CONTROVERSES SCIENTIFIQUES PUBLIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'éthique, remède ou poison ?

Au-delà de cet effort de compréhension, les pouvoirs publics, notamment les offices d'évaluation des choix scientifiques et technologiques, ont tenté de prendre en compte les diverses dimensions à l'œuvre. Avec la reconnaissance de l'introduction rapide du principe de précaution dans différents textes de lois internationaux et nationaux, qui exige une participation du public, ces offices européens ont imaginé toutes sortes de procédures (Reber, 2005) d'évaluation technologique participative (E.T.P.) pour traiter de la façon la plus équitable possible ces questions. Au-delà des règles procédurales à respecter, des questions d'éthique substantielles se posent. Or les désaccords moraux pourraient-ils échapper à ce que Socrate (dans Euthyphron, dialogue de Platon sur la piété) voyait déjà comme le seul type de querelle qui pouvait fâcher des amis, contrairement aux questions scientifiques ? Si la « pureté » des faits scientifiques a pu être nuancée, notamment par leurs producteurs principaux (Watson, 1968), la possibilité de résoudre des questions morales n'est pas du tout garantie, si on considère toutes les positions argumentées qui existent dans les domaines de l'éthique appliquée, des théories morales et de la méta-éthique (Singer, 1991). Néanmoins, ces procédures d'E.T.P. présentent l'avantage d'exiger un effort de justification de la part d'experts de haut niveau et de panels de citoyens ou de porteurs d'intérêts, ce qui restreint la gamme des réponses. Certes, des désaccords pourront persister, mais ils auront fait l'objet de documentation et de justification au sein d'assemblées pluralistes (Reber, 2006), ce qui constitue déjà une avancée par rapport au refus de la controverse, à la dénonciation ou encore à des arbitrages en situation de sous-information.

Si la conduite des controverses scientifiques est ardue, leur publicité et la reconnaissance de leurs aspects moraux exigent aujourd'hui encore plus d'imagination. Nous n'avons plus simplement affaire aux questions déjà bien compliquées de la vérification ou de la falsification des [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : philosophe, chercheur au centre de recherche Sens, éthique, société, C.N.R.S., université de Paris-V

Classification


Autres références

«  CONTROVERSES SCIENTIFIQUES PUBLIQUES  » est également traité dans :

SCIENCES - Sociologie

  • Écrit par 
  • Yves GINGRAS
  •  • 5 538 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La sociologie des intérêts et l'étude des controverses »  : […] Pour la nouvelle génération de sociologues des sciences qui entre en scène au début des années 1970, l'ouvrage de Thomas Kuhn , La Structure des révolutions scientifiques , paru en 1962, servira de tremplin pour dépasser la sociologie mertonienne. En proposant la notion de paradigme scientifique, expression assez vague et regroupant des composantes à la fois cognitives et sociales, Kuhn a ouvert […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-sociologie/#i_39474

TAMIFLU ou PHOSPHATE D'OSELTAMIVIR

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 425 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Tamiflu® au cœur d'une controverse  »  : […] On comprend mal, devant un tel bilan positif, la contestation croissante de l'efficacité du Tamiflu®, qui a débouché depuis 2012 sur la mise en cause de certaines pratiques des laboratoires Roche. Après une première phase d'enthousiasme, l'usage généralisé du médicament a en effet vu apparaître des doutes sur l'importance, voire la réalité du bénéfice du traitement. Ces doutes se sont amplifiés q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tamiflu-phosphate-d-oseltamivir/#i_39474

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard REBER, « CONTROVERSES SCIENTIFIQUES PUBLIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/controverses-scientifiques-publiques/