CONSERVATION ET RESTAURATION DES COLLECTIONS PHOTOGRAPHIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire de la discipline, évolution de sa problématique

Les premiers spécialistes de la conservation des photographies furent les inventeurs du médium, qui dès les premières années cherchèrent à améliorer leur production. Les attaques multiples dues à l'instabilité de la photographie argentique sur papier les amenèrent à étudier et identifier, dès les années 1860, les principaux mécanismes d'altération des images argentiques. Ils préconisent, entre autres, d'améliorer le fixage et le lavage des images, et soulignent le rôle protecteur des virages aux métaux nobles. La filière des procédés photomécaniques participe de cette même approche, qui lie la conservation des images à une problématique de diffusion culturelle et commerciale.

Lanternes de papier, F. Beato

Lanternes de papier, F. Beato

Photographie

Felice Beato, Lanternes de papier, Japon, vers 1870, tirage argentique sur papier albuminé, rehaussé de couleur. 

Crédits : Felice Beato/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

La fin de la période artisanale et le développement des industries photographiques opèrent une césure entre la production des images et leur conservation. Il faudra attendre les années 1980 en France pour que l'intérêt des pouvoirs publics suive la nouvelle tendance du marché de la photographie et donne au médium ses lettres de noblesse. Le premier atelier de restauration spécialisé lié à une institution fut créé en 1975, à Rochester aux États-Unis, au sein de la George Eastman House. En 1983, la Ville de Paris crée, dans la foulée du nouveau Mois de la photo, un service spécialisé, futur Atelier de restauration et de conservation des photographies de la Ville de Paris. En liaison avec les laboratoires de recherche (en France, le Centre de recherche sur la conservation des documents graphiques se penche à partir de 1976 sur les matériaux photographiques) et les filières d'enseignements (l'I.F.R.O.A, devenu le département des restaurateurs de l'Institut national du patrimoine, ouvre une section spécialisée en 1989), ces nouvelles structures, qui se sont multipliées dans le monde, participent au changement de statut des photographies dans les collections.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Médias de l’article

Autoportrait, R. Cornelius

Autoportrait, R. Cornelius
Crédits : Robert Cornelius/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Lanternes de papier, F. Beato

Lanternes de papier, F. Beato
Crédits : Felice Beato/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Brassaï

Brassaï
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Saint-Rémy, É.-D. Baldus

Saint-Rémy, É.-D. Baldus
Crédits : Y. Bresson/ Musée d'art moderne, Saint-Etienne-Métropole

photographie

Afficher les 7 médias de l'article





Écrit par :

  • : directrice de l'Atelier de restauration et de conservation des photographies de la Ville de Paris (A.R.C.P.), Paris

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Anne CARTIER-BRESSON, « CONSERVATION ET RESTAURATION DES COLLECTIONS PHOTOGRAPHIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/conservation-et-restauration-des-collections-photographiques/