CONNECTIVITES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Étiologie et pathogénie

La variété des maladies et des syndromes regroupés sous le vocable de connectivites ou collagénoses est certainement due au fait que le tissu conjonctif est très différent selon les différents organes. La matrice intercellulaire change en effet de structure et de composition selon les tissus. Cette matrice est composée de quatre familles de macromolécules : les différents types de collagène, l'élastine, les protéoglycannes (anciennement mucopolysaccharides acides) et les glycoprotéines de structure. Dans chacune de ces quatre familles, on trouve un nombre variable de composants individuels (environ 8 types de collagène, au moins 8 types de protéoglycanne, au moins une douzaine de glycoprotéines de structure, dont la laminine et la fibronectine, etc.).

Au cours de la différenciation et de la morphogenèse, un nombre relativement restreint de ces macromolécules sera synthétisé dans chaque tissu. Ainsi, malgré leur apparence (parfois « homogène » ou « anhiste »), les tissus conjonctifs (ou la matrice intercellulaire) sont différents (dans la qualité et la quantité de leurs composants macromoléculaires) d'un tissu à l'autre et d'un organe à l'autre. Tous ces tissus mésenchymateux possèdent en commun une caractéristique : le maintien de leur état différencié dépend de la régulation (qualitative et quantitative) de la biosynthèse de ses composants macromoléculaires. Cette régulation peut être étudiée par l'incorporation de précurseurs radiomarqués dans les macromolécules constitutives. De telles études ont permis de mettre en évidence une dérégulation de la biosynthèse de plusieurs constituants macromoléculaires de la matrice intercellulaire dans les connectivites. De telles anomalies de biosynthèse pourraient être provoquées aussi par une variété de stimuli chimiques, immunologiques ou physiques. C'est pourquoi, W. Hauss a proposé de considérer cette « réaction mésenchymateuse non spécifique » comme le dénominateur commun des maladies du tissu conjonctif. Des anomalies de la multiplication cellulaire (cellul [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., docteur en médecine, docteur ès sciences, directeur de laboratoire de biochimie du tissu conjonctif à la faculté de médecine, université de Paris-Val-de-Marne.

Classification

Autres références

«  CONNECTIVITES  » est également traité dans :

BOUILLAUD MALADIE DE ou RHUMATISME ARTICULAIRE AIGU

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 529 mots

Sous le terme de maladie de Bouillaud ou rhumatisme articulaire aigu, on regroupe un ensemble de manifestations pathologiques, articulaires ou non articulaires, faisant suite à une infection par un streptocoque du groupe A. Un mécanisme immunologique non entièrement élucidé semble à l'origine de cette maladie qui ne se produit que chez un petit nombre des sujets touchés par le streptocoque. La mal […] Lire la suite

DERMATOMYOSITES

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 233 mots

Elles associent des lésions dermatologiques, des altérations musculaires et parfois une atteinte viscérale, le rein étant habituellement intact. Les dermatomyosites revêtent le plus souvent une forme aiguë. L'éruption en placards érythématosquameux sous-tendus par l'œdème réalise à la face un aspect en lunette caractéristique. L'atteinte musculaire, souvent douloureuse, tend à être symétrique et à […] Lire la suite

RHUMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • André-Paul PELTIER
  •  • 6 150 mots

Dans le chapitre « Connectivites »  : […] De la polyarthrite rhumatoïde il faut rapprocher les connectivites qui constituent un ensemble d'affections inflammatoires comportant, à côté d'atteintes rhumatismales articulaires, des atteintes extra-articulaires portant sur d'autres systèmes (vaisseaux, peau, rein, appareil pleuro-pulmonaire, muscles, système nerveux), d'où l'épithète de « systémique » qui leur est souvent donné. Ainsi alors qu […] Lire la suite

SCLÉRODERMIE

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 1 035 mots

Sous le nom de sclérodermie on groupe des faits disparates jusqu'ici uniquement définissables en termes anatomo-cliniques : un épaississement particulier de la peau évoluant dans la plupart des cas vers l'atrophie. Cette lésion, circonscrite et localisée, caractérise une maladie purement dermatologique. Dans d'autres cas, les atteintes sont diffuses et peuvent s'accompagner de déterminations viscé […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Ladislas ROBERT, « CONNECTIVITES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/connectivites/