BRANCUSI CONSTANTIN (1876-1957)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la recherche de la forme pure

L'atelier de l'impasse Ronsin, où Brancusi a habité de 1916 à 1957, faisait partie d'un petit village, où ses voisins furent toujours des artistes : Max Ernst, Jean Tinguely, mais aussi Natalia Dumitresco et Alexandre Istrati, deux peintres roumains, qui l'ont aidé pendant les dix dernières années de son existence et auxquels on doit de précieuses informations sur sa vie et son travail. Mais quand, en 1907, Brancusi a sculpté La Prière, il habitait encore un atelier du boulevard Montparnasse. Son premier souci, après l'expédition de cette sculpture en Roumanie, fut d'abandonner le travail de la glaise, qui incite à des déformations qu'il juge impures. En se dédiant à la taille directe, il vise à l'essentiel par l'élimination progressive des détails approximatifs. Il installe également une enclume et une forge dans son atelier. Quand il a pris la baronne Renée Frachon comme modèle en 1907, il l'avait d'abord sculptée en pierre, mais, dès qu'il recommence son portrait en marbre, il estompe les traits de cette tête couchée, où le souvenir de Rodin sommeille encore. Il la transformera en Sommeil en 1908, puis en Muse endormie, dont le marbre est de 1909 et le bronze de 1910. Entre la forme néo-byzantine du portrait de la Baronne R.F. et le bronze de 1910, Brancusi a trouvé l'œuf, forme mère de la tête humaine. Mais cet œuf oscille, il bouge, Brancusi veut en montrer la fragilité, comme il l'a fait pour une Tête d'enfant de 1908 : il le pose, sans le fixer, sur une plaque taillée dans le marbre. Le lit où repose cet œuf fait donc partie de la sculpture, il s'est substitué au socle traditionnel. Cette tête aveugle et rêveuse semble, pour celui qui la contemple, capable de se réveiller. Elle vit. Elle rayonne aussi, mystérieusement, par la secrète énergie qu'elle semble contenir.

Avec Le Baiser, où un couple s'étreint dans un parallélépipède de pierre, Brancusi commence sans le savoir l'environnement monumental qu'il réalisera de 1937 à 1938 à Tirgu-Jiu, près de son village natal. L'idée qui prés [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BRANCUSI CONSTANTIN (1876-1957)  » est également traité dans :

ANDRE CARL (1935- )

  • Écrit par 
  • Béatrice PARENT
  •  • 738 mots

Né le 16 septembre 1935 à Quincy (Massachusetts), le sculpteur Carl Andre étudie l’art de 1951 à 1953 à la Phillips Academy d’Andover. Après un bref passage au Kenyon College de Gambier (Ohio), en 1954, il voyage en Angleterre et en France. En 1957, il s’installe à New York, où il rencontre Frank Stella dans la maison d’édition où il travaille. Influencé par Brancusi et les peintures noires de Ste […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Sculpture

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 2 368 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « 1914, Londres, creuset de la sculpture moderne »  : […] En 1914, à côté de Paris qui continue de jouer un rôle de capitale des arts bien connu, Londres s'affirme comme un des creusets de la sculpture moderne. Rodin lui-même, qui fréquente l'Angleterre depuis 1881 et y a rencontré d'importants succès, s'y réfugie pour échapper aux troubles de la guerre. Il présente au South Kensington Park une importante exposition, alors que ses célèbres Bourgeois de […] Lire la suite

CUBISME

  • Écrit par 
  • Georges T. NOSZLOPY, 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 445 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Brancusi, Archipenko, Duchamp-Villon »  : […] La présence de Constantin Brancusi (1876-1957) dans cette liste nous étonne aujourd'hui, car il existe une réelle différence entre la simplification des volumes caractéristique de son art et la déconstruction analytique de l'espace cubiste. Si Le Baiser (pierre, 1907-1908, Muzeul de Arta, Craiova) est une sculpture massive et cubique, si le buste de Mademoiselle Pogany III (marbre, 1931, Philad […] Lire la suite

DESCRIPTION (esthétique)

  • Écrit par 
  • Christine PELTRE
  •  • 1 143 mots

L'histoire de l'art ne peut se construire qu'à partir de l'examen attentif de l'apparence, aussi la description est-elle l'un de ses outils d'investigation fondamentaux. Des travaux, comme ceux de Philippe Hamon ( La Description littéraire : anthologie de textes théoriques et critiques , 1991) et de Roland Recht ( Le Texte de l'œuvre d'art : la description , 1998), ou, encore, les actes du colloqu […] Lire la suite

RUCHE LA

  • Écrit par 
  • Guy BELOUET
  •  • 817 mots
  •  • 1 média

La Ruche est à Montparnasse ce que le Bateau-Lavoir fut à Montmartre : un foyer d'artistes (souvent misérables) rassemblés pendant la première moitié du xx e siècle dans des ateliers improvisés. Le Bateau-Lavoir a été détruit par un incendie en 1972 alors qu'il venait d'être classé par les Monuments historiques. La Ruche continue à recevoir les artistes plasticiens au 2, passage de Dantzig. Étran […] Lire la suite

SCULPTURE CONTEMPORAINE

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Expérimentations et bouleversements, 1960-1990 »  : […] Trois grands inventeurs de la sculpture moderne ont ouvert l’âge contemporain de la puissance de leur singularité esthétique, même si leurs œuvres n’ont pas connu de suite immédiate dans les années 1960. Constantin Brancusi (1876-1957) a compris, avec le Monument de Tirgu Jiu de 1938 et la série des Colonnes sans fin , la sculpture comme un art de la forme s’élançant dans l’espace à une échelle […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain JOUFFROY, « BRANCUSI CONSTANTIN - (1876-1957) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/constantin-brancusi/