C.C.G. (Conseil de coopération du Golfe)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

carte : C.C.G. (Conseil de coopération du Golfe)

C.C.G. (Conseil de coopération du Golfe)

Arabie Saoudite, Bahreïn, Émirats arabes unis, Koweït, Oman, Qatar. 

Afficher

Créé le 26 mai 1981, à l'initiative de Riyad, pour contrer les débordements possibles de la révolution islamique iranienne et limiter les retombées de la guerre Irak-Iran sur les monarchies pétrolières du golfe Persique, le C.C.G. regroupe les Émirats arabes unis, le Koweït, Bahreïn, l'Arabie Saoudite, Oman et le Qatar, avec leurs 35 millions d'habitants en 2006.

La structure de cette organisation politico-économique, dont le siège est à Riyad (Arabie Saoudite), comprend un Conseil suprême, composé des chefs d'État, une Commission de règlement des différends, un Conseil des ministres des Affaires étrangères et un secrétariat général.

Alors que l’un de ses principaux objectifs est la sécurité des États membres, le C.C.G. a échoué à organiser une force militaire commune ; en revanche, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, un accord sur le partage de l’information et du renseignement a été signé en 2004.

Les pays du C.C.G., qui détiennent presque la moitié des réserves mondiales de pétrole, ont mis en place, en début d’année 2008, un marché commun, l’objectif étant l’adoption d’une seule monnaie à l’horizon de 2010. Une union douanière avait été instaurée dès 2003, mais elle peine à trouver un complet achèvement.

Les pays membres ont des vues divergentes sur les rôles de l’Irak, de l’Iran et du Yémen dans le cadre d’une future politique régionale de sécurité moins dépendante des États-Unis. À cet égard, le Yémen, qui de longue date souhaite appartenir au C.C.G., s’en est vu refuser l’accès en raison de la faiblesse de son économie et du caractère républicain de ses institutions.

—  Universalis

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Classification

Autres références

«  C.C.G. (Conseil de coopération du Golfe)  » est également traité dans :

ARABIE SAOUDITE

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Ghassan SALAMÉ
  •  • 18 454 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La recherche de compromis régionaux »  : […] Ce rôle de « grand frère sage » que l'Arabie entend assumer dans le monde arabe (et qui a fait écrire à Muhammad Hassanein Heïkal que les Arabes étaient entrés dans une « phase saoudienne » de leur histoire) était bien sûr renforcé par l' aide substantielle que Riyad a accordée aux pays moins bien pourvus de la région. L'aide saoudienne, surtout après 1973, a suivi plusieurs voies, allant de l'aid […] Lire la suite

BAHREÏN

  • Écrit par 
  • André BOURGEY, 
  • Laurence LOUËR
  •  • 4 870 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le soulèvement de 2011 et ses conséquences »  : […] C'est dans ce contexte particulier qu'éclate le soulèvement du 14 février 2011, directement lié à la vague de protestation du « printemps arabe » partie de Tunisie et d'Égypte. Le régime hésite entre la répression et la négociation mais, après avoir entamé des pourparlers avec al-Wifaq portant notamment sur l'élargissement des compétences du Parlement et les modalités de nomination du Premier min […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1993 : une nouvelle année de purgatoire

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 6 737 mots

Dans le chapitre « Un continent « en perdition » »  : […] La situation économique de l'Afrique s'est, une fois de plus, dégradée au cours de l'année 1993. Sa croissance est demeurée très faible au regard de la poussée démographique. Elle a été évaluée par le F.M.I. à 1,6 p. 100, contre 0,4 p. 100 en 1992. Pour Michel Camdessus, directeur général du F.M.I., elle apparaissait comme « un continent en perdition ». Ayachi Yaker, secrétaire général adjoint de […] Lire la suite

