CONVENTION SOLAS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La convention Solas de 1914

Il n'existe pas de navigation maritime sans risque, et de tout temps on a cherché à réduire celui-ci, en particulier à partir du milieu du xixe siècle, quand l'utilisation de la machine à vapeur pour propulser les navires leur a permis d'être moins dépendants des conditions météorologiques. Des règles communes furent même adoptées par divers États, souvent à l'initiative des Britanniques, par exemple pour éviter les abordages. En 1879, s'est même tenue à Washington une première conférence maritime internationale qui édicta quelques rares règles communes, sans qu'il soit d'ailleurs question de convention officielle. Et au début du xxe siècle, c'était donc encore essentiellement la diversité qui caractérisait les règlements des différents États, alors que les navires ont la liberté de naviguer librement sur toutes les mers du globe.

Le naufrage du Titanic a été le véritable catalyseur du changement. À l'initiative du Royaume-Uni, une conférence s'est en effet tenue à Londres à la fin de fin 1913, réunissant treize pays : le Royaume-Uni (qui s'exprimait alors au nom de tout le Commonwealth), l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, l'Espagne, les États-Unis, la France, l'Italie, la Norvège, les Pays-Bas, la Russie et la Suède. Elle a abouti à la Convention internationale pour la sauvegarde de la vie humaine en mer qui a été adoptée le 20 janvier 1914, mais le déclenchement de la Première Guerre mondiale n'a pas permis son entrée en vigueur, qui était prévue en juillet 1915.

Il est d'entrée précisé dans cette convention que, sauf exception, ne sont soumis aux règles convenues que les navires de commerce à propulsion mécanique pouvant recevoir plus de douze passagers, sous pavillon de l'un des États contractants.

Les sujets abordés sont nombreux et donnent lieu à des instructions précises. Par exemple, en matière de sécurité de la construction, les dispositions à res [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ingénieur général de l'armement (génie maritime), expert agréé par la Cour de cassation, membre de l'Académie de marine

Classification

Autres références

«  CONVENTION SOLAS  » est également traité dans :

CATASTROPHES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 7 339 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les failles : des risques aux catastrophes »  : […] Une mauvaise perception du risque, une prise de risque mal évaluée... de nombreux outils, des échelles de gravité, des structures, des réseaux de surveillance, etc., permettent de pallier les erreurs, que l'on peut catégoriser. À part les séismes, on l'a vu, la plupart des phénomènes naturels sont prévisibles. Par exemple, on connaît les conditions de formation d'un cyclone ; lorsqu'il est encor […] Lire la suite

TRANSPORTS - Transports et risques

  • Écrit par 
  • Michel QUATRE
  •  • 8 620 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le cadre réglementaire, l'apport des États et des organisations internationales »  : […] Soucieux de la sécurité de leurs ressortissants et soumis à une demande croissante sur ce sujet, les États sont intervenus, dès l'origine de la mise en service des moyens de transport mécanisés, de deux manières. Tout d'abord, ils ont favorisé les initiatives de normalisation internationale, action évidente quand les véhicules doivent franchir les frontières, action plus volontariste dans le cas […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Serge BINDEL, « CONVENTION SOLAS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/convention-solas/