CONTINGENCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La contingence dans le langage ordinaire

Expérience commune et science classique

Le langage ordinaire reflète l'expérience commune. Or le terme de « contingence » est peu employé dans la conversation, la correspondance, les romans ou les journaux. Qu'y a-t-il donc derrière le relatif effacement du mot ? Cette absence ne veut pas nécessairement dire que les hommes de notre temps n'en ont pas sinon l'idée, du moins le sentiment. Si le terme est en déclin, c'est peut-être qu'il était associé à une vision religieuse de l'Univers, dans laquelle l'essentiel était de préserver à la fois les lois de la nature, la prescience divine et la liberté humaine. L'idée de contingence servait alors notamment à désigner une propriété des événements futurs qui, tout en étant inscrits dans une nature soumise à des lois, avaient le caractère de pouvoir être ou n'être pas. Enfin, ce futur contingent devait en même temps ne pas être un futur imprévisible, dénué d'essence et d'intelligibilité, si l'on affirmait que Dieu était omniscient. Ainsi, du moins dans la culture occidentale, cette notion enveloppait l'idée d'un faisceau de relations entre Dieu, la liberté humaine et la nature. Dans la mesure où l'expérience commune, celle qui est effectivement vécue et ressentie par la majorité des gens, a, dans de nombreux cas, cessé de se définir par rapport à Dieu, et qu'elle a trait seulement à la nature et à l'histoire, le sens du mot a subi une transformation profonde.

Avec l'avènement de la science moderne au xviie siècle et ce qu'on a appelé die Mechanisierung des Weltbildes (la mécanisation de l'image du monde), la contingence fut, pendant près de deux siècles, jusqu'à la naissance de la mécanique statistique au xixe siècle, comme expulsée des explications scientifiques de la nature. L'idée de futur contingent était en effet radicalement contraire à celle que suggérait la mécanique céleste, suivant laquelle on pourrait, connaissant l'état d'un système à un instant donné et les loi qui le régissent, calculer l'état de ce système à n'importe quel moment du futur ou du passé. Ainsi, la contingence se trouvait éliminée de la nature considérée indépendamment de l'homme. On a d'ailleurs pu dire que cette exclusion marquait, deux millénaires plus tard, le triomphe de la conception stoïcienne de la nature sur celle d'Aristote ; celui-ci admettait un certain rôle du hasard dans le monde sublunaire.

On aurait pu croire que l'introduction, il y a près de deux siècles, puis le développement considérable, depuis 1900, des méthodes probabilistes en physique, puis en biologie, modifieraient cet état de choses et donneraient à l'idée de contingence un regain de vie. Il n'en a rien été pour une raison simple : la physique a fait appel à la théorie mathématique des probabilités, dans lesquelles la contingence n'est ni une notion primitive ni un concept dérivé. En effet, si le terme de contingence désigne, au niveau de la nature, l'impossibilité, sous certaines conditions, de prévoir rigoureusement l'état futur d'un système en connaissant son état présent, il fait double emploi avec celui de probabilité, ou, du moins, les nuances qu'il suggère sont trop fines pour être conservées dans des théories physiques.

Incertitude et contingence

Un second usage restait ouvert au mot « contingence » dans l'expérience commune : désigner, notamment dans les décisions, les principales formes d'incertitude auxquelles l'agent est exposé. Entendue ainsi, la contingence dénote deux réalités tout à fait distinctes : soit l'incertitude inhérente à l'histoire, individuelle et collective, du fait de la liberté humaine comprise comme pouvoir d'introduire délibérément des coupures, des commencements, dans le cours des événements ; soit l'incertitude qui provient, quand un homme est aux prises avec un problème existentiel ou pratique, de ce que les facteurs qui influent sur son action ne sont pas tous déterminables ou prévisibles. Ce mot peut donc désigner soit le surgissement de la liberté, soit l'ensemble des facteurs qui, dans l'action, interfèrent de façon imprévisible avec les intentions ou les projets des agents.