ÉMIRATS ARABES UNIS

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT
  •  • 6 017 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Politique étrangère et exigences de sécurité pour les É.A.U. »  : […] Les É.A.U., petit pays soumis à l’hégémonie de deux grands États régionaux, l’ Iran et l’Arabie Saoudite, que seule la protection britannique permettait d’écarter, vont progressivement s’affirmer après leur indépendance. La politique étrangère a permis de consolider l’État, en résolvant pacifiquement les différends avec ses deux grands voisins. La politique d’aide à l’étranger, menée en particuli […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 435 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Science et modernisation technico-économique »  : […] Dès la fin du xix e  siècle, une renaissance ( nahda ) culturelle et politique à la fois arabe et musulmane adoptait les sciences et les techniques de l'Occident tout en faisant revivre l'islam dans ses authentiques dimensions politiques, sociales, voire impériales. Tel était le message principal du Persan Jamāl Eddine al-Afghāni, dont la présence et l'influence en Égypte et donc dans le monde ar […] Lire la suite

KOWEÏT

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Ghassan SALAMÉ
  •  • 7 173 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Relations extérieures »  : […] Le Koweït a tôt choisi la voie de la coopération régionale. Il a ainsi fourni une aide substantielle à tous les pays de la péninsule Arabique qui en avaient besoin. Sa diplomatie a été active pour résoudre les conflits : entre l'Oman et le Yémen du Sud, entre les deux Yémens, entre Qatar et Bahreïn ou encore entre l'Oman et les Émirats arabes unis. Le Conseil de coopération des six pétromonarchie […] Lire la suite

PROCHE ET MOYEN-ORIENT CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Nadine PICAUDOU, 
  • Aude SIGNOLES
  •  • 21 336 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre «  L'ébranlement iranien »  : […] Depuis son accession au pouvoir en 1941, Mohamed Reza Pahlavi a poursuivi la modernisation autoritaire de l'Iran entreprise par son père. Un capitalisme d'État nourri par la rente pétrolière assure un développement économique à marches forcées, qui donne la priorité à l'industrie lourde et aux grands projets d'équipement. Si la croissance globale permet de faire passer le revenu moyen par habitan […] Lire la suite

QATAR

  • Écrit par 
  • André BOURGEY, 
  • Philippe DROZ-VINCENT
  •  • 5 846 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La première modernisation de l'État qatari »  : […] Sous le règne de l'émir Khalifa ben Hamad Al-Thani, qui dépose en 1972 son cousin Cheikh Ahmad Ben Ali Al-Thani (au pouvoir depuis 1960), le Qatar entreprend sa modernisation. La soudaine richesse apportée par les hydrocarbures métamorphose véritablement l'émirat en transformant radicalement l'économie, en bouleversant la composition de la population avec l'arrivée massive de travailleurs étrange […] Lire la suite

Les derniers événements

8-30 avril 2011 Yémen. Échec de la médiation des pays du Golfe pour une sortie de crise

C.C.G. échouent finalement à obtenir la signature de leur plan par le président Saleh.  […] Lire la suite

27 juin 1995 Qatar. Prise du pouvoir par le prince héritier Cheikh Hamad

C.C.G.), notamment vis-à-vis du puissant voisin saoudien. Riyad reconnaît toutefois le nouveau régime, ainsi que les autres pays du C.C.G. et les États-Unis, favorables au renouvellement des régimes sclérosés de cette région stratégique.  […] Lire la suite

1er-31 août 1990 Crise du Golfe. Crise internationale déclenchée par l'Irak

C.C.G.) et le Conseil ministériel de la Ligue arabe – à l'exception de l'Irak, de la Jordanie, du Yémen, du Soudan et de l'O.L.P. – dénoncent l'agression irakienne. Le 4, le « gouvernement provisoire » koweïtien annonce la création d'une « armée populaire » dans laquelle s'engagent les jours suivants des centaines de milliers de « volontaires » irakiens […] Lire la suite

26 mai 1981 Proche-Orient. Création du Conseil de coopération du Golfe

C.C.G.) qui sera chargé non seulement des problèmes de coopération économique, mais aussi des questions de sécurité. Le C.C.G., de tendance modérée, sera le premier groupe constitué à pouvoir contrebalancer l'influence des pays du Front de la fermeté (Syrie, Yémen, Libye) au sein de la Ligue arabe. […] Lire la suite

Pour citer l’article

« C.C.G. (Conseil de coopération du Golfe) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/conseil-de-cooperation-du-golfe/