CONSANGUINITÉ, anthropologie

CLAN

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 3 066 mots

Dans son acception minimale, qui est aussi celle du langage courant, le terme « clan » désigne un groupement fondé sur la parenté : ses membres se reconnaissent descendants d'un même ancêtre. Cette signification fondamentale du clan en fait l'institution qui, par excellence, incarne et illustre un des principes de base de l' organisation de la vie en société : la consanguinité. Le lien de sang, o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clan/#i_7885

FAMILLE - Les sociétés humaines et la famille

  • Écrit par 
  • Françoise HÉRITIER
  •  • 7 468 mots

Dans le chapitre « Les rapports contractuels et leur régulation »  : […] De fait, tous les groupes consanguins archaïques semblent avoir résolu le problème de la coexistence avec leurs voisins de la même façon : par la mise en œuvre de plusieurs ressources, dont on peut raisonnablement penser qu'elles ont été conçues en même temps que l'appareil symbolique du langage prenait forme. En premier lieu, une réglementation des rapports sexuels fait de leur exercice dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/famille-les-societes-humaines-et-la-famille/#i_7885

INCESTE

  • Écrit par 
  • Jean CUISENIER
  •  • 3 061 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'impossible consanguinité »  : […] L'une des plus courantes, parce que la formulation théorique prête l'apparence de la rigueur à des idées populaires, est que la prohibition de l'inceste serait une mesure de protection visant à mettre l'espèce humaine à l'abri des effets néfastes que produiraient les mariages consanguins. Développé par Lewis H. Morgan et par Henry Maine, ce thème, en réalité, est d'origine récente : on ne le trou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inceste/#i_7885

MORGAN LEWIS HENRY (1818-1881)

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 3 677 mots

Dans le chapitre « Logique et histoire des rapports de parenté »  : […] D'une manière générale, Morgan a démontré que les rapports de parenté dominent l'histoire primitive de l'humanité et que ces rapports ont une logique et une histoire. Il distingua parmi tous les systèmes de parenté deux types de nomenclature des rapports de consanguinité : d'une part le type descriptif, propre aux systèmes de parenté indo-européens, sémites et ouraliens ; d'autre part le type cl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lewis-henry-morgan/#i_7885

ORGANISATION SOCIALE

  • Écrit par 
  • Jean CUISENIER
  •  • 5 282 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les groupes de consanguinité »  : […] Aux deux niveaux précédents de l'organisation sociale, les liens unissant les membres du groupe ne sont jamais exclusivement des liens de filiation ; ils proviennent toujours aussi pour une part de l'alliance. Ils sont également toujours associés à des liens de résidence : les membres d'une famille nucléaire ou d'une famille composée vivent en communauté de résidence. À un troisième niveau de l'or […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/organisation-sociale/#i_7885

PARENTÉ SYSTÈMES DE

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET
  •  • 8 724 mots
  •  • 5 médias

En français, le mot « parenté », d'après Littré, peut avoir deux sens différents : il désigne, d'une part, la consanguinité, d'autre part, « collectivement, tous les parents et alliés d'une même personne » . En anthropologie sociale, l'étude de la parenté vise essentiellement les phénomènes sociaux qui marquent les relations de consanguinité aussi bien que d'affinité (ce qui veut dire alliance, m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systemes-de-parente/#i_7885

PARSIS

  • Écrit par 
  • Guy BUGAULT
  •  • 2 305 mots

Dans le chapitre « La religion »  : […] La religion des Parsis est la religion mazdéenne, réformée et partiellement démythisée par Zarathushtra dans un sens éthique et monothéiste. À première vue, la caractéristique principale en est le culte du feu et les temples du feu. Pourtant, le dieu des mazdéens n'est pas le feu ( atar ), mais le Seigneur sage ( Ahura Mazdā), homologue de l'Asura Varuṇa védique. C'est parfois à travers le feu (q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parsis/#i_7885

PHARAON

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 2 586 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une nature divine et humaine »  : […] Pharaon est à la fois dieu et roi humain . Ces deux aspects de sa personnalité sont inextricablement mêlés. Dieu, souvent désigné par l'expression neter nefer , le « dieu parfait », est le fils charnel d'une divinité : à haute époque, du dieu-soleil Rê, d'Héliopolis, la plus ancienne capitale d'Égypte, et, à partir de la XVIII e  dynastie, du dieu Amon de Thèbes. À l'Ancien Empire, la filiation d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pharaon/#i_7885

PROHIBITION DE L'INCESTE

  • Écrit par 
  • Laurent BARRY
  •  • 1 338 mots

Dans le chapitre « « Conséquences néfastes » ou aversion innée ? »  : […] Si nos contemporains ancrent souvent la raison d'être des interdits incestueux dans la notion de risques biologiques, ce n'est pourtant pas, historiquement, la motivation première. Ainsi les juristes romains alléguaient plutôt le risque de la confusion des rôles sociaux. Épouser sa mère, c'était ainsi ajouter au nom de « fils » celui de « mari » et donner jour à une « fille » qui aurait droit au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prohibition-de-l-inceste/#i_7885


Affichage 

Mariages dans l'Égypte romaine

tableau

Types de mariage dans l'Égypte romaine (d'après M Hombert et C Préaux, «Recherches sur le recensement dans l'Égypte romaine Papyrologica Lugduno-Batava» vol V) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Mariages dans l'Égypte romaine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau