C.N.R. (Conseil national de la Résistance)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Organisme chargé d'assurer en France et dans la clandestinité la coordination des mouvements de résistance, des maquis, de la presse, des syndicats et des représentants de partis politiques opposés à Vichy. La première réunion du C.N.R. eut lieu à Paris, rue du Four, le 27 mai 1943 sous la présidence de Jean Moulin. Celui-ci était le représentant du général de Gaulle depuis le 1er janvier 1942 ; il parvint à réunir des tendances divergentes et à faire reconnaître par la Résistance intérieure la légitimité de la Résistance de Londres. Le C.N.R. groupait des représentants des deux grandes centrales syndicales (C.G.T. et C.F.T.C.), de huit mouvements de la Résistance et six représentants des partis (dont le Parti communiste, la S.F.I.O., l'Alliance démocratique de Laniel, le courant démocrate-chrétien avec Bidault). Cette reconnaissance des partis au sein de la Résistance, qui ne les aimait pas toujours, ne fut pas sans importance au moment de la Libération et du reclassement des anciennes familles. Jean Moulin arrêté en juin 1943, ses fonctions sont confiées, séparément, à deux hommes. Un délégué général, Émile Bollaert, représente l'autorité issue du général de Gaulle ; le président du C.N.R., Georges Bidault, est l'élu des membres du Conseil. Mettant en application son « rôle consultatif » et son « action inspiratrice », le Conseil élabora en mars 1944 son « programme », véritable charte qui reflète bien l'esprit de rénovation sociale qui inspira la Résistance. La partie économique, particulièrement développée, vise à instaurer, par de profondes réformes de structure, une « véritable démocratie économique » et à abattre les « grands seigneurs féodaux de l'économie » ; elle annonce les nationalisations des grands secteurs de base (sources d'énergie, sous-sol, compagnies d'assurances, banques) et affirme la nécessité d'une économie dirigée et planifi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : metteur en scène, conseiller en éducation populaire et techniques d'expression

Classification


Autres références

«  C.N.R. (Conseil national de la Résistance)  » est également traité dans :

BÉNOUVILLE PIERRE DE (1914-2001)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 760 mots

Journaliste, directeur de Jours de France dès 1954 puis de bien des publications de Marcel Dassault, député pendant trente et un ans, Pierre de Bénouville, général à trente ans, est resté jusqu'à sa mort, survenue à Paris le 5 décembre 2001, une des incarnations les plus célèbres de l'ordre des Compagnons de la Libération. Né à Amsterdam le 8 août 1914, fils d'un agent comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-de-benouville/#i_14012

BIDAULT GEORGES (1899-1983)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  •  • 914 mots
  •  • 2 médias

Homme politique français de la iv e République. Formé chez les jésuites. Georges Bidault fait des études à la faculté des lettres de Paris, qui déboucheront sur l'agrégation d'histoire. Il s'engage dans l'Association catholique de la jeunesse française. Proche du « Sillon » de Marc Sangnier, ce jeune enseignant goûte à la politique au Parti d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-bidault/#i_14012

CLAUDIUS-PETIT EUGÈNE (1907-1989)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 890 mots

Né à Angers, le 22 mai 1907, Eugène Petit, fils de cheminot, passionné de dessin, fut élève de l'école Boulle. Ouvrier ébéniste de 1919 à 1933, il prépara le certificat d'aptitude à l'enseignement du dessin et fut professeur de dessin dans le secondaire de 1934 à 1943. Il réaffirma bien plus tard son intérêt pour les arts plastiques en qualité de président de l'Union centrale des arts décoratifs ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-claudius-petit/#i_14012

F.F.I. (Forces françaises de l'intérieur)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 551 mots
  •  • 3 médias

Nom donné, en février 1944, à l'ensemble des forces de la résistance intérieure française. Placées, en mars, sous l'autorité du général Kœnig, commandant suprême des forces françaises en Grande-Bretagne, les F.F.I. ont un état-major national et un commandement régional, parfois départemental. Le lien entre les forces militaires de la clandestinité et l'organisme politique créé au printemps de 1943 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forces-francaises-de-l-interieur/#i_14012

FRENAY HENRI (1905-1988)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 1 597 mots

« Patriote ardent, au courage exceptionnel, a, dès la première heure, mis son activité totale au service de la Résistance française. Toujours à la pointe du combat, s'est attaché à forger les armes de la délivrance en créant, malgré les pires dangers, une organisation de propagande et de lutte contre l'ennemi, qui a acquis des titres impérissables à la reconnaissance de la Nation. » Cette citation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-frenay/#i_14012

GAULLE CHARLES DE (1890-1970)

  • Écrit par 
  • Jean LACOUTURE
  •  • 7 636 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « De Londres à Paris »  : […] Des mois durant, il est Charles-le-Seul, dans ce Londres d'où partent plus d'officiels français qu'il n'y en arrive. La destruction de la flotte française mouillée dans la rade de Mers el-Kébir, le 3 juillet, bien que de Gaulle ait su exprimer dignement « la douleur et la colère » du peuple français, accroît encore les amertumes et les méfiances. Il faudra bâtir la France libre avec des capitaine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-de-gaulle/#i_14012