Cette seconde espèce de contingence comporte à son tour deux modalités bien différentes, distinctes en droit, quoiqu' [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CONTINGENCE  » est également traité dans :

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « La « doxa » des Grecs : croyance et opinion »  : […] C'est donc de la doxa des Grecs qu'il faut partir, de son sens majeur d' opinion et de son sens mineur d' opiner . Là est la source de la double évaluation philosophique de la croyance (nous dirons désormais : croyance-opinion et opiner-juger). Dès le Poème de Parménide, dont il ne nous reste que des fragments, l'opinion est mise en jugement et condamnée : elle est comme le contre-pôle « du cœu […] Lire la suite

DESCRIPTION ET EXPLICATION

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 338 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'explication causale »  : […] Elle n'est pas absolument disjointe de l'explication spatiale, puisque le changement de place d'une qualité ou d'un principe plus ou moins immatériel est la première représentation qu'on a donnée de la causalité transitive. Réciproquement, la notion d'espace implique celle de localisation des objets (par exemple des particules) ; faute de celle-ci, la possibilité de suivre par continuité la trajec […] Lire la suite

DIEU PREUVES DE L'EXISTENCE DE

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 1 014 mots

Au long de l'histoire de la philosophie, les preuves de l'existence de Dieu varient selon le type d'argument choisi pour les fonder. Le philosophe peut partir de l'expérience qu'il fait de la contingence du monde, et en inférer, se plaçant à différents points de vue, l'existence nécessaire d'un Dieu soutenant dans l'être et expliquant à la pensée la contingence de l'expérimenté. C'est ainsi que to […] Lire la suite

HASARD

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 6 802 mots
  •  • 2 médias

Le hasard, que le calcul des probabilités a permis de maîtriser partiellement, apparaît d'abord comme un caractère fondamental de l'existence. Dans la mesure où l'incertitude enveloppe l'idée de risque, on a tenté de la réduire, dans le domaine philosophique, en cherchant à lui assigner une origine, et, sur le plan pratique et affectif, en inventant des rites et des mythes qui tempèrent l'inquiétu […] Lire la suite

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT, 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 11 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la conscience historique au savoir absolu »  : […] Dans quelle mesure la méditation des philosophes dépend-elle des circonstances singulières et du cours général de leur existence ? Et inversement, dans quelle mesure veulent-ils et réussissent-ils à faire dépendre leur existence de leurs idées acquises ? Doit-on s'accommoder d'une interprétation interne des textes ? Pour Hegel, cela ne fait pas de doute : le conditionnement externe pèse de tout so […] Lire la suite

MIRACLE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 6 604 mots

Dans le chapitre « L'histoire sacrée et les « œuvres de Dieu » »  : […] Un troisième pas est franchi lorsque le prodigieux, signe de grâce, n'est plus perçu en situation « naturelle », mais en situation historique, lorsqu'un groupe religieux particulièrement inventif (Israël) récuse l'animisme, condamne l'idolâtrie, expulse ou retouche les mythes de représentation, leur préfère un mythe d'action, et décide de « signifier » Dieu par une exigence morale, par une intent […] Lire la suite

MODALITÉS, logique

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 600 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Nécessité, contingence et plénitude »  : […] L'histoire des conceptions philosophiques de la modalité est étroitement liée à celle des doctrines qui soutiennent la nécessité de ce qui est et de nos actions, dans leur opposition aux doctrines qui admettent qu'il y a, dans la nature ou en nous, une forme de contingence, c'est-à-dire au conflit philosophique traditionnel entre déterminisme et libre arbitre. On peut en retracer l'origine chez l […] Lire la suite

LA NAUSÉE, Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 957 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un roman de la conscience »  : […] La Nausée se présente comme un roman de la contestation et de la dérision de la culture et des valeurs bourgeoises. Son « héros », Roquentin, exilé à Bouville, petite ville normande dans laquelle on peut reconnaître Le Havre (Sartre, jeune agrégé de philosophie, y avait été nommé professeur en 1931), commence à rédiger son journal où il consigne les étranges changements d'humeur dont il est la pr […] Lire la suite

NOMINALISME

  • Écrit par 
  • Paul VIGNAUX
  •  • 3 602 mots

Dans le chapitre « Nominalisme et théologie de la création »  : […] L'ontologie ockhamiste est liée à une théologie de la puissance créatrice : la position des créatures dans l'être n'est rien d'autre que leur création, radicalement libre, contingente et gratuite ; pour chacune, une position de tout son être que rien ne précède, notamment pas une « nature commune », préexistant en d'autres individus. La théologie de la création, donnée de foi et non acquisition p […] Lire la suite

OCKHAM GUILLAUME D' (1290 env.-env. 1349)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC, 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 6 684 mots

Dans le chapitre « « Puissance ordonnée » de Dieu et contingence du politique »  : […] L'œuvre politique de Guillaume d'Ockham constitue une masse imposante d'écrits dont une partie seulement a fait l'objet d'une édition scientifique. Écrite sous la pression des circonstances, dans le feu des polémiques qui ont opposé son auteur à trois papes successifs, Jean XXII, Benoît XII et Clément VI, elle manifeste une certaine hétérogénéité à l'égard de l'œuvre logique ou théologique. Entre […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bertrand SAINT-SERNIN, « CONTINGENCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/contingence/