bolivie – Paraguay. Visite du pape François en Amérique latine.

Il oppose aussi les mouvements populaires à « la tristesse individualiste asservissante » et loue leur capacité à promouvoir le changement en privilégiant la « conversion sincère des attitudes » plutôt que l’instauration de nouvelles « structures ». Les 11 et 12, François achève son voyage par le Paraguay. À Asunción, il réaffirme qu’« un autre modèle de développement est possible ». […] Lire la suite

2-22 avril 2015 Iran. Conclusion d'un accord sur le programme nucléaire iranien.

 100 de l’enrichissement de l’uranium, réduction du stock d’uranium de 10 000 à 300 kilos, conversion en centre de recherches du site souterrain de Fordow, modification du réacteur de la centrale à eau lourde d’Arak qui ne produira plus de plutonium militaire. Le texte prévoit le renforcement du régime d’inspection de l’Agence internationale de l’énergie atomique. […] Lire la suite

9-26 septembre 2006 Vatican – Allemagne. Visite du pape Benoît XVI en Allemagne et polémique sur ses propos relatifs à l'islam

La conversion par la force, poursuit Manuel II, „est contraire à la raison“ et „ne pas agir selon la raison est contraire à la nature de Dieu.“» Citant l'éditeur de ce dialogue, le pape commente: «Pour la doctrine musulmane, en revanche, Dieu est absolument transcendant. Sa volonté n'est liée à aucune de nos catégories, fût-ce celle du raisonnable. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre HADOT, « CONVERSION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/conversion/