CONTES, Hans Christian AndersenFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Contes merveilleux et contes réalistes

Il n'est pas question, ici, d'évoquer tous les contes, tant leur variété est grande. On peut seulement proposer la distinction classique, qu'Andersen faisait lui-même, entre les eventyr, qui introduisent un élément merveilleux, de type plus féerique que fantastique (« La Petite Sirène », « L'Intrépide Soldat de plomb », « La Bergère et le ramoneur »), et les historier, plus réalistes, ou fondés sur des événements historiques (« Les Habits neufs de l'empereur », « L'Évêque de Borglum et son cousin »). Mais la fantaisie qui préside à ce genre est telle que toute taxinomie est par définition erronée.

Débarrassons-nous d'abord de deux idées aussi fixes que fausses. Andersen n'a pas, n'a jamais écrit ses contes pour les enfants. Il se fâchait même lorsqu'on le lui disait. Il a dit maintes fois qu'il composait « pour tout le monde ». En second lieu, à une ou deux exceptions près, il n'a jamais donné dans le genre du conte dit populaire, chose au moins aussi étonnante puisque la mode de son temps allait dans ce sens et que l'un de ses meilleurs amis, Just Thiele, fut le grand spécialiste danois de ce genre littéraire.

Sans parler des sujets qui sont presque toujours tirés de la vie quotidienne la plus banale, ou de ses personnages qui, à de très rares exceptions près, sont nos semblables et donc n'ont rien d'exceptionnel ou d'anormal, non plus que des péripéties qui, le plus souvent, pourraient fort bien survenir dans nos propres existences, ce qui fait le charme indéniable des Contes d'Andersen tient à leur simplicité extrême, à leur naturel, à cette allure évidente ou nonchalante qu'ils ont toujours, à ce ton de conversation ordinaire sans prétentions qu'ils adoptent constamment : « Il y avait une petite fille, si délicate, si jolie, mais en été, il lui fallait toujours marcher pieds nus car elle était pauvre, et en hiver, en gros sabots qui rendaient tout rouge son petit cou-de-pied, c'était épouvantable » (« [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  CONTES, Hans Christian Andersen  » est également traité dans :

DANEMARK

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Frederik Julius BILLESKOV-JANSEN, 
  • Jean Maurice BIZIÈRE, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  • , Universalis
  •  • 19 538 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Le romantisme danois »  : […] Au seuil du xix e  siècle, le mouvement romantique atteint les pays scandinaves : comprenons que l'influence allemande se substitue à la française. Il faut distinguer ici deux vagues. La première est d'inspiration allemande. La Romantik de Tieck, de Hoffmann, de Novalis, libéra d'abord l'imagination, et permit ensuite l'influence des grands classiques allemands, Goethe et Schiller. Le chef de l' […] Lire la suite

Pour citer l’article

Régis BOYER, « CONTES, Hans Christian Andersen - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/contes-hans-christian-andersen/