CONTRACEPTION HORMONALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ne pas céder à la panique induite par les médias

L'ampleur médiatique donnée aux plaintes déposées contre des pilules de troisième et quatrième générations vont-elles conduire certaines femmes à abandonner leur contraception ? Au début de janvier 2013, le Collège national des gynécologues-obstétriciens français (Cngof) s'inquiétait du risque de provoquer un « pill scare », tel que l'ont connu les Anglais en 1995, lorsque les pouvoirs publics ont recommandé de réserver les pilules de troisième génération aux femmes qui ne supportaient pas les pilules plus anciennes. À cette époque, les ventes de pilules de troisième génération avait chuté et un accroissement des I.V.G. avait été observé. Quatre ans après, les autorités sont revenues sur leur avis, mais en insistant sur la nécessité d'informer les femmes du risque vasculaire accru lié aux pilules de troisième génération.

En France, l'alerte sur les pilules de troisième et quatrième générations a eu des répercussions immédiates, dès décembre 2012. En mai 2013, ces pilules ne représentaient plus que 27 p. 100 des ventes de contraceptifs oraux combinés, contre 73 p. 100 pour les pilules de première et deuxième générations, selon les données de l'A.N.S.M. Toutes générations confondues, les ventes de pilules combinées ont baissé de 2,4 p. 100 sur la période de décembre 2012 à mai 2013 par rapport à la même période un an auparavant. Celles de patches et anneaux vaginaux ont également diminué, mais celles des implants progestatifs et des dispositifs intra-utérins ont progressé. Les ventes de stérilets, en particulier, ont augmenté de 43 p. 100. Globalement, on observe, cependant, une baisse des ventes de contraceptifs, mais de 1,1 p. 100 seulement (hors préservatif et sans Diane 35) pour la période de décembre 2012 à mai 2013, par rapport à décembre 2011-mai 2012 (3,7 p. 100 si l'anti-acnéique Diane est pris en compte).

En quelques mois, les prescriptions sont devenues ainsi plus conformes aux recommandations. Mais il sera très important de continuer à suivre les ventes de contraceptifs et les chiffres des IVG, pour déceler un éventuel impact négatif de cet épisode sur la contraception. En effet, les accidents dramatiques qui se produisent chaque année, rarissimes si les contre-indications sont respectées, ne doivent pas faire oublier l'avancée majeure qu'a représentée la contraception orale. Faciliter l'accès à des méthodes contraceptives variées est essentiel pour prévenir les grossesses non désirées. Aux États-Unis, le Collège américain des gynécologues et obstétriciens est même allé jusqu'à plaider, récemment, pour que les pilules contraceptives soient en vente libre, ce qui reflète sans doute avant tout les insuffisances de la santé publique dans ce pays. En France, depuis le 31 mars 2013, les pilules de première et deuxième générations, ainsi que l'implant contraceptif hormonal et le stérilet sont délivrés gratuitement en pharmacie aux adolescentes de 15 à 18 ans, sur présentation d'une ordonnance et de la carte vitale de leurs parents. Mais encourager un large accès à la contraception orale suppose une rigueur extrême sur la sécurité des pilules. Pour les pouvoirs publics cela implique la mise en place d'une pharmaco-vigilance plus réactive et une meilleure information des professionnels et du public. Les médecins doivent, quant à eux, être très attentifs à l'information de leurs patientes et au respect des contre-indications, pour que chaque femme puisse choisir sa contraception en connaissance de cause et sans s'exposer à un risque évitable.

Dans ce contexte et depuis le début de l'année 2013, on a assisté à une baisse massive de la prescription de pilules de 3e et 4e  génération (les ventes passant de 50 p. 100 des contraceptifs oraux à 25 p. 100) sans rejet de la contraception en général. Une étude de l’Agence nationale de sécurité du médicament (A.N.S.M.), rendue publique le 6 novembre 2014, révèle que les hospitalisations pour embolie pulmonaire ont baissé de 11 p. 100 en 2012 et 2013 chez les femmes en âge de procréer (soit 341 hospitalisations en moins), diminution qui n’est pas observée chez les hommes de même âge et les femmes de plus de 50 ans. Bien que la corrélation entre cette diminution et celle de l’usage des pilules de 3e et 4e génération soit difficile à affirmer de manière formelle, il paraît probable que le risque accru d’embolie mis en avant par les autorités sanitaires soit bien réel. Il reste à déterminer si l'aler [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Effets des contraceptifs hormonaux sur la production des hormones qui contrôlent le cycle menstruel

Effets des contraceptifs hormonaux sur la production des hormones qui contrôlent le cycle menstruel
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Les trois niveaux d’action de la contraception hormonale

Les trois niveaux d’action de la contraception hormonale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Les hormones du cycle menstruel sous pilule œstroprogestative

Les hormones du cycle menstruel sous pilule œstroprogestative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Gregory Pincus,  inventeur de la pilule contraceptive

Gregory Pincus, inventeur de la pilule contraceptive
Crédits : Bettmann/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CONTRACEPTION HORMONALE  » est également traité dans :

PILULE CONTRACEPTIVE

  • Écrit par 
  • Christiane SINDING
  •  • 207 mots

Les premiers essais de contrôle hormonal de la conception furent entrepris en Allemagne dès les années 1920. Aux États-Unis, Gregory Pincus mène, à la Worcester Foundation, des recherches sur la fécondation chez les Mammifères, et montre qu'on peut contrôler la fécondation chez l'animal par l'administration d'hormones femelles. Interrompant ces recherches en 1937, il les reprend en 1953, en partie […] Lire la suite

NEUWIRTH LUCIEN (1924-2013)

  • Écrit par 
  • François AUDIGIER
  •  • 698 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le législateur engagé »  : […] Nommé secrétaire général du groupe U.N.R. de l’Assemblée en 1959, il devient l’adjoint de Jacques Baumel, secrétaire général du parti. Il appartient au comité central des partis gaullistes successifs (U.N.R., U.D.-V e , U.D.R. puis R.P.R.). Il est constamment réélu comme député jusqu’en 1977 où, s’étant présenté à Cannes, il est battu. Des législatives partielles dans la Loire lui permettent en 19 […] Lire la suite

PROGESTATIFS

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Jacques PERRONNET
  •  • 586 mots

Sous le terme de progestatifs on regroupe l'hormone naturelle, la progestérone , et toutes les molécules artificielles capables d'induire à des degrés divers des réponses biologiques. La progestérone est l'un des intermédiaires possibles de la biosynthèse des hormones stéroïdes des mammifères : c'est aussi le stade ultime de la biosynthèse stéroïdienne au niveau du corps jaune ovarien et du pl […] Lire la suite

Pour citer l’article

Chantal GUÉNIOT, « CONTRACEPTION HORMONALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/contraception-hormonale/