CONSULAT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La pacification intérieure

Il importait avant tout de mettre fin aux désordres nés de la Révolution. L'apaisement politique était urgent. Le premier geste spectaculaire fut de déclarer close la liste des émigrés à la date d'installation du nouveau régime. Puis le rythme des radiations de la fameuse liste alla en s'accélérant jusqu'aux mesures d'amnistie qui favorisèrent le retour des intéressés. En contrepartie la garantie des biens nationaux, clé de voûte de la nouvelle société française, fut proclamée. Les proscrits de tous bords étaient invités à rentrer (Carnot, Barère, Barthélemy ; seul Billaud-Varenne refusa).

Le problème le plus douloureux restait celui de la Vendée. Elle s'épuisait. Bonaparte la pacifia avec l'aide d'un curé d'Angers, l'abbé Bernier, en mêlant négociations et manière forte.

Il fallait aller plus loin : si Napoléon semble bien n'avoir eu que d'assez vagues idées religieuses, il était néanmoins doublement convaincu de la nécessité d'un accord avec la religion catholique ; d'une part il ne voulait pas heurter les sentiments de la majorité des Français, d'autre part le catholicisme ne prêchait-il pas la soumission aux lois de l'État ? Le Concordat imposé par le pape à une curie hostile et par le Premier consul à un monde politique anticlérical fut signé le 15 juillet 1801 à Paris par Joseph Bonaparte et le cardinal Consalvi, après plusieurs projets successifs ; il marquait le couronnement de la politique de pacification du Consulat.

Les royalistes s'en accommodèrent difficilement. Ils avaient espéré, au lendemain de Brumaire, que Bonaparte rétablirait la monarchie en faveur de Louis XVIII : espoir déçu. L'attentat de la rue Saint-Nicaise, le 24 décembre 1800, n'est que l'épisode le plus spectaculaire d'une longue suite de complots où les Jacobins, d'ailleurs moins organisés que les royalistes, jouèrent également leur rôle. Promoteur [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur honoraire à la faculté des lettres et sciences

Classification

Autres références

«  CONSULAT  » est également traité dans :

CONSULAT ET EMPIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 186 mots

9-10 novembre 1799 Coup d'État de Bonaparte (18-Brumaire an VIII), qui est nommé consul provisoire.17 janvier 1800 Suppression de soixante des soixante-treize journaux politiques parisiens.15 juillet 1801 Signature du Concordat avec le pape Pie VII.20 mai 1802 […] Lire la suite

BERNADOTTE JEAN-BAPTISTE (1763-1844), roi de Suède et de Norvège sous le nom de CHARLES XIV (1818-1844)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 545 mots
  •  • 1 média

Fils d'un magistrat de Pau, engagé à dix-sept ans, sergent-major en 1788 et connu alors sous le sobriquet de « Belle Jambe », Bernadotte prend ses grades dans les armées de la Révolution, devient le lieutenant de Jourdan à l'armée de Sambre-et-Meuse puis de Bonaparte à l'armée d'Italie. Ambassadeur à Vienne pendant deux mois en 1798, il y rencontre Beethoven et lui conseille de consacrer une symph […] Lire la suite

BONAPARTE LUCIEN (1775-1845)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 333 mots

Quand il s'enflamme pour les idées révolutionnaires et signe Brutus Buonaparte ses missives, Lucien n'est encore qu'un adolescent ; au début de 1793, il inspire à la Société populaire de Toulon une lettre à la Convention qui entraînera le décret contre Paoli, décret à la suite duquel Paoli fera appel à l'Angleterre. En 1799, président du Conseil des Cinq-Cents, Lucien, par sa présence d'esprit, pe […] Lire la suite

CADOUDAL GEORGES (1771-1804)

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 1 132 mots

Georges Cadoudal est une figure de la chouannerie, à laquelle il a donné une image d'intransigeance et de forte conviction religieuse, finalement consacrée par l'exécution, en place publique, pour complot contre le Premier consul. L'itinéraire politique de ce chouan emblématique s'est bâti contre la Révolution, dans l'Ouest, où les conflits autour de la religion ont été particulièrement vifs. Né à […] Lire la suite

CAMBACÉRÈS JEAN-JACQUES RÉGIS DE (1753-1824) deuxième consul (1799-1804) archichancelier d'Empire (1804)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 624 mots

Né à Montpellier d'une famille de noblesse de robe, conseiller à la cour des aides de Montpellier en 1774, président du tribunal criminel de l'Hérault en 1790, Cambacérès arrive à Paris, député de son département à la Convention, comme juriste compétent, bon vivant notoire et révolutionnaire prudent ; tel il restera durant toute sa vie. Il siège au Marais, vote la mort de Louis XVI en termes volon […] Lire la suite

CARNOT LAZARE NICOLAS MARGUERITE (1753-1823)

