CONFUSION MENTALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rôle des facteurs extérieurs

La psychose confusionnelle appartient au groupe des psychoses exogènes aiguës, dont elle représente la variété la plus fréquente, la mieux caractérisée. On peut la concevoir comme une modalité réactionnelle de l'organisme à toute agression brutale et massive compromettant l'activité d'intégration du cerveau. Tous les désordres cérébraux, localisés ou généralisés, de quelque nature qu'ils soient, peuvent s'accompagner d'un état confusionnel, que celui-ci apparaisse comme un épiphénomène dans un tableau clinique par ailleurs fort explicite, c'est le cas d'une méningo-encéphalite par exemple, ou qu'il soit le premier signe en date d'une lésion nerveuse jusque-là méconnue, éventualité qui n'est pas rare dans les tumeurs cérébrales ou même dans l'artériosclérose. Toutes les atteintes sévères de l'organisme, de par le retentissement qu'elles entraînent sur le fonctionnement cérébral, peuvent aussi être à l'origine d'états confusionnels. Certaines affections y disposent électivement : grandes pyrexies comme la typhoïde, le typhus ou le paludisme ; anémies graves ; atteintes hépatiques sévères ; états de dénutrition ; certaines carences vitaminiques (pellagre, avitaminose B1), des maladies métaboliques (urémie, porphyrie aiguë), bouleversements endocriniens (psychose puerpérale). Il en est de même d'un grand nombre d'intoxications exogènes (oxyde de carbone, stupéfiants, toxiques industriels, médicaments, etc.). L'alcoolisme reste actuellement en France la cause majeure des états confuso-oniriques, dont le délirium tremens est la variété la plus grave. Les conditions étiologiques ont beaucoup changé depuis l'époque où Chaslin (1895) individualisait l'entité « confusion mentale » et où Régis (1911) précisait les caractères du « délire onirique ». Depuis le traitement aux antibiotiques, on observe rarement des confusions fébriles [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Classification


Autres références

«  CONFUSION MENTALE  » est également traité dans :

ÉPILEPSIE

  • Écrit par 
  • Henri GASTAUT, 
  • François MIKOL
  •  • 6 179 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Crises partielles à séméiologie élaborée »  : […] Les crises partielles à séméiologie élaborée sont provoquées par une décharge neuronique occupant une des vastes aires associatives frontales et temporales dévolues à des fonctions d'intégration responsables de l'élaboration du psychisme. On s'explique ainsi la complexité de la séméiologie clinique et l'étendue de la décharge électro-encéphalographique de ces crises ; on peut les classer en : –  c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epilepsie/#i_29589

FUGUE, psychologie

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 858 mots

La psychologie désigne sous le nom de fugue une conduite de déambulation, d'errance, de migration, de vagabondage qui éloigne brusquement le sujet de son foyer et de son environnement habituel. Dans les cas pathologiques, l'individu induit à prendre la fuite et à divaguer perd le sentiment de son identité, du lieu où il se trouve, voire de son origine. Le mot a été emprunté à l'italien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fugue-psychologie/#i_29589

GEORGET ÉTIENNE JEAN (1795-1828)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 468 mots

Psychiatre français, élève d'Esquirol, dont il est l'assistant à l'hôpital de la Salpêtrière. Bien que Georget soit mort à trente-trois ans — de tuberculose pulmonaire —, son œuvre psychiatrique est considérable. Après un travail inspiré des recherches sur Bichat sur l'étude anatomique des aliénés décédés, il précise, dans son ouvrage De la folie (1820, rééd., Paris, 1972), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-jean-georget/#i_29589

GÉRONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Claude BALIER, 
  • François BOURLIÈRE, 
  • Martine DRUENNE-FERRY, 
  • Paul PAILLAT, 
  • Henri PÉQUIGNOT
  •  • 9 273 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Problèmes psychopathologiques »  : […] La psychopathologie de la vieillesse traite des troubles mentaux directement en relation avec le phénomène du vieillissement et avec ses conséquences sur le plan physique, psychologique et social. Elle ne peut donc se comprendre que par une approche de la personne « totale » au cours du troisième âge. Il s'agit de troubles qui peuvent être graves, mais, beaucoup plus souvent, légers et curables ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerontologie/#i_29589

SOMMEIL

  • Écrit par 
  • Patrice FORT, 
  • Michel JOUVET, 
  • Patrick LÉVY, 
  • Véronique VIOT-BLANC
  •  • 18 052 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les troubles de l'éveil »  : […] – L' ivresse du sommeil ou syndrome d'Elpenor consiste en une confusion mentale ou un comportement marqué par une désorientation dans le temps et dans l'espace, durant un éveil ou après celui-ci, typiquement en première partie de nuit, plus rarement le matin. Cela peut durer plusieurs minutes, exceptionnellement plusieurs heures. L'éveil s'accompagnan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sommeil/#i_29589

Voir aussi

Pour citer l’article

« CONFUSION MENTALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/confusion-mentale/