CONTRE SAINTE-BEUVE, Marcel ProustFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Sainte-Beuve a méconnu tous les grands écrivains de son temps »

Partant de la projection, au reste assez vague et elliptique, d'un ouvrage « total » qui mêlerait essai et roman, Bernard de Fallois a choisi de réunir les textes écrits de manière concomitante par Proust sur les mêmes cahiers, associant les passages qui concernent Saint-Beuve et des brouillons préparatoires de La Recherche. Le recueil s'ouvre sur un projet de Préface où se trouve affirmé le primat de la sensation sur l'intelligence. La mémoire involontaire y est présentée comme le moyen d'accès privilégié au passé. L'intelligence n'en est pas moins finalement réhabilitée, puisque, après tout, « cette infériorité de l'intelligence, c'est tout de même à l'intelligence qu'il faut demander de l'établir ». Ainsi se trouvent légitimées non seulement la rédaction d'un ouvrage théorique sur la critique littéraire, mais, par avance, l'inclusion future de cette théorie dans la fiction. Dans le chapitre suivant, « La Méthode de Sainte-Beuve », Proust définit, pour le condamner, le « biographisme » dominant à l'époque, qui consiste à analyser l'œuvre au regard de l'homme. Tout à l'inverse, la doctrine proustienne pose une radicale hétérogénéité entre la littérature et ce qu'il est convenu d'appeler la « vie » : la première n'a nullement vocation à être le « reflet » de la seconde, pour la simple raison que « la vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réelle, c'est la littérature ». Ce contresens a conduit Sainte-Beuve à accumuler les jugements faux sur les grands écrivains de son temps. Les chapitres intitulés « Gérard de Nerval » (dont le lien avec le livre sur Sainte-Beuve reste incertain), « Sainte-Beuve et Baudelaire » (seul titre qui soit de Proust lui-même), « Sainte-Beuve et Balzac » et « Le Balzac de M. de Guermantes » illustrent, par l'exemple et le contre-exemple, et les analyses erronées où ses présupposés fallacieux ont conduit Sainte-Beuve (dont la méthode est illustrée de manière caricaturale par la lecture que fait M. de Guermantes des romans de Balzac), et l'approche, résolument et exclusivement textuelle, voire stylistique, seule capable d'entrer en « sympathie » avec l'auteur et son œuvre, telle qu'elle est réclamée et mise en pratique par Proust. Les autres textes de la première édition sont des esquisses de La Recherche, présents ici au motif que les deux projets – l'essai et le roman – étaient au départ étroitement associés dans l'esprit de Proust, au point que celui-ci donna longtemps à la future Recherche, faute de mieux et par commodité, le titre de Contre Sainte-Beuve.

Dans l'édition de 1971, Pierre Clarac, jugeant que, dès la fin de 1909, Proust avait renoncé à réunir les deux ouvrages, a retiré les ébauches de La Recherche et n'a conservé que « les fragments de l'essai abandonné », y compris deux chapitres inédits : « À ajouter à Flaubert » et des « Notes sur la littérature et la critique » dispersées dans les cahiers de cette époque. Les deux chapitres « Sainte-Beuve et Balzac » et « Le Balzac de M. de Guermantes » ont par ailleurs été fusionnés.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Guy BELZANE, « CONTRE SAINTE-BEUVE, Marcel Proust - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/contre-sainte-beuve/