  • Écrit par 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 1 449 mots
  •  • 1 média

Dans les manuels d'histoire, la grande figure de l'« Organisateur de la victoire » plane, seule respectable, bien au-dessus des figures sanguinaires de la Révolution. Fils d'un avocat et notaire bourguignon, Lazare Carnot fait de bonnes études secondaires à Autun, entre à dix-huit ans à l'École du génie de Mézières, arrive en garnison en 1783 comme capitaine à Arras, y fréquente Robespierre. Chaud […] Lire la suite

CHAPTAL JEAN ANTOINE (1756-1832)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 903 mots

« La Révolution qui s'effectue est une belle chose ; mais je voudrais qu'elle fût arrivée il y a vingt ans. Il est fâcheux de se trouver dessous, quand on démolit une maison, et voilà notre position », écrivait Chaptal en octobre 1789. De la maison démolie, il saura pourtant tirer les matériaux d'un bel édifice personnel : exemple typique de ces bourgeois, plus nombreux qu'on ne le croit, qui ne s […] Lire la suite

CHOUANNERIE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 1 676 mots

Dans le chapitre « Les échecs de la chouannerie organisée »  : […] La deuxième phase commence dès juin 1795, avec le débarquement de troupes d'émigrés et d'Anglais à Quiberon, sous le commandement de Puisaye et d'Hervilly, entraînant une reprise des combats. L'échec de l'opération, dû aux multiples incompréhensions dans le camp contre-révolutionnaire, ne signe pas la fin de la chouannerie. Hoche, vainqueur à Quiberon, réussit certes à obtenir une deuxième paix, […] Lire la suite

COALITION GUERRES DE (1792-1815)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 1 058 mots
  •  • 1 média

Pendant dix années consécutives, de 1792 à 1802, puis pendant douze autres années consécutives, de 1803 à 1815, la France s'est trouvée en guerre avec les principales puissances de l'Europe. La guerre déclarée par Louis XVI et l'Assemblée législative au « roi de Hongrie et de Bohême » trouve son origine dans les rassemblements d'émigrés en territoire allemand et les réclamations des princes posses […] Lire la suite

CONCORDAT DE 1801

  • Écrit par 
  • Jean LEFLON
  •  • 4 340 mots

Dans le chapitre « La pacification religieuse »  : […] « Lorsque je saisis le timon des affaires, affirme Napoléon dans ses Mémoires de Sainte-Hélène , j'avais déjà des idées arrêtées sur les éléments qui cohésionnent la société. J'avais pesé toute l'importance de la religion. J'étais persuadé et j'avais résolu de la rétablir. » Mais force lui fut de surseoir, car son pouvoir mal affermi devait ménager l'anticléricalisme persistant des milieux politiq […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

États-Unis – Chine. Exacerbation des tensions bilatérales. 1er-31 juillet 2020

sur la sécurité nationale à Hong Kong. Il signe également le décret mettant fin au traitement économique et douanier préférentiel dont jouissait Hong Kong. Le 22, Washington ordonne la fermeture du consulat chinois de Houston (Texas). Cette décision, sans précédent depuis l’établissement de relations […] Lire la suite

Arabie Saoudite. Pardon accordé aux meurtriers de Jamal Khashoggi. 22 mai 2020

Les fils du journaliste Jamal Khashoggi, tué en octobre 2018 dans les locaux du consulat saoudien à Istanbul, accordent leur pardon aux cinq agents saoudiens condamnés à mort en décembre 2019 pour le meurtre de leur père. Ce pardon permet à ceux-ci d’échapper à l’exécution de leur peine […] Lire la suite

Arabie Saoudite. Jugement dans l’affaire Khashoggi. 23 décembre 2019

Le tribunal de Riyad chargé de juger les auteurs de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi dans les locaux du consulat saoudien à Istanbul, en octobre 2018, condamne à mort cinq exécutants. Trois autres prévenus sont condamnés à des peines de prison pour leur rôle dans la dissimulation […] Lire la suite

Allemagne – Russie. Implication présumée de Moscou dans un assassinat à Berlin. 3-9 décembre 2019

Vadim Krasikov, déjà soupçonné de l’exécution d’un homme d’affaires russe à Moscou en juin 2013. En septembre, le parquet fédéral allemand a transmis une demande d’entraide judiciaire aux autorités françaises à son sujet, l’homme étant porteur d’un visa délivré en juillet par le consulat de France à […] Lire la suite

Irak. Démission du Premier ministre Adel Abdel-Mehdi. 27-29 novembre 2019

Le 27, alors que le mouvement de contestation du régime et de son allié iranien qui agite le pays depuis octobre se poursuit, des manifestants incendient le consulat iranien de Nadjaf, dans le sud du pays. Le 28, la répression des manifestations est particulièrement meurtrière, faisant […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marcel DUNAN, « CONSULAT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/consulat/