CONSTELLATIONS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Johann Elert Bode, Uranographia

Johann Elert Bode, Uranographia
Crédits : Courtesy of the Observatories, University of Cambridge

photographie

Constellations

Constellations
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau


Nouvelles constellations : du XVIe au XXe siècle

Jusqu'à la fin du xvie siècle, les cartes stellaires ne contenaient que les 48 constellations repérées par Ptolémée. Pieter Dirckszoon Keyzer, un navigateur qui avait rejoint la première expédition néerlandaise vers les Antilles en 1595, ajouta 12 nouvelles constellations dans l'hémisphère austral, et leur donna notamment des noms d'oiseaux exotiques, comme le Toucan, le Paon et le Phénix.

Les constellations australes apparaissent en 1601 sur un globe céleste de Jodocus Hondius, en 1603 sur un globe de Willem Blaeu et sur l'une des planches de l'Uranometria de Johann Bayer, qui peut être considéré comme le premier véritable atlas céleste : celui-ci présente chacune des 48 constellations répertoriées par Ptolémée, auxquelles s'ajoutent les 12 constellations de Keyzer. Son caractère scientifique est indiscutable, puisque l'Uranometria repose sur les positions et les magnitudes stellaires qui viennent d'être publiées par Tycho Brahe dans son Astronomiae instauratae Progymnasmata (1602).

Dans son Uranographia (1687), l'astronome allemand Johannes Hevelius proposa sept nouvelles constellations, visibles depuis les latitudes boréales moyennes. Celles-ci sont toujours en usage, comme le Sextant, qui porte le nom d'un des instruments qu'il employait. Quatorze constellations australes supplémentaires seront présentées par Nicolas-Louis de Lacaille après sa visite au cap de Bonne-Espérance en 1750. Elles apparaîtront dans les Mémoires de l'Académie royale des sciences en 1752 (publiées en 1756). Toutes les autres tentatives d'inclure de nouvelles constellations seront dès lors rejetées.

Les atlas classiques de Bayer et d'Hevelius, ainsi que l'Atlas Coelestis établi par John Flamsteed (1729) ne représentaient que les étoiles les plus brillantes visibles à l'œil nu. L'Uranographia de Johann Elert Bode (1801) constitue la première description à peu près complète des étoiles visibles à l [...]

Johann Elert Bode, Uranographia

Johann Elert Bode, Uranographia

Photographie

Les constellations boréales du Bélier (Aries) et des Poissons (Pisci borealis) telles qu'elles figurent dans l'atlas céleste «Uranographia» de Johann Elert Bode, publié en 1801. La constellation de la Mouche qui figure sur cette planche a disparu: la Mouche désigne aujourd'hui une... 

Crédits : Courtesy of the Observatories, University of Cambridge

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : professeur d'astronomie et d'histoire des sciences, université Harvard, astronome, Smithsonian Astrophysical Observatory, Cambridge (Massachussetts)
  • : professeur, président du département de physique et d'astronomie, Youngstown State University, Ohio

Classification


Autres références

«  CONSTELLATIONS  » est également traité dans :

ANDROMÈDE GALAXIE D'

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 1 135 mots
  •  • 1 média

La galaxie d’Andromède, dont le nom scientifique est M31 (M désigne le catalogue établi en 1764 par l’astronome français Charles Messier), est la galaxie la plus proche de notre propre galaxie, la Voie lactée. Avec la Voie lactée, la galaxie du Triangle (M33) et une trentaine de galaxies naines, elle constitue le Groupe local, dont le diamètre est d’environ dix millions d’années-lumière (soit 3 m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/galaxie-d-andromede/#i_20773

ASTROLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques HALBRONN
  •  • 13 309 mots

Dans le chapitre « L'Aigle et le Scorpion »  : […] Il apparaît ainsi que le Scorpion n'a pas été initialement inscrit dans le schéma astrologique. Il fut mis en place à un stade antérieur en tant que constellation et, d'ailleurs, la disposition des étoiles évoque assez bien cet animal, et notamment sa queue venimeuse. Deux signes auraient dû le remplacer : la Balance et l'Aigle. Pour ce qui est de l'Aigle, les astrologues ne purent aboutir, en ra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astrologie/#i_20773

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 308 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les origines de l’astronomie »  : […] Les plus anciennes civilisations sur lesquelles nous possédons des informations occupent, entre 5000 et 4000 ans avant J.-C., les plaines fertiles de Chine, des Indes, d'Égypte et de Mésopotamie, mais c'est probablement en cette dernière , sur les bords du Tigre et de l'Euphrate, que l'observation des astres tint le plus de place. Vers 3000 avant J.-C., les villes sumériennes du sud de la Mésopot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astronomie/#i_20773

CORONELLI VINCENZO MARIA (1650-1718)

  • Écrit par 
  • André LOUCHET
  •  • 711 mots
  •  • 1 média

Né à Venise en 1650, Vincenzo Maria Coronelli fait ses études à Ravenne et entre chez les franciscains de Venise dès 1665. Docteur en théologie en 1673, il mènera sa vie durant une carrière de savant, de géographe et d’encyclopédiste. À la fin des années 1670, Coronelli travaille comme géographe pour le duc de Parme, Ranuce Farnèse, qui le considère comme « le plus grand fabricant de globes de to […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vincenzo-maria-coronelli/#i_20773

INDE (Arts et culture) - Les sciences

  • Écrit par 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 14 263 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Astronomie »  : […] L'astronomie en Inde naquit pour répondre aux besoins du rituel. Cette première mission des astronomes est formulée dans le Jyotiṣavedāṅga ( Ṛk , 36) : « Les Veda ont été promulgués pour les besoins du sacrifice et les sacrifices suivent un ordre fixe dans le temps ; qui donc possède ce jyautiṣa , la science […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-sciences/#i_20773

PLANÈTES (GENÈSE DES)

  • Écrit par 
  • Pierre LÉNA
  •  • 1 261 mots
  •  • 1 média

Le 5 novembre 2014, la direction du radiotélescope Atacama Large Millimeter-submillimeter Array (A.L.M.A.) publia dans un communiqué une « image révolutionnaire révélant la genèse de planètes » autour de l’étoile HL Tauri (HL Tau) . L’image, magnifique (fig.1), suscita immédiatement un enthousiasme justifié, dans l’attente de l’article scientifique détaillé, qui parut en mars 2015. La constellati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/planetes-genese-des/#i_20773

URANOMETRIA (J. Bayer)

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 480 mots

Jusqu'à la fin du xvi e  siècle, les étoiles sont désignées par la partie de la constellation où elles sont situées – ce qui n'est pas dénué d'ambiguïté – ou, pour les principales, par leur nom arabe. Grâce aux instruments perfectionnés de son observatoire d'Uraniborg, l'astronome danois Tycho Brahe parvient à mesurer la position d'un millier d'é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/uranometria/#i_20773

ZODIAQUE

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 475 mots

Depuis longtemps les observateurs du ciel ont remarqué que les planètes visibles à l'œil nu ne s'écartent jamais de la route du Soleil sur la sphère céleste, ou écliptique. Leur écartement de ce grand cercle de la sphère ne dépasse jamais 8 0 30′, soit au nord, soit au sud. On peut donc délimiter dans le ciel une bande de 17 0 de largeur faisant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zodiaque/#i_20773

Voir aussi

Pour citer l’article

Owen GINGERICH, Warren Melvin YOUNG, « CONSTELLATIONS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/constellations/