GAULLISME

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 5 643 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le gaullisme de guerre »  : […] Le gaullisme naît à l'histoire le 18 juin 1940 comme un réflexe patriotique de refus de l'armistice négocié par le maréchal Pétain, qui signifie l'acceptation de la défaite de la France, puis de l'asservissement que représenteront l'Occupation et la collaboration. À ce stade, le gaullisme est d'abord volonté de remettre la France dans la guerre et, pour ce faire, de combattre l'Allemagne et ses al […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaullisme/#i_14012

GUERRE MONDIALE (SECONDE)

  • Écrit par 
  • Henri MICHEL
  •  • 19 555 mots
  •  • 103 médias

Dans le chapitre « La Résistance en Europe »  : […] Très souvent, l'impitoyable rigueur du sort des Juifs a provoqué l'indignation et suscité la solidarité. En France, de hauts dignitaires des Églises élèvent une protestation ; des groupements se créent pour les sauver, surtout les enfants. Cet éveil de la conscience a été parfois à l'origine de la Résistance. Les exactions de l'occupant ont achevé de dresser les populations contre lui. Plus ou moi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-mondiale-seconde/#i_14012

LÉVY JEAN-PIERRE (1911-1996)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 724 mots

« Jean Moulin n'a nul besoin d'une gloire usurpée : ce n'est pas lui qui a fondé Combat , Libération , Franc-Tireur  : c'est Frenay, d'Astier, Jean-Pierre Lévy. » Ces mots d'André Malraux donnent à Jean-Pierre Lévy, mort à Paris le 15 décembre 1996, sa juste place dans l'histoire de la Résistance française. Il fut le créateur d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-pierre-levy/#i_14012

MAYER DANIEL (1909-1996)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 985 mots

Militant des droits de l'homme et du socialisme, mort à Orsay le 29 décembre 1996, Daniel Mayer était né à Paris le 29 avril 1909. Fils d'un représentant et d'une institutrice, il travailla dès quatorze ans, après avoir obtenu son certificat d'études primaires. Adhérent à la Ligue des droits de l'homme et au Parti socialiste S.F.I.O. dès 1927, par révolte contre l'exécution aux États-Unis des ana […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-mayer/#i_14012

MOULIN JEAN (1899-1943)

  • Écrit par 
  • Daniel CORDIER, 
  • Bénédicte VERGEZ-CHAIGNON
  • , Universalis
  •  • 1 786 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Conseil de la Résistance »  : […] Ces résultats, difficilement acquis, sont brutalement remis en cause après le débarquement anglo-américain du 8 novembre 1942 en Afrique du Nord, les Américains cherchant à évincer de Gaulle au profit de l'amiral Darlan (13 novembre), puis du général Giraud (26 décembre). Pour assurer de Gaulle du soutien des résistances métropolitaines et proclamer à l'extérieur la légitimité démocratique de celu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-moulin/#i_14012

NATIONALISATION

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BONICHOT, 
  • Universalis
  •  • 6 936 mots

Dans le chapitre « Motifs »  : […] Les motifs des nationalisations constituent le dernier élément de leur définition. L'idée fondamentale a toujours été de mettre les entreprises nationalisées au service de la collectivité. C'est la raison pour laquelle on a pu écrire que la nationalisation « est vraiment le lieu géométrique du socialisme » (B. Chenot, p. 361). Cependant, cette idée de subordination des ensembles économiques à l'in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nationalisation/#i_14012

OCCUPATION (France)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GUILLON
  •  • 6 042 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  La Libération en perspective »  : […] Après la capitulation de l'Italie (8 septembre 1943), alors que la bataille fait rage dans la péninsule avec la participation du Corps expéditionnaire français venu d'Afrique du Nord, la préparation de la libération s'accélère. À Alger, l'Assemblée consultative provisoire, constituée d'élus et de résistants, est réunie en novembre pour aider le C.F.L.N. à préparer les ordonnances (dont celle sur l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/occupation-france/#i_14012

QUATRIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 078 mots
  •  • 1 média

La France, une fois libérée de l'Occupation en 1945, devait se reconstruire. Il fallait rétablir les moyens de communication et les infrastructures économiques, relancer la production et les échanges, mais il était aussi urgent de rétablir une légitimité et un système politique, refaire une société sinon de consensus, du moins de régulation pacifique des conflits, assurer la présence de la France […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quatrieme-republique/#i_14012

Les derniers événements

4-24 août 1983 • Haute-VoltaRenversement du commandant Ouedraogo par le capitaine Sankara

Le 4, le capitaine Sankara, ancien Premier ministre démis de ses fonctions en mai, considéré comme proche du colonel Kadhafi, renverse le gouvernement du commandant Ouedraogo.Le 6, à la tête du Conseil national de la révolution (C.N.R.), le capitaine Sankara assure « tous les mouvements de libération nationale de son soutien inconditionnel » et promet d'autre part de respecter les engagements inte [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Armel MARIN, « C.N.R. (Conseil national de la Résistance) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/conseil-national-de-la-resistance/